The Embryo's World

2089 : Le monde vit-il ses dernières heures ? Une seconde fois ? (Forum déconseillé au - de 16 ans)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une blessure à soigner et des explications à faire....

Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Sam 18 Juil - 21:58


Yukito continuait d’avancer, le regard dans le vide, tout de même planté dans la silhouette sombre du campement qui se dressait devant eux et qui se rapprochait à chacun de leur pas. Malgré les apparences, il était bien protégé pour un simple camp. Ou du moins, contre les aventureux qui passerait par là, en quête de chair et de sang pour épancher leur soif. Ce qui était le cas des virus ou des bêtes touchées par la radiation provoquée par les explosions des bombes, ou même, tout simplement, des armes biologiques employée pour se tuer. L’horreur avait frappé ces plaines si violemment qu’elles avaient été rasées de toutes vies en l’espace de quelques jours seulement. Toutes la végétations avaient été carbonisées et détruite. Les armées ne s’étaient vraiment, mais vraiment pas, gênées pour refaire le portrait de la terre. Mais, au final, où tout cela nous avait-il menés ? Nulle part… Ah si ! S’il y avait bien un endroit que l’on pourrait en toute éventualité cité, c’était l’enfer. Oui, les humains avaient guidés ce monde en enfer. Oubliant l’existence de ce virus pour en profiter pour se taper dessus. L’humain était tout sauf une race. Ils étaient réduits à se détruire mutuellement. Alors, l’humanité… Une race destructrice.

Le Jinchuriki écoutait d’une oreille ce qui se passait entre les deux personnes qu’il accompagnait. La jeune fille semblait particulièrement lourde. Ou plutôt, c’était son équipement qui l’était. Mais le résistant était galant de la transporter comme il le faisait. Yukito tourna vivement la tête sur sa gauche. Il venait d’entendre un son suspect par-dessus le sifflement de la faible brise qui soufflait dans la plaine. Comme un craquement… Mais il n’aperçu qui, bien que son ouïe se soit développée au-dessus de la normale. Et ce, même pas quelques secondes après, que la voix de Seiji le fit détourner de l’endroit qu’il observait avec attention. Lui déclarant qu’il avait un bon cœur, que c’était cela qui faisait la différence entre les Virus et les Jinchuriki. Mais, il se trompait un peu. Les Jinchuriki, malgré toutes les belles paroles que l’on pourrait dire sur eux, pouvaient se montrer agressifs et violents.

- Détrompes-toi Seiji… Les Jinchuriki ne sont pas aussi bons que tu peux le croire. Certains sont recherchés pour leurs actes criminels. Tandis que d’autre font le bien, comme ceux que tu peux connaître sous la bannière de la Lune Noire. Et, parmi les neutres, comme moi si tu veux un exemple, beaucoup se foutent pas mal du sort du monde et ils ne veulent que remplir leur objectif primaire. Dira-t-il en s’arrêtant avant de rentrer dans le champ de vision du garde qui surveillait le pont du campement. C’est maintenant que je vais vous quitter, jeunes gens. Bien du courage pour la suite...

Sur ces mots, il les salua d’un mouvement de tête et leur tournera le dos pour s’en aller, s’enfonçant dans la pénombre de la nuit, ne se retournant pas…








Le temps se rafraichissait un peu, plus le temps avançait, mais le soleil n’allait pas tarder à se lever d’ici quelques heures. Il fallait donc en profiter avant qu’une chaleur de plomb s’installe par ici. Saki ne supportait pas vraiment la chaleur, mais elle avait appris à prendre sur elle et à faire avec. Du coup, dès ses premiers jours dans l’armée, elle avait eu plusieurs insolations qui ne se comptaient plus sur les dix doigts de sa main, à lui faire faire de ses crises insupportable pour ses supérieurs. En fait, les dires de Seiji, tout à l’heure, que l’armée les employaient pour faire le sal boulot, la travaillait. Mais elle avait préféré ne rien rajouter sur le moment, elle en parlerait avec lui dès le moment qu’ils seront seuls, tous les deux. Peut être allait-il lui révéler ce que lui avait dit le scientifique avant qu’il n’ait tenté d’attenter à la vie du résistant ? Du moins, elle l’espérait seulement, ne se faisant quand même pas trop d’illusion là-dessus. Et ce fut si soudainement que le Jinchuriki leur déclara ses au-revoir. Alors, sa y est, ils les laissaient maintenant ? Bon, en même temps, ils étaient en sécurité ici. Mais Saki avait tout de même la frousse de l’armée. Leur puissance était telle qu’ils pourraient mettre à genoux la Lune Noire et la Red Dead. Mais pourquoi ne le faisaient-ils pas ? Sa mettraient fin à tout, non ? À moins qu’ils ne développent quelque chose de pire…

- Eh bien Monsieur… Yukito, je pense que rien ne peut vous empêcher de vous en aller maintenant. Je vous souhaite bonne continuation tout en espérant que je pourrai vous rembourser ma dette envers vous la prochaine fois.

Saki exprimait un peu sa tristesse de le laisser partir sans rien pouvoir faire, mais, très vite, elle retourna toute son attention sur Seiji, déposant ses mains sur ses deux épaules, déclarant ensuite…

- Je te fais confiance sur ce coup-là… Je n’ai pas vraiment envie d’avoir des ennuis en rentrant simplement dans ce campement. Surtout que je n’ai jamais tués des personnes non-infectées.

La militaire se sentait nerveuse… Il était vrai qu’elle ne désirait pas ouvrir les hostilités avec les habitants de ce campement. Alors, elle comptait sur le jeune homme pour faire en sorte que tout se passe bien, tant qu’à son entrée qu’à sa sortie. Que rien de grave, à son sujet, ne se passe.

- Tu crois que… Si tu leur dis que je suis une autre réfugiée, d’un autre camp, sa passerait ? Ou tu es forcé de dire la vérité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seiji Onara
°Humain(e)°
°Humain(e)°
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/07/2009
°Races° : Humain
°Âge du personnage° : 19 ans
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, observateur, courageux

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Dim 19 Juil - 15:05

Le départ soudain du jinchuriki attrista un peu Seiji, il comptait l'aider pour en quelque sorte rembourser sa dette. Seiji aimait beaucoup aider les gens, s'ils en valaient le coup. Il espérait le revoir un jour, mais pour le moment il fallait rentrer au plus vite dans le coup. Il s'avança sur le petit pont de l'entrée, le garde le braqua immédiatement avec une grosse lampe qui les aveugla. Le garde reconnu Seiji et le laissa passer avec un regard inquiet sur la personne qu'il portait. Il lui donna un avertissement même si Seiji en avait évidemment conscience.

- Tu sais ce que tu risques Seiji... Je ne dirais rien car j'ai confiance en toi et que tu a fais beaucoup pour le camp... Si quelqu'un te vois... Bref tu es assez grand.

Seiji passa sans un mot, il fit juste un signe de la tête en guise de remerciement. Il marchait doucement pour ne pas faire de bruit. Certes il faisait nuit, mais les gens ne dormaient pas beaucoup, ils étaient toujours sur leurs gardes. On pouvait voir quelques faibles lumières allumées dans certaines tentes, Seiji restait dans l'ombre. Sa tente était presque à l'opposée de l'entrée. Son coeur battait vite, comme s'il avait plus peur des siens que des virus. Il n'imaginait même pas ce qui se passerais si jamais on le découvrait avec cette jeune femme. Seiji n'était pas très bien vu par les plus anciens, l'utilisation des plantes pour se soigner ou toute autre utilisation n'était pas très bien apprécié. Il continua son chemin entre les tentes silencieusement et le faisant bien comprendre à Saki qui l'avait surement bien compris et ne disait mot. Il n'empruntait pas le chemin principal où l'on pouvait toujours trouver quelqu'un. Le campement n'était pas très grand vu de l'extérieur, mais à l'intérieur, c'était un vrai labyrinthe. Enfin il arrivait devant la tente de Seiji, il poussa le grand rideau de l'entrée qui était solidement attaché. Il faisait sombre à l'intérieur, mais onpouvait distinguer qu'il y avait énormément de choses à l'intérieur. Seiji posa délicatement Saki sur un petit matelas au sol, une autre personne était sur un autre matelas à côté. Seiji s'assura s'il allait bien puis alluma une petite bougie. La lumière pénétra dans la petite pièce.

On pouvait distinguer qu'il y avait des étagères tout le long des murs avec des tout un tas de bocaux contenant des plantes, des racines, des graines. Chacun d'entre eux avait un nom et un numéro, tout était bien ordonné. On pouvait aussi voir une sorte de bureau sur deux tréteaux. Pleins de bouquins étaient empilés. Tous été pas des Onara, mais pas du même prénom. Certains étaient plus vieux et plus abîmés. Seiji avait la suite dans sa sacoche, il était en train de l'écrire. Ce dernier se rapprocha de Saki.


- Ne bouge pas je vais chercher d'autres vêtements.

Il sortit immédiatement, il se dépêcha, il ne voulait pas laisser Saki seule. Il ne tarda pas à en trouver chez son oncle, qui gardait énormément de choses, sa tente était encore plus encombrée que celle de Seiji. Il retourna vite dans sa tente et donna les vêtements à Saki. Seiji se retourna le temps qu'elle se changeait, il discuta à voix basse en même temps.

- Ce petit garçon s'appel Jack, ce n'est pas un prénom commun ici, mais sa mère était américaine il me semble, on ne sais pas trop, je l'ai trouvé morte plus loin du camp, surement de soif, elle avait dû donner ce qu'il lui restait d'eau propre à son fils, qui se trouve dans le lit à côté. Je l'ai ramené avec mon oncle et depuis je m'en occupe. Je lui apprend tout ce que je sais sur les plantes, animaux, etc. C'est un bon élève motivé, dit il avec un sourire, il apprend vite, mais il reste dans le camp, plus en sécurité. Bref sinon, ne dis surtout pas qui tu es réellement, Seiji était resté silencieux depuis la question de Saki, si les gens l'apprenaient, ils voudraient nous tuer c'est sûre, toi comme ennemi et moi comme traitre. Méfie toi des gens, il feront n'importe quoi pour te voler ou je ne sais quoi encore. A croire que la vie est plus dangereuse que dehors. Jack ne dira rien, tu peux lui faire confiance comme à moi. Et aussi, excuse moi, mais je vais devoir sortir tes anciens vêtements du camp. Tu peux garder ton arme, tout le monde en a une ici, même de l'armée. Mais ne sors pas avec, tu seras déjà assez surveillé comme ça si tu sors d'ici. Je comptais partir glaner quelques infos, je vais plutôt rester ici jusqu'à ton rétablissement, je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelque chose en mon abscence. Je vais te préparer un petit bol avec quelques trucs pour te faire dormir si tu veux, tu vas avoir besoin de repos. Je vais changer ton bandage.

Seiji prépara la petite soupe qu'il plaça à côté du matelas si Saki désirait la boire. Il s'empressa ensuite de changer le bandage, en prenant une sorte de pommade de sa boite à pharmacie, il refit un meilleur bandage. Une fois fait il s'assit face à l'entrée comme pour la surveiller. Cette nuit il ne dormirait pas. Son pistolet était toujours dans son dos, prêt à être utilisé, au cas où...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamus Naapal
°Jinchuriki°
°Jinchuriki°
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 28
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 36
°Affinité élémentaire° : Feu
°Votre personnage en 3 mots° : Amicale / Determiner / Courageux

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Lun 20 Juil - 16:09

(IN: arrive des lieux abandonnés: Une petite Fille...)

Shamus arriva éventuellement au camp des réfugiés, sifflant un petit air pour s'occuper. Quand il vint finalement a l'une des entrées du camp, gardées par des militaires, le plus grades de ceux-ci s'avança pour, évidement, lui demander ses papiers.

-Papier s'il vous plait.

-Je sais, je sais...uhmmm...ah, les voila, tenez.


Il sortit ses papiers après une fouille de tout ses poches et les donna a l'officier, qui le lut. Son visage devint rapidement très pale et il redonna ses papiers a Shamus. Évidemment, son état de Jinchuriki, ainsi que son poste de directeur du département des Renseignements pour La Lune Noire étaient clairement visible sur la première page du petit document.

-V-vous pouvez passé...le poste de commandement est dans la tente au milieu du camps...


-Eh bien merci, pour le renseignement...je ne resterait pas longtemps, juste assez pour contacter le QG a Tokyo, et manger un peu. Bonne chance les gars...oh, et j'ai éliminer une meute de virus pas loins d'ici, ils ont tuer une jeune femme, j'ai rapporter ses papiers.


Shamus remit alors les papiers de la jeune femme de la victime a l'officier, puis il entra dans le camp. les autres militaires regardèrent leurs chef, mais il resta figer pour un temps avant de reprendre ses esprits et recommencer a donnez des ordres comme avant.

Pendant ce temps, Shamus avança dans le camps, sa forte présence et le fait qu'il soit un étranger causant tout les regards de se posez sur lui. Aussi, le fait que son révolver était clairement visible, puisqu'il gardait son imperméable ouvert, n'aidait en rien pour qu'il asse incognito.

Après quelque minute, un groupe d'enfant vint vers lui, bien qu'ils semblaient ignorer sa présence, trop occuper a se courir après, jusqu'à ce qu'un d'eux le percute et lui prend son révolver. L'arme fut immédiatement rappeler, atterrissant dans sa main, pour ensuite être replacer dans son holster. Pendant ce temps, Shamus usa son autres main pour attraper le garçon qui avait essayer de le déposséder de son arme, et qui se tenait figer, ayant vu l'arme s'enflammer et retirer de son emprise par un fils incandescent relier a la main de Shamus. Il souleva le garçon et le plaça devant lui, pour ensuite s'accroupir pour le regarder dans les yeux.

-Dit-moi, que voulait-tu faire avec mon arme si tu avais réussit a t'échapper avec?

Le garçon le regarda, incrédule, puis avala avec difficulté avant de répondre, d'une voix tremblante:

-Je-J'aurais tuer chasser les monstres qu-qui ont tuer maman et papa...

-Ah oui? Shamus dit, souriant, et posant une main sur l'épaule du garçon. Belle initiative, mais malheureusement, cette arme ne t'aurais été d'aucune utilité...tu n'aurais réussît qu'a te blesser, voire même te tuer, sinon te faire tuer. Le monde en-dehors de ce camp n'est pas un monde pour un enfant de ton age. Laisse la chasse aux monstres aux adultes. Fait nous tous un service et vit ta vie d'enfant. Peut-être, dans quelque années, tu pourra allez chasse, mais pas avant. Alors retourne donc jouer avec tes copains, et faites pas trop de troubles, sinon les adultes auront du mal a vous protéger des monstres...comprit?

Le garçon hocha de la tête et Shamus sourit, pour ensuite le pousser vers ses amis. Ils prirent un temps avant de repartir a courir, comme si de rien était, mais Shamus remarqua qu'ils faisaient tous plus attention a leur entourage. Shamus soupira alors:

-J'espère au moins qu'ils puissent survivre jusqu'à leur adolescence...plus si possible.


Il recommença alors a marcher vers le poste de commande du camp, passant un jeune homme, arme d'un pistolet, assit a l'extérieure de sa tente, l'air nerveux, du moins, il dégageait de la nervosité, ou bien de l'anxiété, c'était sans importance, bien qu'assez pour que Shamus s'arrête et le regarde.

-Sa va le jeune?


(HJ: A vous! deso si quelque partie que se soit de mon poste vous déplait. je modifierais au pire.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Lun 20 Juil - 21:50



Apparemment, depuis que le Jinchuriki était partit, les deux personnes étaient nettement plus tendue qu’à la normale. Cependant, ils passèrent sans trop mal le petit pont pour pénétrer dans le campement. Sauf que le garde qui gardait l’entrée adressa des mots de prudence à Seiji, qu’il savait sûrement ce qu’il risquait en faisant entrer une militaire dans le camp. Du moins, ses paroles ne furent pas exactement comme ça, mais elle sous-entendait cela. Saki déglutit et n’osa même pas imaginer ce qui lui tomberait alors dessus si une personne, par mégarde, la repérait sur le dos du jeune homme ou même seule dans le camp, à se balader. Quoi que… Elle doutait fortement que le résistant la laisse traîner seule dans le coin, étant totalement conscient du danger qu’elle encourait avec les autres résidants des tentes qui les entouraient. D’autant plus qu’elle était militaire, alors, leur haine serait plus forte. Du coup, les persécutions seraient plus violentes pour la jeune fille. Espérons que rien ne lui arrive… Et que tout se passera bien pour le moment, en tout cas durant le temps qu’elle sera présente entre ses murs.

*J’espère que je ne commettrai pas la moindre bêtise…*

Balayant les alentours de ses yeux bruns, remplit d’une grosse inquiétude, la jeune femme, toujours sur le dos de Seiji, observait chaque détail. Plusieures tentes étaient faiblement éclairées par des lampes. Mais sans plus… Fort heureusement, personne n’était en dehors de celle-ci, on ne risquerait donc rien si on ne faisait pas de bruit. Du coup, Saki ne prononça aucun mot, sachant que Seiji l’aurait désiré vu qu’il faisait pareil. Ils durent parcourir encore quelques minutes entres les différents habitations, tout en restant discret, avant d’enfin parvenir à la tente de ce dernier. Il y entra, dégageant le rideau de l’entrée avant de s’avancer dans la pièce et d’y déposer la jeune fille, tout en douceur, sur un matelas au sol. Ce n’était pas le luxe, soit, mais mieux que rien du tout. La militaire se contentera alors de cela, se résignant à se laisser soigner par le jeune homme.

Celui s’absenta rapidement, sortant de la tente afin d’aller dégoter quelques vêtements pour la jeune femme, de telle sorte à ce qu’elle puisse passer incognito dans le campement. Ensuite, ses vêtements de soldat furent mis de côté, bien caché et elle ne devra jamais dire de où elle venait, ni qui elle était. Donc, le mensonge était la solution à opter. Saisissant les habits dans sa main, elle fit un signe au jeune homme pour qu’il se tourne avant qu’elle ne se décide à retirer ses vêtements pour mettre les nouveaux. Ah ! Là, elle passait pour une vraie résistante… Une sorte de chemise beige, au longue manche qui cachait ses mains, un pantalon dont elle dû replier le bas pour ne pas s’emmêler dedans. Ses cheveux elle les attacha avec un élastique qu’elle trouva dans sa petite sacoche. Voilà donc, parée pour sortir si elle était tentée de faire un tour. Mais, le temps présent était placé à la guérison de sa jambe souffrante…

- Merci encore, Seiji… Dit-elle faiblement, baissant la tête, les yeux fixés sur sa plaie.

C’est ensuite que ce dernier lui expliqua quelque chose… Dont il lui présenta qui était l’enfant qui dormait à côté d’eux. Un gamin aux cheveux mi-long, à la couleur jaune paille. Une peu pâle et il semblait plein de vie. Dormant les à poing fermé, il ne les avait pas entendu rentrer dans la tente. Le jeune homme qui avait porté Saki jusque là lui dévoila son nom, Jack… Pas très répandu dans la région en tout cas. Mais il plut assez à la militaire qui le regardait dormir, avec un sourire esquissé sur ses lèvres rose claire. Elle appréciait beaucoup les enfants, mais n’avait jamais trop eu la chance de les côtoyer suffisamment longtemps car elle était toujours en mission pour l’armée. Risquant constamment sa vie, croyant bien faire… Mais elle était alors rassurée de savoir qu’elle pourrait garder son arme près d’elle, il était en quelque sorte son seul ami qui pouvait réellement la défendre contre l’ennemi, même si maintenant il y avait Seiji. Saki déposa sa main droite sur son fusil, sans plus, voulant juste le sentir là avant de retourner son attention sur le jeune homme qui l’avait aidée… Ce dernier s’était tourné vers l’entrée. Mais ses yeux ne parvenaient pas à savoir s’il était sorti ou non…

*Je te revaudrai cela, Seiji….*

Sur cette pensée, elle se laissa tomber en arrière, le regard fixé sur le plafond de la tente, oubliant totalement la soupe préparée par le résistant. Ses paupières trop lourdes, Saki finira par s’endormir…





Enroulé dans sa couverture, il ouvrit les yeux, lentement, de faible lueur éclairait la tente. Ses paupières eurent beaucoup de mal à s’ouvrir complètement, toujours assailli par une lourde fatigue. À vrai dire, le petit était fatigué, il avait veillé aussi tard que son corps lui permettait pour attendre le retour de Seiji, celui qu’il aimait tant. Si ce n’était pas la seule personne qu’il aimait par ici. Se tournant sur le dos, il inspira longuement, étirant ses bras sur les côtés, sentant soudainement la douce chaleur que dégageait une bougie. Quoi ?! Sa signifiait qu’il était de retour ! Non, ce n’est pas vrai, si ?! Dans un bond fulgurant, Jack se redressera, se mettant à genoux sur son matelas avant d’apercevoir Seiji assis face à l’entrée. Levant un sourcil, il se demandait bien ce qu’il pouvait trafiquer là, planté ainsi… Ma foi, c’était toujours gratuit de demander. Et d’ailleurs, c’est ce qu’il fit sur le champ !

- Je suis si content que tu sois rentré, Seiji ! Dit-il un peu trop fort. Ah, oups !

Jack venait de se rendre compte de la présence d’une autre personne dans la tente, une jeune femme plutôt. Qui était-elle ? Que faisait-elle là ? Mais au premier coup d’œil, il remarqua la blessure à la jambe dont le bandage commençait déjà à être tâché par le sang qui séchait en dessous des multiples couches du tissu. Le gamin se tourna dans sa direction, la pointant du doigt avant de s’adresser à nouveau à Seiji.

- Qui c’est, celle-là ? Tu l’as trouvée où pour la ramener ici ? Lui demandera-t-il avant de se lever.

À peine que sa question fut posée qu’une silhouette se figea devant leur tente. Oui, celle d’un homme portant une longue cape. Il semblait les regarder et Jack passa aux côtés de Seiji, s’emparant d’un chapeau qu’il portant souvent, un casque de militaire, comme son frère. Sortant un peu en trompe, il fixa intensément Shamus, le dévisageant de haut en bas, comme s’il voulait lui faire peur… Avant de lui adresser la parole un peu sèchement.

- Qui êtes-vous d’abord pour nous mater comme ça, hein ? Surtout que je ne vous ai jamais vu par ici… Déclara-t-il pour obtenir des réponses, du moins, il l’espérait. Hein, Seiji, toi non plus tu ne l’a jamais vu par là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seiji Onara
°Humain(e)°
°Humain(e)°
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/07/2009
°Races° : Humain
°Âge du personnage° : 19 ans
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, observateur, courageux

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Lun 20 Juil - 22:56

Seiji contemplait le ciel, des petites étoiles brillaient un peu partout. Il se disait que là haut, il serait peut être débarrassé de toute cette misère et ce danger, qu‘il pourrait vivre tranquillement. Il se demandait bien se qu’il allait faire de cette jeune militaire. Jack était déjà une grosse responsabilité mais il ne pouvait la laissée dans un tel état. Il la garderait jusqu’à son rétablissement, elle choisirait surement de partir ensuite après tout elle devait avoir une vie ailleurs aussi. De la famille peut être. Enfin pour le moment seul sa guérison comptait. A vrai dire un autre projet trottinait dans la tête de Seiji. Celle de partir, pour le moment il avait son oncle, mais s‘il venait à ne plus être là, il n‘avait plus personne pour le soutenir dans le camp. Son oncle était soit respecté, soit craint. Mais quand Jack sera prêt il quittera ce camp, avec ou sans lui, ce sera à lui de décider. Et ce fut Jack lui-même qui vint tirer Seiji de ses pensées.

- Je t’expliquerais Jack, contente toi de ne rien dire.

Seiji avait employé un ton ferme et autoritaire. Ainsi Jack ne serais pas tenté de ne pas écouté son ami. Puis à peine la réponse formulée, qu’un individu surgit de l’obscurité. Jack lui répondit sans même le craindre et le ton employé fit sourire Seiji. Il aimait beaucoup ce gosse, il en avait dans le ventre. Seiji se releva pour faire face à cet inconnu. Il tourna la tête vers Jack.

- Jack, retourne te coucher, on discutera demain matin.

Jack n’allait peut être pas apprécié mais si cet homme avait pu rentrer sans se faire plomber à l’entrée, c’est qu’il devait avoir un bon grade ou quelque chose dans ce genre là. Jack était encore trop jeune pour certaines choses. Ainsi Seiji préférait il le mettre à l’abri des hommes et de leur folie. Il repoussa le jeune Jack dans la tente.

- Veuillez l’excuser. Il est jeune. Je me nomme Seiji Onara, si je peux vous aider. Les gens d’ici n’aime pas trop les inconnus, ils se méfient de tout le monde. Ils sont à cran et fatigués, la guerre les épuises. Enfin bon vous devez être ici pour une bonne raison non ? Si vous voulez le gîte je vous le déconseille, dormir à la belle étoile serait peut être plus prudent.

Si Seiji été si confiant, c’est parce qu’il ne risquait rien de cet homme. Ce serais du suicide de venir tuer quelqu’un en plein milieu d’un camp où chaque personne serais prêt à vous sauter dessus, ne cherchant qu’un seul prétexte pour le faire. On pouvait d’ailleurs voir quelques enfants cachés derrière des tentes à observé l’inconnu, souvent envoyés par leur parents. Comme si Seiji n’avait pas assez de soucis à se faire avec la jeune femme. Peut être que son départ tant attendu se déroulerais plus tôt que prévu. Le problème serait de savoir où aller et puis Jack n’était pas habitué à marcher longtemps. Et il n’avait pas encore apprit à chasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamus Naapal
°Jinchuriki°
°Jinchuriki°
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 28
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 36
°Affinité élémentaire° : Feu
°Votre personnage en 3 mots° : Amicale / Determiner / Courageux

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Sam 25 Juil - 22:01

Shamus ne put s'empêcher de sourire quand le garçon sortit de la tente, portant un casque de militaire, et lui imposa un petit interrogatoire. Ça lui rappelait un des orphelin qu'il avait adopté, il y a ça quelque années. Il regarda silencieusement le jeune homme le renvoyer a l'intérieure, avec la promesse d'une explication plus tard...les adultes aimaient bien ces mots: "demain" "plus tard", ou bien "quand tu seras plus vieux". Ces mots leur épargnaient de devoir fournir des explications sensible au enfants. Shamus opérait toujours sur la mentalité de "pourquoi faire demain ce qu'on peut faire maintenant".

Shamus s'assit alors que le jeune homme, Seiji, lui parla, excusant l'hostilité des réfugiées et lui disant qu'il ferait mieux d'aller chercher ailleurs pour un lit, bien qu'avec politesse et subtilité, c'était également un avertissement qu'il ne verrait probablement pas le lever du jour s'il dormait dans le camps. Shamus s'empêcha de rire. C'est les situations comme celle dans laquelle ces réfugiées se trouvaient qui faisait ressortir ce qui avait de meilleur et de pire en l'homme.

-Merci du conseil, et pour te rendre la monnaie de ta pièce, je me nomme Shamus Naapal, bien que la plupart des gens me connaissent sous le nom de l'inquisiteur. J'ai éliminer a peu prés cinquante virus dans les environs, bien que c'était probablement ceux qui étaient assez fort pour survivre a découvert. Les attaques sur le camps devraient cesser pour un moment, bien qu'avec les virus, on sait jamais...bon, assez bavasser, je sais que je ne suis pas le bienvenu ici. Je vais donc de ce pas faire ce que j'ai a faire ici, et puis je reprendrait la route. Un plaisir de te rencontrer, Seiji, et si je peut te donner un conseil, avec les enfants, il est souvent malsains de remettre les choses a demain, mieux vaut les faire dans l'immédiat, parce qu'on ne sait jamais ce que demain nous réserve. A présent, au revoir, et bonne chance!


Shamus s'était lever a mi-chemin dans son discours, et quand il eut finit, il salua Seiji et puis se tourna en direction du centre du village. En chemin, il vit deux hommes essayant d'allumer un feu dans un baril. Pour une raison, ils semblaient incapable de l'allumer leur feu, alors Shamus soupira et relâcha un serpent de feu de sa mains, qui tournoya dans les air, puis tomba dans le baril, ou le feu prit instantanément. Shamus continua son chemin au travers des témoins surpris, sans même se retourner et arriva bientôt devant le poste de commande. Personne l'arrêta, les gardes a l'entrée du camps avaient passé le mots. Il interpella alors la première personne qu'il vit, une jeune femme en uniforme.

-Excusez-moi, madame, mais ou pourrais-je trouver le téléphone réserver au civile?


Elle le regarda un moment, puis indiqua du doigt un anciens téléphone publique, avec son stand originale!

-La-bas...

-Merci.

Elle retourna vaquer a ses occupation, alors que Shamus alla au téléphone et entra un numéro a vingt-chiffre. La personne a l'autre bout décrocha après deux sonnerie:

- Oui.... Qui est-ce ? Auriez-vous l'obligeance de m'annoncer votre identité ?

-Salut Rena! J'ai des nouvelles sur la Red dead, et une possible piste pour trouver leur planque.

- Ah, c'est vous Shamus ! Des pistes, vous dites ? C'est plutôt une bonne nouvelle cela. Mais tâchez de ne pas me les transmettre par téléphone, on pourrait être sur écoute... Compris ?

-Ah oui...attend une seconde, je croyais que tu avait le meilleur du meilleur en terme de securite...

- Le meilleur peut toujours avoir une faille, mon cher Shamus. Ne l'oubliez pas. Et mieux vaut privilégier la carte de la prudence que de prendre des risques.

-Très bien dit...bon, c'est d'accord, et puis court c'est mieux, je suis pas dans le plus amicale des place la...

- Bien, alors je vous demande de revenir au QG et de venir me voir à mon bureau pour que vous puissiez me dire vos trouvailles. Compris ?

-Oui, bon, j'estime a peu prés une journée...moins si j'emprunte un moyen de transport...disons simplement que j'arriverais quand j'arriverais, bon, salut!

- Non, attendez Shamus ! Ne coupez pas la ligne. Où êtes-vous actuellement, approximativement ?

-La Death Field, le camp des réfugiées, du moins, le plus gros. Pourquoi? Vous allez etre gentille et m'envoyer un helico?

- La Death Field..... Bien... Oui, je vous envoie un Hélicoptère vous récupérer, Shamus. Cependant, essayez, pour leur faciliter la tâche, d'être dans une plaine, éloigné de tout et d'être visible dès que vous les verrez.

-*rire chaleureux* ma chère Rena, vous savez mieux que quiconque que lorsque je me veux visible, je me ménage pas. Bon, ya un parc assez bien dégager pas loin, soit moins d'un kilomètre au nord du camps, j'y serait dans une dizaine de minute. Et la dernière fois que j'y suis aller, les virus y étaient assez nombreux. Je conseil des armes lourdes, si vous m'en juger digne bien sur. *rire*

- Ne vous en faites pas pour ça, Shamus, je crois être l'une des rares personnes à vous connaître sur le bout des doigts. Je ne doutes en rien de vos capacités. L'hélicoptère sera armé en conséquence. Sur ce, Avez-vous autre chose à me dire ?

-Ne parlez pas au inconnue et n'accepter aucun bonbon de leur pars...

*Silence de Suspense*

-Shamus...... Cessez de me prendre pour une gamine !

-*Rire infiniment joyeux* désolé, c'était plus fort que moi.

-Ne me.... Soit ! On en parlera à mon bureau !

-C'est un rendez-vous! bon, au revoir ma chère, et je t'avertis, si j'arrive et ton bureau est sale, tu sera priver de sortis... salut!

Shamus raccrocha alors et sourit comme un gamin. Il sortit alors de la tente et se dirigea rapidement vers la sortie Nord. Qu'il franchit, tout en saluant les deux gardes, et s'enfonça dans les ruines de la ville environnantes.

(Out: vers le sujet que soit moi ou le Pnj créera)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seiji Onara
°Humain(e)°
°Humain(e)°
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/07/2009
°Races° : Humain
°Âge du personnage° : 19 ans
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, observateur, courageux

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Dim 26 Juil - 23:53

Cet homme se faisait appelé l’Inquisiteur, il devait être puissant s’il avait tué autant de virus. Encore un jinchuriki, Seiji venait d’en voir deux en très peu de temps. Que se passait il, avant tout était plus calme. Et puis il n’y avait pas tant de virus, heureusement que Shamus en avait occis pas mal. Seiji le remercia avec un sourire, c’était bien le seul qui lui souriait. Le conseil sur les enfants fit sourire Seiji une nouvelle fois. Seiji avait bien l’intention d’expliquer la situation à Jack, mais il retenais toujours ses mots pour ne pas inquiéter le jeune garçon. Il avait sa jeunesse, en aucun cas Seiji ne voudrait le lui ôté. Certes la vie n’était pas simple ici mais tant qu’il été dans ce camps, inutile d’inquiéter ou de dire des horreurs au petit Jack. Puis Shamus dit au revoir à Seiji.

- Merci pour les virus… et bonne route à vous ! Et surtout n’hésitez pas à descendre encore quelques virus !

Seiji avait insisté sur ses derniers mots pour qu’une partie du camp puisse l’écouter. En espérant que Shamus n’ai pas d’autres ennuies avec ce dernier. Ceci fait, Seiji vit que le jour arrivé vite, il était un peu fatigué de ses aventures, il revoyait encore les scientifiques exploser. Il en eut un frisson dans le dos, puis essayant d’oublier ceci il retourna dans sa tente où Jack était assit sur son matelas. Seiji regarda si Saki dormait. Oui et elle n’avait pas bu la préparation de Seiji. Il sourit et posa le bol sur le bureau en écartant quelques bouquins pour y faire de la place. Il se rapprocha ensuite de Jack, il s’assit à coter de lui en tailleur. Il resta un moment ainsi sans rien dire, ceci voulait en quelque sorte dire, excuse moi de ne pas te l’avoir dis plus tôt. Mais il prit la parole.

- Bon Jack, je vais commencer par le début ça sera plus simple je pense. Je chassais et des militaires me sont tombés dessus. Saki en faisait partit, ils ont fait venir des scientifiques qui avaient l’intention de me tuer. Je te raconte ça rapidement, excuse moi. Un jinchuriki est venue et a tué les scientifiques. Saki était à ce moment là blessée car elle a tenter de se rebeller contre les scientifiques qui lui ont tirer une balle dans la cheville. Je l’ai ramené ici avec la protection du jinchuriki qui s’en est partit ensuite. Surtout ne dit rien au autres membres du campement, je te fais confiance là-dessus. Elle ma prévenue qu’ils voulaient me tuer, je lui dois surement la vie même si c’est le jinchuriki la fait. L’intention était là. Et l'homme qui est passé est repartit, il venait peut être trouver un endroit où se reposer un peu. Bon tu ferais bien de dormir mon grand, le jour va se lever alors repose toi encore un peu. Demain matin je t’apprendrais le combat au corps à corps. Donc il vaut bien que tu reprennes des forces, je ne me ménagerais pas.

Seiji frotta la tête de Jack en souriant, il n‘était vraiment pas doué pour raconter des histoires, même celles qu‘il avait vécus. Puis il sortit en dehors de sa tente et s’assit devant l’entrée pour faire le point sur se qui venait de se passer. Tout se bousculai dans sa tête. Il était passer très près de la mort, trop près à son goût. Il ne voulait pas que cela arrive à Jack, mais bon vivre dans ce pays signifiait qu’il fallait côtoyer la mort quotidiennement. Les hommes tombent aussi vite que les feuille d’un arbre en automne dans cette région. Seiji voulait avant tout protéger Jack de l’extérieur, mais les gens du camp semblait de plus en plus contre Seiji, donc Jack. Et ils avaient à présent de bonnes raisons avec la jeune femme dans sa tente. Mais il ne pouvait se résoudre à affronter tout ces gens qui lui faisait de la peine. Beaucoup ne pouvaient se débrouiller seul et ne pouvait survivre sans l’aide des autres. C’est aussi pour cela que les camps ont été créés. Sauf que dans cette ambiance miséreuse, si l’un d’entre eux détiens un petit objet plus précieux, la jalousie prend vite forme poussant même parfois à ruiner tout dialogue entre un père et son fils. Et ceci dissout les hommes. Seiji ne voulait pas donner cette image là des gens à Jack. Il voulait juste que Jack fasse son possible à aider les gens et à se débrouiller seul à l’extérieur des frêles murs qui protège ce camp. Et puis il ne voulait pas que son savoir et son expérience soit perdue. La mort frappe assez rapidement par là. Bref tout ça pour dire que Seiji s’inquiétait énormément pour beaucoup de choses. Mais comment rendre ce pays plus sure, plus vivable. Exterminer les virus ? Chose bien impossible. Nettoyer ce pays de tous ces morts, vengeances et autres. C’était impossible. Alors il fallait faire avec ce que l’on a, et ce n’est bien que pas grand-chose. Que pouvait il faire, lui Seiji Onara. Et bien pas grand-chose… Il mit sa tête entre ses bras posée sur ses genoux, comme s’il pleurait. Il respirait calmement, faisant le vide. Il ne restait peut être qu’une seule solution… Trouver un vaccin contre cet maladie qui ronge les virus. Mais allez dire cela à quelqu’un, il vous rirait au nez. C’était infaisable, pas avec les moyens du bord. Et si seulement il en existait un ? Autant protégé un camp, vous seriez plus efficace. Les seules arguments de discours n’était que la taille de son chargeur et la portée de son fusil. Seiji finit par s’endormir sur ces pensées qui le fit déprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Lun 27 Juil - 21:28



Dans cette nuit sombre, éclairée malgré tout par quelques feux allumés à quelques coins du campement, où la plupart des personnes dormaient, sauf devant la tente de Seiji, où un gamin venait de sortir en trombe pour interroger l’inconnu qui se tenait en face de lui, le calme régnait en maître. Jack ne s’était clairement pas gêné pour rentrer dans le lard de l’individu qui n’était que Shamus Naapal. En fait, le petit jouait déjà au grand, voulant faire comme les gardes qui interrogeaient chaque passant, Jack pensait bien faire en lui tenant tête de la sorte. Mais, il n’obtenu en rien de la réponse qu’il attendait tant car Seiji sortit à son tour de la tente, le renvoyant directement dans la tente pour qu’il aille se coucher. Ce n’est bien sûr pas dans le calme que le gamin s’éclipsera.

- Eh mais… Seiji ! Moi aussi je veux interroger les gens louches ! Tu n’es pas seul !

Mais, sans qu’il puisse rajouter quoi que ce soit d’autre, il se fit taire rapidement, retournant dans la tente, bien décidé à l’attendre. Il voulait des explications. Que ce soit sur la jeune femme étendue dans le lit à côté ou avec ce monsieur bizarre au long manteau. Et c’était sans le saluer que Jack était retourné à sa place initiale, prenant place au milieu du matelas, assis en tailleur, le regard braqué sur les deux silhouettes devant l’entrée. Il n’entendait pas grand-chose de ce qu’il se disait. Alors, pour passer le temps, il détourna son regard sur Saki, se penchant en avant pour mieux la regarder. Son visage paraissait serein. Ses lèvres rose pâle, une peau claire, de longs cheveux bruns, Jack commençait à se poser de sérieuse question. Allant même à aller dans l’extrême. Mais cela, il le demanderait à Seiji une fois qu’il aura finit de faire causette avec le monsieur barbu. Croisant les bras, il attendit, donnant l’air de bouder.

Ce fut alors après quelques minutes que Seiji rentra, sans faire trop de bruit, après avoir haussé la voix envers l’inconnu, pour s’asseoir en face de lui après avoir déposé un bol sur une table. Il se mit alors à lui expliquer la situation. Commençant par cette femme à côté d’eux deux. Jack ne put empêcher un petit sourire s’afficher sur ses lèvres alors que le jeune homme blond venait d’achever ses dires. Pleins d’idées fusaient dans la tête de ce dernier. L’avait-il simplement tirée d’affaire parce qu’elle avait tenté de le sauver à la dernière minute ? Le gamin doutait un peu… Alors, ce fut avec engouement qu’il déclara, chuchotant faiblement. Un énorme sourire sur les lèvres.

- Dis plutôt que tu l’aimes bien, hein ? Avoues aussi qu’elle est belle, Seiji ?! Commencera-t-il. Hihihi… Tu es amoureux, non ?

On disait souvent que les enfants disaient beaucoup la vérité vu qu’ils étaient dotés, contrairement aux adultes, de voir les expressions et de les exprimer avec leurs mots à eux. Mais, il pouvait se tromper. Sauf que Jack était sûr de lui… Avait-il raison ou pas ? Seiji aimait-il cette fille qui dormait maintenant dans un lit, respirant faiblement, un petit sourire affiché sur ses lèvres ? C’est ce qu’il allait voir…





Venant de plonger dans un profond sommeil, le sommeil paradoxal, Saki ne rêvait pas… C’était plutôt un cauchemar qu’elle voyait devant ses yeux. Lui faisant revivre son douloureux passé d’orpheline, ce rêve qui tournait à l’horreur commençait à lui faire peur. Mais cela ne dura que quelques secondes vu que le ton devint très vite plus doux. Elle se voyait dans un énorme pré, des cerisiers blancs le bordant, des pétales voltant dans les airs au rythme de la faible brise qui était dans les lieux. Cette vision réchauffait le cœur de la jeune fille qui espérait, un jour, revoir un tel lieu dans ce monde déchiré de toutes parts. Voulant alors attraper une de ces pétales voltant devant elle, son corps tout entier s’engourdit. Sa main ne se referma pas sur la chose. Saki s’écroula à terre, recroquevillée sur elle-même. Le champ se désagrégea subitement, revenant de la poussière. Le lieu était désormais totalement mort, aucune âme…

- Oh non… Murmura-t-elle en se relevant, dans son rêve.

Mais un rire glacial retentit… À lui en glacer le sang. Un frisson lui parcouru l’échine et la jeune femme plaqua ses mains sur ses oreilles, s’agenouillant à terre, le front collé contre le sol pierreux. Ce rire persistait toujours, malgré ses oreilles bouchées. Elle se mit alors à crier à l’aide pour que quelqu’un, s’il l’entendait, vienne la secourir. Mais, rien ne venait… Personne ne l’entendait, aucune âme… Saki se redressa et soudains, une balle la transperça par le dos, ressortant de son abdomen. Une seconde lui traversa l’épaule droite et la dernière, la fatale, lui explosa la boîte crânienne. Le noir totale s’installa…

- Non ! Fit-elle en se réveillant en sursaut.

La respiration rapide, elle crispa sa main sur son thorax pour tenter de calmer son souffle, réalisant qu’elle était revenue à la réalité. Le front dégoulinant, elle releva la tête, ayant de la peine à distinguer l’endroit où elle était. Elle avait une petite perte de mémoire, dû au réveil trop brutal à cause de ce cauchemar. Mais des voix lui parvinrent. « Avoue », «Elle est belle » ou « Tu es amoureux, non ? »… Ces brides de phrases lui étaient parvenues faiblement à ses oreilles, par une petite voix.

*Qui est-ce… ?*

Saki tourna la tête, ayant probablement attiré leur attention avec son petit cri de terreur dans son sommeil. Et elle aperçut Seiji de dos ainsi qu’un petit enfant, Jack, lui parlant avec un large sourire…

- Je…. Excuses-moi, Seiji… Je ne voulais pas… crier ainsi… Ni vous faire peur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seiji Onara
°Humain(e)°
°Humain(e)°
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/07/2009
°Races° : Humain
°Âge du personnage° : 19 ans
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, observateur, courageux

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Lun 27 Juil - 22:26

Jack parlait facilement, mais cela gênait un peu Seiji qui ne savait pas trop quoi dire face à ces paroles. Et a vrai dire Seiji ne s’était pas posé la question. Et puis surtout il n’avait pas encore eut le temps de réfléchir à grand-chose. Il se gratta la tête.

- Ecoute Jack, je ne peux pas me permettre de tomber amoureux. Je m’inquiète déjà assez pour toi et de demain. Ça ne serais que des complications. Je…

Saki cria se qui fit sursauter Seiji qui prit immédiatement son arme a la main, mais il la laissa dans son dos en voyant que ce n’était que Saki. Il prit un torchon qu’il mouilla et le posa sur le front de Saki. Il l’aida à se rallonger.

- Vous avez du faire un cauchemar, la fièvre commence à remonter. Il faut que vous réussissiez à vous reposer. Ne vous inquiétez pas, je reste à côté de vous. Vous ne ferez plus de cauchemar. Si vous voulez discuter un peu avant de dormir, si quelque chose vous tracasse.

Seiji lui fit un large sourire. Il voulait qu’elle puisse dormir tranquillement. Il mit sa main sur son bras pour essayer de la rassuré. C’était une militaire, elle ne devait pas craindre grand-chose mais c’était toujours plus agréable. Il fit signe à Jack de se recoucher. Lui aussi devait se reposer. Seiji aussi avait besoin d’un peu de repos mais il préférait rester éveillé jusqu’à se que Saki s’endorme. Il la regardait, elle n’était pas dans un très bon état. Il avait tout de même un peu peur qu’elle attrape une maladie ou que la blessure s’infecte. Seiji essayer de faire tout pour que cela n’arrive pas mais bon les moyens du bord parfois ne suffisent plus. Il regardait la jeune femme dans les yeux, il voulait garder son attention, elle oublierait peut être sa blessure un instant.

[Je sais pas trop quoi mettre :s ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Mar 28 Juil - 21:30


Jack était toujours assis sur son lit, tirant un peu la gueule à Seiji pour l’avoir envoyé balader quand il s’était mis à interroger l’inconnu devant la tente. Pour une fois encore, l’occasion s’était présentée à lui pour qu’il puisse montrer de quoi il était capable ! Mais non, ce n’était que trop beau. Le jeune homme avait été inquiet pour lui et lui avait demandé de retourner se coucher, lui promettant de lui expliquer par la suite. Le gamin s’installa en tailleur, immobile dans la pénombre de la tente faiblement éclairée par une simple bougie pour ne pas déranger la jeune femme qui dormait toujours. Le grand blond finira par revenir à l’intérieur, prenant place face à Jack, commençant par devenir silencieux. Impatient, le petit s’était légèrement penché en avant, croyant qu’il communiquait avec lui par la pensée. Mais non, il ne percevait pas le moindre son au final. Ce dernier semblant être plongé dans ses songes durant quelques brèves secondes avant de prendre la parole. Mettant alors toutes les cartes sur la table. Il lui expliqua son excursion à l’extérieur, de la façon dont sa avait violemment tourné et pour quelle raison il avait embarqué cette fille avec lui, du nom de Saki. Au moins, maintenant, Jack avait un prénom à collé sur sa tête. Saki, hein… Une militaire blessée ayant voulu aider Seiji qui allait se faire tuer. Il trouvait cela étrange… Mais mis à part ce petit détail, il cru comprendre que le jeune homme était attiré par elle, en fin de compte. Se mettant à le lui demander à haute voix, parlant tout de même assez bas pour n’être entendu que par Seiji et, finalement, par Saki qui venait de se réveiller dans un bond fulgurant.

- Wouaaaaaaaaah !

Criant de panique à sa suite, Jack sursauta en arrière, s’écrasant lourdement sur le matelas, étalé sur le dos. La respiration rapide, il se redressa, la main sur sa poitrine. Son cœur battait la chamade… Alors, s’il sursautait rien qu’à ça… Alors en dehors du campement… Qu’est-ce que cela serait ?




Saki venait de se réveiller en sursaut, la main droite plaquée sur sa bouche, elle étouffa quelque peu son petit cri de surprise qui avait effrayé Jack, le faisant bondir en arrière. Le souffle notamment rapide et très saccadé, la jeune fille tentait de se calmer au mieux, plongeant son visage entre ses mains après avoir balayé la tente du regard. Son front transpirant, elle se l’essuya du revers de ses mains, au mieux qu’elle le pouvait, tentant toujours de maitriser sa respiration pour qu’elle redevienne normale. Elle ne put à peine remercier Seiji qui avait fait le geste de lui poser une serviette trempée dans de l’eau sur le front pour le refroidir. Il était brûlant et Saki ne se sentait pas très bien. Mais, ce n’était que passager. Probablement engendré par l’angoisse présente qu’elle subissait… Ou, tout simplement, à cause de son rêve complètement louche qu’elle venait de vivre à l’instant. Après tout, l’un ou l’autre, les deux situations était provocatrices d’angoisse.

Ensuite le résistant l’aida à se recoucher dans son lit, la reculant tout en douceur pour que sa tête repose enfin sur un coussin douillet, la serviette humide toujours posée sur son front. Son souffle commençait à se calmer, redevenant à la normale. Son pou, lui aussi, se calmait gentiment et son cœur avait cessé de battre la chamade, lui ayant donné l’impression qu’il allait exploser ou sortir de sa poitrine. Et c’est alors qu’elle sentit la main, qui se voulait apaisante, de Seiji, se poser sur son bras, pour la rassurer. Saki, étant habituée à être souvent seule, ne ressentait pas directement le réel sens émotionnel de ce geste tout simple. Mais elle le comprit, par contre. Et elle se sentit rapidement rassurée et soulagée de sa présence. Mais, elle était toujours prise par cette angoisse affreuse. Est-ce que l’armée allait la traquer à vie, jusqu’à la retrouver et lui donner la punition qu’elle méritait pour les avoir trahit de cette manière là ? Elle avait peur… Si peur qu’elle attrapa le jeune homme le col de son vêtement, de ses deux, et le tira contre elle, toujours couchée, l’attirant dans le lit, en quelque sorte. Afin de se mettre en boule contre ce dernier…

- Seiji… J’ai beaucoup… trop peur… S’ils… s’ils me trouvaient… ils… ils me… torturaient à mort. Seiji…

La jeune fille était restée dans cette position, le front collé contre son torse, tout en lui parlant, elle sentait des larmes perler sur ses joues, dont quelques unes iraient s’écraser sur le dos de la main du jeune homme que Saki écrasait avec son épaule. Partant lentement en sanglot, elle était paniquée, angoissée… Juste par eux. Était-il si terrible que cela ? Probablement…

Pendant ce temps, Jack observait la scène d’un air sceptique. Se demandant bien pourquoi cette fille avait eu une réaction si impulsive en approchant Seiji ainsi contre elle. Mais ce n’est pas pour autant qu’il les interromprait maintenant. Il décida donc de s’allonger sur le dos, les mains derrière la tête, observant la clarté de la lune au travers du tissu de la tente. Le calme était toujours présent, malgré le chuchotement presque inaudible de la militaire qui semblait partir en sanglot…

*La pauvre….* Pensa-t-il
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seiji Onara
°Humain(e)°
°Humain(e)°
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/07/2009
°Races° : Humain
°Âge du personnage° : 19 ans
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, observateur, courageux

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Mar 28 Juil - 22:26

Jack avait fait un bond en arrière au cri de Saki. Il peinait à se remettre de ses émotions, peut être n’était il pas encore prêt à partir du camp. Alors que Seiji avait posé sa main sur le bras de Saki, cette dernière l’attira de force vers elle. Elle l’avait tirer avec puissance, cette jeune fille avait de la force, elle avait dur subir de lourd entraînement dans l’armée. Aujourd’hui elle semblait complètement perdue. Elle appréciait peut être sa vie au sein de l’armée, mais maintenant elle venait de le perdre, tout ses repères par la même occasion. Elle se trouvait au milieu de nulle part, blessée et avec des gens qui pouvait lui en vouloir juste par ce qu’elle était. Tout ceci n’avait rien de rassurant. Seiji faisait son maximum pour la rassurée mais il restait maladroit, il ne savait pas quoi faire. Contre toutes sorte de bestiole irradiée, là Seiji savait comment faire. Il était même un expert mais pour ce qui se passait en ce moment, ce n’était pas pareil.

Il pouvait sentir ses larmes chaudes couler sur sa main. La tête de Saki sur son torse. Elle était bouillante. Seiji était surpris d’avoir était entrainer de cette manière, il restait sans bouger et sans rien dire pendant quelques secondes. Puis il passa ses bras autour d’elle et la serra pour qu’elle se sente protéger, en sureté. Là a à côté de Saki le temps semblait s’être arrêter. Leur rencontre dans les plaines rougeâtres semblait si éloignée. Seiji mit une main sur la tête de Saki. S’était comme le réflexe que l’on pouvait avoir de se protéger la tête lorsque il se passe quelque chose de surprenant et menaçant, lorsque on bruit sourd se fait entendre pas très loin de soi par exemple. Puis il rapprocha sa tête de celle de Saki au plus près qu’il le pouvait. Puis il lui parla en chuchotant.


- Tant que tu restes là, tu ne crains rien. Tant que je serais près de toi, personne ne viendra. Personne du camps ne te fera de mal. Et l’armée ne viendrais pas te chercher ici, il ne pourrons pas te torturer. Si ça devait arriver, je les empêcherais. Je sais que ça peut paraître difficile mais tu dois me croire.

Seiji avait perdue son calme habituelle, toutes les larmes de Saki l’attristait. Il avait arrêter de vouvoyer, ainsi peut être se sentirait elle plus proche, il voulait qu’elle puisse lui faire confiance. Elle pouvait compter sur lui. Bien que cela étonné vraiment qu’il puisse faire face seul à l’armée. Si jamais venait à se produire, ils profiteraient de l’agitation pour fuir le camps. Les résistants n’aimaient pas trop les petits soldats. Enfin pour le moment Seiji ne pensait plus à rien, le regard dans le vide. Les second semblaient durer des heures. En essayant de rassurer Saki, c’est un peu lui-même qu’il rassurait en même temps. Les épreuves de l’extérieur sont difficiles. Certains sombres dans l’alcool pour surmonter les souvenirs, d’autres se drogues mais Seiji lui gardait cela pour lui. Et un peu de chaleur humaine le réconfortait, n’ayant plus vraiment personne sur qui se reposer. Seiji aurait bien voulut ne plus sortir de cet endroit et ne plus revoir l’extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Ven 31 Juil - 20:51



Agrippant les vêtements du jeune homme, la militaire attira de force ce dernier contre elle pour s’y blottir contre, le front plaqué contre son torse. Cette dernière ressentait une affreuse envie de pleurer, mais rien ne voulait venir pour le moment. Alors, elle attendit, encore et encore, dans le silence le plus long de toute son existence. Ses yeux commencèrent à picoter un peu, s’humidifiant petit à petit. Sa y est ! Elle pleurait. Des larmes, tièdes, coulèrent à flot, glissant sur sa peau devenue pâle à cause de la douleur à sa jambe, avant de retomber sur la main du jeune homme qu’elle écrasait un peu avec son épaule. Se mettant é sangloté, Saki se laissa aller contre Seiji, se sentant rassurée dans ses bras. Après tout, c’était les seuls bras accueillant et les seuls en qui elle pourrait avoir confiance ici. Alors, dès que ce dernier l’enlaça tendrement, elle s’arrêta de pleurer, les yeux grands ouverts. Elle ne s’y attendait pas la moindre du monde. Ce geste, pourtant si simple à faire, était d’une tendresse infinie pour la jeune fille qui ferma les yeux, ses mains contre le torse de Seiji se crispèrent pour l’attirer un peu plus contre elle. Cette douce chaleur qu’il lui donnait pour la réconforter l’envahira, jusqu’à atteindre son cœur qui en sera soulagé.

Sa peur de l’armée, sa crainte d’être poursuivie et ses cauchemars d’être torturée à vie la quittèrent d’un coup. Plus rien. Seul le moment présent comptait. Son cœur battait moins vite, sa souffrance s’en étant allée ailleurs. Saki ressentit ses yeux pleuré à nouveau, mais des larmes de bien être, cette fois-ci. Serrant le jeune homme contre elle encore plus, elle voulait se rapprocher de lui, elle le voulait.

- Merci… Seiji. Murmura-t-elle d’un faible et douce voix, mélodieuse malgré toute la peine qu’elle avait eu à parler.

Les paroles du résistant la touchèrent droit au cœur. Il la protégerait, ici ou en dehors. Et même s’il le lui disait, la jeune fille lui faisait déjà confiance depuis un moment. Tout cela parce qu’il l’avait pas laissée seule dans la Death Field. Elle était heureuse d’être là, dans un lieu plus propice au sauvetage de la planète et de l’humanité. Et plus jamais elle combattra pour cette chose qui osait se faire appeler Armée du Japon. Plus jamais elle ne leur prêterait main forte. Au contraire, elle fera tout en son pouvoir pour retourner leur régime qui souille l’humanité. Détruire la corruption qu’il laissait balader dans le monde de la sorte pour amener plus de corps pour leurs missions périlleuses.

- Je te fais déjà confiance, Seiji. Reprit-elle avant de continuer à parler. J’ai été engagée dans l’armée à mes dix huit ans, c’est-à-dire, il y a maintenant plus de deux ans. Au début, je me battais réellement contre les Virus, on allait au front pour les descendre un à un. Tout allait bien jusque là. Mais, ces derniers mois, j’ai commencé à ressentir quelque chose d’étrange. Et surtout, le fait qu’ils tuaient les suspects, comme tu as failli y passer ce soir même.

Relevant légèrement la tête, elle planta son regard dans celui de Seiji, le regardant quelques secondes avant d’enchaîner sur une facette de sa vie. Elle parlait toujours en murmurant pour n’être entendue que de lui.

- Mais, ce que je sais, c’est qu’ils ne les tuaient pas réellement. Ils les plongent dans un coma artificiel afin de les ramener au laboratoire pour y faire des expériences et y étudier le virus. Beaucoup subir les scalpels en étant conscient… J’entendais leurs cris d’agonie… J’avais trop peur pour m’enfuir, je restais dans le couloir, à monter la garde. Je faisais tout ce que je pouvais pour me boucher les oreilles. Mais rien n’y faisait. À force, ces cris sont ancrés en moi. Je les entends tous les jours.

Pendant qu’elle comptait une partie de sa vie, Jack, étendu sur le lit derrière Seiji, s’endormit lentement pour plonger dans un profond sommeil… Saki continuant à parler au résistant, elle le serra dans ses bras.

- Je les entends toujours crier, j’en peux plus… Ils sont là, ils hurlent au secours, ils appellent de l’aide. Et ces salauds s’en moquaient presque en leur lançant des « Ta gueule sal chien » ou « T’es foutu de toute manière, profite de te sentir en vie, sale merde ». J’ai toujours rêvé d’entrer en trombe, de les descendre et d’en sauver au moins un. J’en ai jamais eu la force de le faire jusqu’à aujourd’hui. Et je t’ai sauvé toi… Seiji. Et je suis plutôt fière de moi, malgré que se ne soit pas réellement moi la vraie héroïne, mais plutôt ce Jinchuriki…

Ne disant plus un mot, elle continua de regarder un peu Seiji avant d’avoir de nouvelles larmes couler sur ses joues pour s’écraser lourdement sur le matelas ou ils étaient couchés. Saki, rougissant légèrement, elle bougea de sorte à pouvoir mettre son visage en face de celui du jeune homme, sentant sa respiration caresser tendrement son visage. Et lentement, elle approcha le siens de lui, effleurant ses lèvres uniquement, n’osant pas en faire plus, elle se recula tout aussi lentement, les yeux fermés, le visage rouge. Elle croyait avoir mal agit… Mais que fera-t-il en comprenant ce geste de sa part et ce baiser pas accompli ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seiji Onara
°Humain(e)°
°Humain(e)°
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/07/2009
°Races° : Humain
°Âge du personnage° : 19 ans
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, observateur, courageux

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Sam 1 Aoû - 19:29

Le remerciement de Saki rassurait Seiji qui ne savait pas vraiment comment faire pour réconforter la jeune fille. Elle avait confiance en lui. C’est certainement pourquoi elle lui avoua tant de chose sur son passé, son rôle dans l’armée. Seiji avait de la peine pour cette jeune femme qui pensait certainement avoir choisit la bonne voie pour lutter contre les virus. Certes les militaires tuaient ces virus à la pelle mais cela cachait il vraiment quelque chose. C’est-ce que Saki sous entendait. Peut étudiaient ils le virus tout simplement pour y trouver un antidote, un vaccin mais avec des méthodes plus que douteuses. Il devait bien exister d’autres méthodes que de faire des essais sur des humains vivants. Seiji imaginait la scène, l’horreur que Saki avait du vivre et celle des cobayes. Seiji était horrifié. Saki gardait le couloir à côté des salles d’expériences. Une idée émergea dans la tête de Seiji. Il préférait y réfléchir avant de prendre quelques décisions. Seiji regardait Saki droit dans les yeux malgré la petite obscurité dans la tente. Il chuchota pour que seule elle puisse l’entendra même si Jack semblait être endormit. Il respirait fort mais il ne ronflait pas.

« Je… Je ne sais pas vraiment quoi te dire. Mais tu ne dois pas te sentir coupable, ce n’est pas ta faute. Rentré et tué tout le monde aurait été sûrement un suicide. Et je ne sais pas si nous pouvons faire grand-chose pour le moment. »

Seiji pouvait paraître pessimiste sur la fin mais il avait une idée derrière la tête. C’était une idée complètement folle est risquée, c’est pourquoi il préfèrerait en parler avec Saki après une courte nuit de repos, peut être il jugerais cette idée inutile et il l’abandonnerait mais il voulait lui en parler. L’objectif était simple, réussir à entré dans la salle d’expériences. Ceci paraissait complètement infaisable et ne semblait qu’amener à la mort. Mais Saki semblait connaître les lieux, peut être même quelques codes pour franchir certaines portes, elle se trouvait dans le couloir bordant la salle d’expérience. Il ne resterait plus qu’a franchir la dernière porte. Mais le principal problème était de pouvoir entré dans l’enceinte militaire. Seiji avait penser à se faire passer pour quelqu'un voulant rejoindre leur rangs. Il lui faudrait aussi sûrement passer des systèmes de caméra et toutes sortes d’engins électroniques. Seiji pouvait par exemple réparer une radio ou un vieille ordinateur, mais là c’était autre chose. Aussi il pensait d’abord trouver de l’aide et surtout quelqu'un d’assez fou pour le suivre ou l’aider. Il pensait aussi aux jinchurikis avec leurs pouvoirs, peut qu’un de cela pouvait l’aider mais ils n’étaient pas en guerre. Seiji allait y réfléchir pendant la nuit.

Alors que plus aucun des deux ne parlait, Saki bougea de sorte à ce que son visage soit juste en face de celui de Seiji. Il pouvait voir ses yeux rouges qui brillaient à cause des larmes. Le regard de Saki avait légèrement changé, ce n’était plus le même. Seiji imaginait que c’était qu’il ne voyait pas bien dans l’obscurité même s’il y était bien habitué. Elle s’approcha de lui et effleura ses lèvres avec les siennes, puis elle recula sa tête. Seiji ne savait plus quoi faire. Il ne voulait pas, il ne devait pas tomber amoureux d’elle, ce ne serais que des inquiétudes et des ennuis supplémentaires, même s’il n’était pas sure de pouvoir résister longtemps, et puis il ne voulait pas profiter de la situation, elle était perdue au milieu de nulle part, elle était blessé. Seiji se contenta de l’embrassé sur le front et il la serra contre lui. Seiji voulait qu’elle dorme pour reprendre des forces, et surtout pour qu’elle puisse essayer d’oublier ses inquiétudes pour la soirée. Il lui parlerait de son idée lorsqu’ils se réveilleront, bien que Seiji s’attendait à un refus, qui pourrait accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   Lun 3 Aoû - 19:51

Fermeture du Rp
Narration


La nuit continuait son périple dans ce ciel magnifiquement éclairé par la lune et ses étoiles. Une faible brise continuait de souffler sur le campement où se trouvaient actuellement Seiji et Saki. Tous les deux s’étant endormis, ainsi que Jack, le petit enfant qui leur portait compagnie dans la tente, permit au silence de s’installer en maître. Les heures continueront à avancer, au malheur de tous. Le temps allait les emmener dans des périodes encore plus durs... On ne sait jamais ce que nous réserve l’avenir et mieux vaut toujours l’appréhender, ne serait-ce qu’un peu…

La flamme de la bougie s’éteignant lentement, elle finira par laisser la pénombre engloutir la tente pour continuer à bercer nos trois amis qui dormaient désormais à poing fermé. La santé de Saki se régénérant, elle serait alors remise sur pied dès le lendemain. Oui, je ne parle que de sa santé et non de sa blessure. Pour que celle-ci se résorbe totalement, Seiji va devoir la garder avec lui encore un petit moment….

Mais, la question pouvait se poser maintenant…

Quel avenir leur était réservé, à ces deux là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une blessure à soigner et des explications à faire....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une blessure à soigner et des explications à faire....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» /!\ Break Out /!\ ─ Le froid, c'est pire que la douleur, c'est être malade sans blessure à soigner | GIBBS ♥
» 1x03 : "Soigner ses blessures"
» Edmonton (blessure Horcoff)
» Plus d'explications à propos de Zer.
» C'est le temps des explications... (Hope et Warren ♥)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Embryo's World :: The Embryo's World Rpg ! :: La Death Field :: Camp de réfugiés-
Sauter vers: