The Embryo's World

2089 : Le monde vit-il ses dernières heures ? Une seconde fois ? (Forum déconseillé au - de 16 ans)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Proche des îles désertées...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Jeu 24 Sep - 15:23

Hikoru regarda ses compagnons, puisque maintenant leur sort a tous les trois étaient liés de part le poison instauré dans le sang des deux résistants mais aussi parce que ils devaient emmené la jeune fille. Qui d'ailleurs dira s'appeler Yôko. Et hiku de penser que c'était un prénom bien joli pour une enfant mais il n'alalit pas avec cette adulte qui semblait cohabiter dans l'esprit de la fillette. car c'était bien une filette devant eux qui s'habilalit avec une veste déchirée, qui prenait une peluche et qui souriait. Pourtant lorsque elle parlait plus sérieusement, l'innocence partait totalement et Hiku n'appréciait pas, ne comprenant surement pas. Bientôt ils sortirent de la piece, et Hiku remarqua une motion chez la jeune fille. Il comprit de suite a quoi elle se rapprotait, de plus la veste puait le virus qu'ils avaient abbatus a 5 kilometres...Ainsi elle l'avait pris comme un père, cela c'était compréhensible, mais ce qui ne l'était pas c'était l'attachement du virus...depuis quand ceux ci avaitent un quelqcuonque amour? jamais. Or il était sur que celui ci aimait et voulait protéger la jeune fille, et s'il leur avait révélé l'emplacement de celle ci c'était pour qu'elle puisse etreprotégée même apres sa mort. Le jinki ne trouvait pas d'autre explication. Il en parlerait plus tard a yôko si elle voulait bien. Cependant arrivés en bas elle les prit par la main, lui etson compagnon et se rendit derrière un immeuble. Haussement de sourcil de Hiku qui ne compris que apres en entendant une hélice. Ainsi elle prévoyait vraiment tout, ou du moins presque, prévoir lavenirdevaitetre spécial car celui ci est en perpétuel changement. Mais le jeune homme entendait discuter la petite , pourtant s'il entendait il ne réagit pas, son attention entière portée sur sa main, il la fixait comme si elle allait bruler ou montrer quelque chose. il était partit dans ses souvenir, le contact de sa main avec celle de yôko l'avait remonté bien loin en arriere...cela faisait si longtemps qu'il n'y avait pas pensé...la voix de Chika le tira de sa torpeur. Il remit ses idées en place se rappela ce qui avait été dit et pris quelques instants encore avant de répondre.

Nous n'avons guère le choix. Et j'ai confiance en elle, nous ne pouvons nous permettre d'échouer maintenant. Quelques secondes il regarda la petite avant de s'adresser directement a elle. Tu as un don, un grand don que ls adultes aiment beaucoup mais n'oublie jamais que tu n'es qu'une enfant et que tu as le droit de ne pas vouloir être adulte maintenant.

Son regard et ses paroles étaiet on ne peut plus sérieux et c'était surement bizarre de l'entendre parler ainsi mais il savait ce qu'il disait. pour le Jinki, l'enfance était sacrée, ainsi que l'iinnoncence et il haissaient tous ceux qui pouvaient leur faire du mal. peut etre aurait il voulu que les petits de ce monde ait une meilleure enfance que lui. Il combattrait pour que dans l'avenir les plus jeune soient mieux, et garde ce beau sourire le plus longtemps possible. Sur ce le temps n'était plus aux paroles mais aux actes, il fit signe a Chika que ils pouvaient y alelr et demanda a Yôko de les guider. Celle ci voulait a tout prix voir leur chef. oui elle avait une grande détermination ça l'aiderait. cependant hiku espérait que pendant le voyage ils pourraient parler un peu...il s'en voulait d'avoir briser le lien entre elle et satoshi même si celui ci était un ennemi,il était cher a des yeux enfantins...mais il chassa ses pensées et se mit a suivre la jeune fille, ils devaient donc prendre le chemin au pied des montagnes, aller jusque la rivier et passer avec un radeau pour ensuite arriver vers le bateau... ils étaient partis et dés que il falaut construire quelque chose, pour descendre la riviere, il se mit au travail et demanda évidemment l'aide de Chika.

Vous êtes un professionnel des radeaux ou barques? je crois que cela fait longtemps que jen'en ai guere construit.

Néanmoins il commença a couper des bout de bois comme quoi un sabre était éfficace dans toutes les situations...et trouva même de quoi attacher le tout ensemble. Il n'avait aucune envie de trainer par ici, et fit un peu de lumère au moyen de sa main dans laquelle flottait a présent une boule de lumière histoire de voir quelque chose..., et il se tourna vers son compagnon, peut etr celui ci avait il une idée sur la question car pour son cas le jinki de la lumière préférait l'air a l'eau qui n'était pas du tout son élément; il ne perdait pas des yeux la jeune file et si il n'était pas impassible en tout teps un sourire mélancolique aurait planer sur son visage. Un si grand destin....et une question qui revenait sans cesse et le tiraillait, il fallait qu'il en parle, maintenant, tant pis pour les conséquences mais...c'était important et vital pour la compréhension des deux jinkis.

Qui était satoshi pour toi? et pourquoi te protégeait il? Je sais que tu l'aimais beaucoup et si....nous avions pu éviter tout ça...je crois que je l'aurais fait car tu serais plus heureuse....mais il ne nous a rien dit avant sa mort.

Sa voix n'avait pas baissée pas parut riste ni même compatissante, il ne savait pas faire cela, seules les paroles elles mêmes avaient du poid. Enfin il s'était risqué a cette question qui le tuait puisque les virus ne ressentent rien de bien en temps normal et sont juste de purs égoistes. il l'avait asez compris, alors pourquoi un différent? es ce que par hasard il y aurait eu une mutation pour rendre ce virus ainsi? mais cela était gros tout de même...une mutation quelqu'un s'en serait paerçu. Mieux valait attendre une réponse que de la chercher seul car ça ne servait qu'a s'embrouiller l'esprit. Néanmoins il garderait un souvenir de cette petite a jmais, le contact de sa main si frele et douce dans la sienne jamais il ne pourrait l'oublier...Il ne prononça plus un mot il avait déja il avait trop parlé....épuisé son stock de mots pour un bon moment...aujourd'hui il s'étonnnait lui même de ses prouesses dans ce domaine. il n'avait pas l'habitude de parler autant, en temps normal il devait prononcer deux mots par jour.

*Chika va finir pour me prendre pour un dingue...il aura enfin trouver ma vraie nature...completement fou a lier.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 2 Oct - 22:01



Yôko les avaient plaqués contre le mur d’une maison en prévision d’un hélicoptère de l’armée qui allait passer dans le ciel, au-dessus d’eux, d’ici quelques secondes. Et c’est ce qu’il se passa ensuite. Un battement d’hélice se fit entendre au loin et l’appareil leur passa au-dessus de la tête pour continuer sa route vers les hautes montagnes de l’île, probablement pour inspecter les ruines de la ville maintenant désertée de tous ses habitants. La petite fille laissa ses mains posées sur le ventre des deux hommes, gardant son regard tournée sur l’hélicoptère qui s’éloignait rapidement. Un long soupire s’extirpa de sa bouche et elle laissa la tension descendre avant de prendre la parole. Elle leur expliqua ce qu’il se passait, désormais, sur la plage. L’armée venait de mettre son nez dans cette histoire et ils ne pourraient pas reprendre le même chemin que l’allée. Ils devront donc, pour ne pas se faire repérer, faire un détour dans la forêt tout en passant au pied de la montagne et emprunter une rivière. C’était le point mort de leur surveillance d’après les visions de la petite fille qui venait donc de prendre le pas pour guider les deux hommes à leur bateau. Rapidement, mais sûrement, ils quittèrent ce qu’il restait de la ville pour entrer dans la forêt, longeant un bout la lisière de celle-ci en direction du nord pour ensuite emprunter un chemin de terre, entre des buissons, pour parvenir au pied de la montagne. Elle savait où aller, comment faire, à quel moment il fallait se baisser pour ne pas être vu et comment et où trouver les éléments pour construire leur barque une fois arrivé à la rivière suffisamment profonde pour prendre dans son courant une embarcation de cette taille. En même temps, ce ne serait pas si gros que cela. Mais suffisante pour contenir deux adultes et un enfant.

Continuant de marcher droit devant, sans regarder derrière elle, elle prit quelques virages sec pour arriver en au d’une légère pente, la rivière en contrebas. D’un coup d’œil, elle repéra les morceaux de bois pour la construction et fit un signe de la main aux deux autres pour leur dire qu’il faudrait faire un peu de luge pour descendre, le terrain était particulièrement glissant. Et puis, connaissant parfaitement l’endroit et comment aborder ce genre de passage, elle leur demanda de rester derrière elle et la suivre à la trace pour ne pas avoir de mauvaise surprise en descendant. Un pied crocher sur une racine, ou tout simplement glisser, c’était vite arrivé. Pour cela qu’elle leur demanda d’être attentifs à ces détails pour diminuer le risque d’accident.

- Faites attention en descendant ! Les racines et les cailloux ne manquent pas par ici. Gardez l’œil ouvert et suivez-moi, tout simplement. Dit-elle toujours aussi sérieuse, parlant comme une adulte.

Entamant la descente, Yôko marchait lentement et vérifiait à chaque pas si le terrain était stable pour que personne ne glisse dans la boue. Ensuite, elle surveilla à coups d’œil successifs les deux Jinchuriki dans son dos pour être sûre qu’ils n’y allaient pas trop vite. En fait, la pente paraissait très inoffensive, vue comme ça, mais en fait, il y avait encore des mines ou des bombes qui n’avaient pas explosées qui était éparpillées dans les parages. Il valait donc mieux regarder où l’on mettait les pieds. Ainsi donc, dans la plus grande prudence, les trois personnes descendirent la pente sans encombre pour terminer leur chemin au bord de la rivière. La petite fille se dirigea vers l’eau et y plongea ses deux mains pour apporter le liquide à son visage et ensuite se frotter les mains dessus, surtout sur ses yeux fatigués. Pendant ce temps…




La pente n’avait pas été si difficile que cela à descendre pour Chika. Ce dernier avait été en queue de file durant la descente et surveillait fréquemment ses arrières pour être sûr que personne ne les avait pris en filature. Mais l’arrière était constamment désert et il soupirait à chaque fois qu’il s’en assura. Sa serait très embêtant de se coltiner l’armée aux trousses. Les connaissant un peu, ils étaient extrêmement coriaces et il ne fallait pas les emmerder. C’était un peu les mecs à qui il ne faut pas faire chier dans ce monde, en quelque sorte. Donc, en toutes circonstances, ne jamais les approcher, surtout par sur cette île où il n’y avait aucune issue directe. Cependant, où est-ce que l’armée avait planté leur campement provisoire ? Sur la plage ? Si c’était le cas, sa serait risqué pour eux de s’y rendre pour récupérer leur bateau. D’autant plus que, s’ils étaient là-bas, leur moyen de transport aurait été séquestré par les soldats et inspecter de fond en combles. Leur seul et unique moyen de trouver une faille dans leur ligne de défense, c’était de faire confiance à la petite. Bien que Chika était encore un peu hésitant quand à lui accorder sa confiance. Mais après tout, le chef l’avait suivie de son plein-gré et donc, il pouvait faire confiance en cet homme qu’en la jeune fille. Oui… Il allait se résoudre à cela, pour le moment, c’était le mieux à faire pour lui.

Wouaaaaaaaaah ! Enfin le plat ! La descente terminée, Chika souffla un coup après avoir subit une sacrée montrée d’adrénaline en ayant aperçu des têtes de missile enterrée sous la terre et des mines apparentes. Il lui en avait fallu de peu pour foutre le pied sur l’une d’elle. Fort heureusement qu’il avait des réflexes, le Jinchuriki des flammes. À l’heure qu’il est, sans ses réflexes, il aurait perdu une jambe ! Et après un bref coup d’œil dans les lieux, il décidait de partir de son côté pour aller chercher des planches de bois. Sauf que, avant de partir, Yôko l’arrêta net.

- Il n’y aura rien par là. Allez plutôt par là. Dit-elle en désignant un petit chemin, précisément un énorme arbre, pour indiquer le chemin à Chika.

- Hm… D’accord, je reviens ! Lui répondit le jeune homme en s’exécutant.

Une fois que ce dernier se soit éloigné, Yôko s’attarda à trouver des restants de ficelle pour les lier ensembles par des simples nœuds solides et facile à faire. En faisant plusieurs d’une longueur d’un mètre environs, elle les déposa sur un rocher tout en observant le ciel et les alentours quand soudains Hikoru, qui était déjà en train de s’occuper de la barque à son tour, lui posa une question assez… dure… Elle avait un ton froid, comme si le jeune homme ne savait point utiliser ses réelles émotions pour exprimer ses paroles. Ainsi, il voulait savoir qui était Satoshi aux yeux de la Jinchuriki ? À vrai dire, cette dernière s’était préparée à une telle question venant de sa part et elle allait lui répondre sincèrement, sans rien lui cacher.

- À l’époque où l’île possédait encore quelques camps de réfugiés dispersés sur sa surface… Il y avait beaucoup d’affrontement, parfois bénin et parfois sanglant. Un jour, je me suis retrouvée au milieu d’une fusillade de laquelle je ne parvenais pas à en sortir. Les balles sifflaient au-dessus de ma tête et j’étais toute seule là au milieu. Une des balles s’est logée dans ma jambe. Elle leva un pan de sa jupe et lui montra la cicatrice laissée par la balle. Sa faisait mal et je n’arrivais plus du tout à marcher. C’est alors que les coups de feux on cesser et que des cris sont survenus. Je ne comprenais rien du tout, encore une fois. C’était Satoshi qui les avaient fait fuir. Il n’avait tué aucun des humains. Et il est venu vers moi, me prenant dans ses bras pour m’emmener dans le bâtiment où vous m’avez trouvée et il m’a soignée avec les moyens de bord. Je n’étais pas encore consciente de mon pouvoir de soin. Mais finalement, il m’a bien traitée et m’a apprit à vivre dans ce monde violent. Jusqu’à aujourd’hui, il m’a nourrie avec ce qu’il volait aux campements voisins… Vous êtes arrivés et vous vous êtes battus contre lui et avez triomphés. Mais je ne vous en veux pas, sa devait se passer ainsi, je ne pouvais pas éviter sa mort et surtout, j’étais trop faible pour vous combattre…

Elle cessa de parler et s’accroupit au bord de la rivière tout en fixant son reflet sur la surface de l’eau. Elle avait une mine triste et ses yeux brillaient légèrement. Une petite larme perla sur ses joues avant qu’elle ne l’essuie du revers de sa main droite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Sam 3 Oct - 22:41

Le Jinkurichi, honnetement était étonné et agréablement surpris des connaissance de la fillette. Elle savait ce qu'ils devaient faire et a quel moment. elle connaissait l'endroit comme sa poche et derriere elle ils pouvaient aller en sécurité. Cela était assez frustrant, et Hiku n'y échappait pas a ce sentiment. Mais si cela le dérangeait parce que il toruvait que c'était contraire a la normale, il n'enviait pas la position de la petite. C'était a eux de la protéger pas l'inverse, les adultes sont la pour les enfants, ils ne doiventpas connaitre le malheur, mais dans ce monde...cependant le jeune homme albinos ne s'y faisait pas. Il ne voulait même pas y penser. Les enfants c'éatait sacré pour lui et si un jour il pouvait faire quoi que ce soit pour la petite il le ferait. Parce que la n'était pas sa place, c'était uniquement par nécéssité qu'il la laissait faire. Sur ces pensées il soupira, il ne controlait jamais rien ou pas assez s'en était fatiguant. La descente qui s'en suivit, et dont elle les prévint, fut assez facile finalement ou du moins pas de chute. Quelques glissements mais les deux hommes conaissaient les dangers de l'île évidemment, aussi Hiku restait prudent. Il ramassa de ci et de la deux ou trois choses utiles pour faire une barque. Des petits trucs. Puis vint enfin la fin de cette descente qui paraissait carrément interminable. les genoux en avaient pris un coup, et Hikoru préférait monter que descendre. Il s'était servit de son sabre pour descendre et éviter les pierres, car peu habile en terrain glissant. Un soupir de soulagement se fit entendre a l'arrivée, alors que Chika s'éloignait déja. rappeler a l'ordre e quelque sorte par une enfant. Le jeune homme ne dit rien mais posa une main sur l'épaule de son compagnon comme pour lui insufler du courage. C'était bientot terminer et ils avaient réussi. En vérité il était fier de l'avoir pour compagnon.

Le jeune homme avait vu les têtes de missile et le reste mais s'il avait pensé quelque chose, rien n'avait paru sur son visage qui ne restait que impassible, il n'avait jamais appris a faire autrment et il lui faudrait certainement beaucoup d'entrainement avant de svoir sourire. cela ressemblerait a une horrible grimace. Mais il sortit bientôt de ses pensées car la voix de la jeune yôko sortit claire et calme en apparence alors que le sujet n'avait rien de simple pour elle. D'ailleurs il arreta la un moment son travail car il s'affairrait a la barque, qui avançait bien, les deux jeunes hommes comme la fille savaient se débrouiller, cela devrit être vite finit. Il écouta avec attention et sentit la colere pointée, chargée d'imcompréhension.

*Pourquoi? avait il besoin de mourir pour elle? il ne se rendait pas compte combien il comptait peut etre....et pourtant, il était...un père je crois en quelque sorte*

Pour une premiere fois, il regrettait de ne pas faire connaitre ses sentiments de ne pas savoir le faire. Sinon il aurait essayer de la réconforter parce que quelqu'un avait réussi quand lui était petit, mais il ne savait pas coment faire. Il voulait bien essayer mais le résultat serait dévastateur devant quelqu'un, seul dabord il essaierait .Ce fut donc tête baissée, capuche sur ses cheveux blanc neige et la voix on ne peu plus neutre qu'il s'adressa a la gamine.

S'il nous avait raconté cela, je ne me serais pas battu, mais il voulais le combat et la mort, alors qu'il aurait pu rester aupres de toi...mais il voyait surement l'avenir en noir, je ne le comprends pas mais je respecte sa décision. cela m'embete même de savoir qu'il n'aura rien de décent...pour ensuite...on peut faire un crochet?

il était sérieux. Un virus un enterrement??? eh bien oui. A vrai dire, pour Hikoru seul comptait le fait qu'il avait protéger de sa vie une enfant, et cela plus d'une fois, et qu'il n'était pas un tueur de plaisir. Non il y avait plus de profondeur et en cela même il le repsectait, et ne trouvait pas un simple virus en satoshi. non il voyait un homme. c'était assez frustrant une nouvelle fois. Il leva les yeux de son travail et regarda ou en étaient les autres. Les finitions bien. Il se leva ses deux jambes le faisait encore souffrir surtout la blessée mais il s'approcha de Yoko. il posa une main sur son épaule, il voulait jsute lui montrer qu'il...pensait a elle...un peu? mais il nesavait pas si elle comprendrait. Il chercha des mots, des phrases mais ne trouva rien d'assez important, ou de fort pour exprimer ce qu'il ressentait dans son coeur. Alors simplement les yeux dans les yeux il sortit.

Tu es forte.

Il le pensaitsi fort, si profondément que cela devait se voir malgré le calme apparent, et la neutralité, du moins il se surpris a l'espérer. Il était en train de renier lle masque qu'il s'était construit car devant une fnant aussi grand soit il dans sa tete, cacher ne sert a rien. Il soupira avant de regarder l'oeuvre c'était finit.enfin. c'était plus long qu'il ne l'avait pensé, mais c'était finit, il dirigea ela vers l'eau et indiqua a toute la troupe que il fallait embarquer, se mettre en route quoi. néanmoins il laissa yoko donner le signal et lui indiqua de le guider tandis qu'il guiderait la barque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Dim 4 Oct - 17:27


Tout en parlant, la petite fille observait le fond de la rivière au travers de son reflet pâle dans l’eau, encadré par une dense chevelure verte qui retombait presque à ses pieds. Sa poupée, dont les bras avaient été liés, était accrochée sur son dos, comme un sac et elle la portait ainsi pour éviter à ce qu’elle ne tombe dans la boue. Sa serait dommage qu’elle soit salie et sa serait d’une difficulté inimaginable d’ôter cette boue qui aurait eu le temps de s’incruster au travers du tissu pour salir l’intérieur. Cependant, elle venait d’achever son discours et observait la rivière, dans le sens de son courant tout en restant silencieuse dans ce silence de mort qui venait de s’installer. Elle aurait pu sursauter quand Hikoru reprit la parole si elle n’était pas restée attentive. Les mots qui sortirent ensuite de sa bouche esquissèrent un sourire sur ses lèvres qui s’étirèrent lentement, ses yeux se fermant par la même occasion. Elle le savait depuis avant même qu’elle ne connaisse Satoshi, un homme à la chevelure blonde allait arriver pour la sortir de ce chaos et lui offrir une enfance dont elle méritait. Chose que le Virus n’aurait jamais pu faire pour elle vu comment son espèce était considérée. Mais il avait fait son possible pour elle, il avait même tenté de dialoguer avec les humains, ces créatures qui étaient têtues et affreusement butées. Mais rien, rien n’avait été triomphe pour eux deux. Satoshi avait fait son possible pour elle et elle avait de même pour lui en lui révélant les méandres de son futur pour éviter la mort à plusieurs reprises. Cependant, l’arrivée d’Hikoru et Chika était un point inévitable. Sa mort allait être réelle malgré ce qu’elle aurait pu lui dire. C’est pour cela qu’elle lui cacha cette partie, prétextant que son don était devenu trop flou pour dire quoi que ce soit sur la situation à venir. Elle avait pleuré sa mort, quelques semaines avant que les faits soient accomplis. Mais n’avait jamais rien dis. Qui sait ce qui se serait passé si elle aurait tout dis à Satoshi et comment il aurait pu tuer Hikoru et Chika sans difficulté ? Son don allait sûrement se retourner contre elle à force de défier la mort ainsi. Le silence avait été sa survie, une sorte d’égoïsme.

S’il aurait tout raconté à Hikoru et Chika, sa n’aurait rien changé puisque l’avenir qu’elle avait vu, une telle scène n’existait pas. Seule la mort de ce dernier été prévue et rien ne pourrait y faire pour le sauver, quelque soit le cœur qu’il possédait, aussi gros soit-il, il devait mourir sous les coups du destin que la petite Yôko subissait jours et nuis… La surprise la prit, elle cru entendre qu’Hikoru voulait faire un crochet vers la dépouille du Virus. Rouvrant les yeux, plongeant sa main droite dans l’eau, elle lui répondit d’une voix toujours aussi douce et mature. On aurait pu croire qu’elle était un adulte incapable de laisser son corps grandir. Bien que privée de son enfance par le monde…

- C’était impossible à éviter. Sa mort était prévue, j’ai trop défié la loi morbide pour le sauver encore cette fois-ci. Ma vision était devenue un peu floue sur le moment fatidique et je ne pouvais rien déterminer. C’est ainsi que j’ai compris que le destin s’en prendrait à moi si je ne cessais pas de le mettre au défi. Et la possibilité qu’il vous parle de moi avant le combat était inenvisageable, de toute manière. Seulement après, il a pu, pour que le destin continue sa route normalement. Mais avec mon égoïsme de ne penser qu’à lui, j’ai poussé quelques accidents à arriver. La mort des humains, surtout des résistants, j’aurai pu les en empêcher en donnant une marche à suivre à Monsieur Yukimori. Je dois maintenant aller vers lui et accomplir ce pour quoi je vis désormais. Alors, s’il vous plaît, je vous le redemande, protégez moi et emmenez moi à lui !

Se tournant face à Hikoru, les larmes aux yeux, elle le suppliait de l’emmener bien qu’elle savait ce qui allait se passer ensuite. Cependant, l’idée de faire un crochet vers Satoshi pour l’enterrer était inenvisageable aussi. D’ailleurs, elle allait le lui dire et lui donner les raisons au moment ou ce dernier lui déposa une main sur son épaule, lui disant qu’elle avait été forte. Oui, elle en était consciente, mais elle se sentait si faible de ne rien pouvoir faire de plus.

- Merci… Mais, au sujet de votre demande…En faisant ce crochet, on sauterait dans la gueule du loup qui nous guette, qui nous tourne autour. L’un de nous se prendrait le pied dans un fil tiré à raz le sol et une énorme explosion tuerait Chika sur place tandis que vous, vous perdriez une jambe et un bras ainsi qu’un poumon perforé une branche de bois. Quant à moi, je finirai coupé qu’avec le haut de mon corps et j’agoniserai une petite demi-heure avant de me voir mourir. Vous serez seul et vous mourriez seul. Désirez-vous toujours faire un tel détour alors qu’il en coûtera votre vie ? En ignorant les dégâts que cela causerai au futur à venir ?



En parlant, Hikoru venait de mettre la barque à l’eau et Chika était revenu, les bras chargé de fruits et de deux grands bâtons de bois dur. Il en tendit un à son supérieur et mis une pomme dans la main à Yôko pendant qu’il l’invitait à monter après Hikoru. La Jinchuriki garda la pomme dans sa main et déposa une main sur l’avant bras du coéquipier de l’albinos et lui insuffla sa terra pour le soigner encore un peu, retirant un maximum de poison qui était encore un peu dans son sang, en faible quantité désormais. Elle fit de même avec Hikoru, sauf qu’à lui, elle déposa sa main sur sa blessure à la jambe et la cicatrisa et lui ôta toute sensation de douleur pour qu’il soit libre de ses mouvements s’il en venait à devoir courir pour quitter l’île.

- Encore deux fois, environs, et vous serez totalement vidés de ce poison. Dit-elle en grimpant dans la barque, en tête. Maintenant, allons-y, tout droit, ne nous arrêtons surtout pas et ayez confiance. Par contre, si vous pouviez, avec vos bâton, appuyez sur le fond de la rivière pour donner plus de vitesse, sa serait pas plus mal.

- C’est bien ce que je pensais faire, m’dame ! Rétorqua Chika.

- Ne m’appelez pas ainsi, je ne suis qu’une petite fille.

- Physiquement, oui ! Bon, allons-y Hikoru !

Chika, à l’aide de son bâton, poussa la barque au centre de la rivière et ensuite, en rythme avec son supérieur, il appuya sur le fond de la rivière, comme lui avait demandé la petite fille pour accélérer la descente. Quant à Yôko, elle observait toujours les alentours, depuis la tête de l’embarcation, jetant de temps à autre un regard discret à Hikoru dont elle connaissait légèrement le passer grâce à quelques déductions sur ses réactions futures qu’elle avait pu voir ces derniers jours. Après, ce n’était que des suppositions, elle pouvait très bien avoir tort sur son cas. Mais bon… Pour le moment, elle retourna toute son attention sur le chemin à prendre et fit des signes de la main au moment où il ne fallait pas parler ou il fallait se baisser pour passer inaperçu jusqu’à que la rivière débouche vers la plage, loin de tous, l’embarcation s’engageant vers l’horizon, s’éloignant de l’île. Yôko se leva soudainement et posa sa main au-dessus de ses yeux, telle une visière, pour apercevoir un navire au loin. Ce navire, il y avait des hommes et il était disposé à un endroit de telle sorte à ce qu’il ne se fasse pas voir par les soldats de l’autre côté. Soudains, elle se mit à genoux, faisant tanguer la barque et donna les dernières indications pour sortir de là.

- Continuez à ramer, il faut aller là-bas. Dit-elle en désignant un navire. On pourra y retrouver vos camarades qui vous ont amenés tout à l’heure !

Elle attendit la réaction d’Hikoru…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Mar 13 Oct - 11:11

Hikoru était monté dans l'embarcation, Yoko en deuxieme et enfin Chika. Celui ci avait ramené des fruits et lui tendit un baton que Hiku prit immédiatement remerciant d'un signe de tête son coéquipier. les explications de la jeune fille, laisserent un Hiku assez énervé, en lui même se sentant impuissant face au futur, pourtant il croyait non au destin, mais que chacun pouvait modifier le futur selon ses manieres d'agir. Et il était ébranler car aux dires de la petite c'était impossible de changer le cours des choses et le jinkurichi se sentait mal a l'aise avec cela...savoir que tout était prévu et que rien y changeait sauf s'ils décidaient de changer les choses ça ne ferait que retarder un fatalisme...il y avait de quoi être frustré tout de même.

Enfin Chika n'avait pas l'ar plus que cela choqué prenant même la situation avec humour ce qui força Hiku a se détendre. la visage impassible, son masque en place pour que personne ne remarque ce qu'il pouvait ressentir, il sentit la main de la petite sur sa jambe, il eut le réflexe de prendre son bras pour l'enlever mais la sensation de bien petre qui s'en suivit arreta son geste. Décidément il finirait pas mui être tres redevable a Yoko. mais cela ne le dérangeait aucunement et bien qu'elle ai un raisonnement d'adulte c'était une fillette qu'il fallait préserver et le jeune homme aimait les enfants. Seul cela comptait maintenant a ses yeux. Aussi il commença a ramer, le plus profond possible, pour leur donner de la vitesse. il finit par répondre tout de même a la demoiselle.

Ne t' inquiétees pas, nous avons promis de t' emmenez jusqu'a lui et de te protégez nous le ferons. permet moi de penser juste que une enfant telle que toi mériterait d'être heureuse.

Il soupira avant de se retourner brievement et d'adresser un regard a Chika, pour continuer.

Alors on se dépeche? je ne supporte plus les vagues...l'eau n'est pas mon élément ni le tien.

Ils étaient en rythme et allaient déja aussi vite que possible mais le jeune homme albinos ne voulait pas que ça tourne au glauque apres tout ce qu'ils avaient vécu en peu de temps. Il s'était pris d'affection pour le jeune jinkurichi et espérait déja refaire des missions avec lui. Cependant ils n'en étaient pas la pour le moment le but était de ramener la petite entiere jusqu'a leur chef. Normalement le plus dur était passé, restait a savoir si c'était vrai. Il entendit la voix de Yoko dans son dos indiquant une direction. Apres un nouveau coup d'oeila son copagnon il rama dans la direction indiquée se disant que elle ne pouvait pas se tromper. Pourtant Hiku était méfiant, tres méfiant, et avait toujours peur de donner sa confiance...il ne savait pas trop s'il devait écouter la petite ou pas, mais elle les avait soignés, cependant une partie de lui même refusait de faire totalement confiance a quiquonque autre que lui même. Une sorte de peur restée, mais paradoxalement il espérait déja revoir la petite apres son entrevue avec leur chef.

*je crois que je ne me comprendrais jamais.*

Apres la descente de la riviere ils arriverent en fracas ou c'était prévu et la il fallut encore ramer, oui, descendre la riviere était une chose mais rejoindre un bateau en était une autre. Surtout sans se faire voir par les imbéciles qui les cherchaient, d'ailleurs hikoru comença a se demander coment ils aveient été prévenus ou pourquoi étaient ils arrivés a ce moment la? il voulut poser la question a Yoko mais celle ci parla avant lui. Ils arriverent devant le navire. Enfin, il n'était guere habitué a ramer et en avait plus qu'assez de cette eau, vivement la terre ferme. Il soupira doucement et leva la tete pour lancer un sifflement et attirer les personens du navire s'ils ne les avaient pas apercus. Sifflement doux, il aimait la musique, oui même par ces temps ou elle n'exstait presque plus, il en vait toujorus une en tête, a croire que cela pouvait être utile dans la vie. Sortant de ses pensées il prévint les deux passager de se tenir prets a grimper, non que le navire soit haut mais par rapport a leur embrcation de fortune....néanmoins il n'vait pas laché la rame et se tenait pres a changer de bord s'il le fallait, il regardait tout autour de lui et au moindre signe de danger il serait la...
Il pouvait maintenant parler, bien que bas et demander ce qui le tenaillait.

Comment se fait il qu'ils soient venus en même temps que nous? et si vite? c'était prévu dans le futur ou alors peut etre ont ils été prévenus j'avoue que ça m'échappe et que je n'aime pas ça, l'impression que la mer est pleine d'ennemis insoupcsonnables surtout que s'ils sont malins ils découvriront assez vite comment on s'y est pris pour filer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Proche des îles désertées...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko
» Tout nous sépare et pourtant, nous sommes si proche. [PV] TERMINE
» L'absurde peut être plus proche de la réalité que la logique
» Ce qu’on voit dans le rétroviseur est plus proche qu’il n’y parait.
» Plus proche de ses ennemis que de ses amis (Merlin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Embryo's World :: The Embryo's World Rpg ! :: Îles désertées-
Sauter vers: