The Embryo's World

2089 : Le monde vit-il ses dernières heures ? Une seconde fois ? (Forum déconseillé au - de 16 ans)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Proche des îles désertées...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Proche des îles désertées...   Sam 13 Juin - 23:35



Il faisait si sombre, sur le pont du bateau qui longeait les côtes du Japon. Cela devait maintenant faire plus de trois heures que Chika avait l’impression que le navire n’avançait pas dans ce noir. Heureusement que le ciel était joliment étoilé, sinon il ne saurait pas quoi faire durant le temps à attendre pour enfin arriver à destination. Le navire devait les amener sur les côtes de ces fameuses îles dont les scientifiques du monde entier redoutaient le plus au monde. Et cette mission avait été confiée au sous-dirigeant des résistants et à l’un des autres Jinchuriki du groupe. Et, d’ailleurs, le Jinchuriki en question se tenait, penché en avant, appuyant ses bras sur la barrière, les yeux levés au ciel pour contempler les étoiles. Le vent lui caressait doucement le visage. Un vent frais.

Cependant, il tentait de repérer les îles au loin. Du moins, leurs silhouettes, mais rien… Même pas une tâche plus sombre que les autres. Et en plus du silence qui régnait ici, mis à part les mouvements des vagues et les moteurs du bateau, Chika se sentait nerveux en pensant qu’il allait mettre les pieds dans cet endroit tant redouté. Bien qu’il ait la totale confiance en ces capacités de combattant, il n’avait aucune idée de ce qui pourrait se trouver là-bas. Et affronté l’inconnu, l’humain en était le parfait trouillard. Bien que certains ce montraient nettement plus courageux que d’autre. Mais, que se cachait-il là-bas ? Allait-il tomber sur une horde de Virus ? Du coup, il décida rapidement de penser à autre chose et de partir à la recherche d’Hikoru qui était parti faire un tour ailleurs. Cédant sa place à un marin qui se mit à scruter les environs à sa place, à l’aide de jumelle assez spéciale. Tandis que le Jinchuriki parcouru le pont de long en large pour retrouver son supérieur…

Il ira même jusqu’à embêter le capitaine du navire pour savoir s’il l’avait vu et ce dernier lui donna l’indication comme quoi il devait probablement être dans sa chambre en train de piquer une sieste pour passer le temps du trajet. Au moins, il avait raison au lieu de s’embêter comme Chika le faisait actuellement. Donc, ce dernier sortit de la cabine et descendit les marches d’escalier pour accéder au couloir des chambres, ayant toujours un peu de difficulté pour s’y retrouver, le jeune homme se trompera quelques fois de pièce avant de tomber sur celle de son chef. Il y entra, sans émettre le moindre bruit, prenant le soin de ne pas claquer la porte, avant de se diriger vers lui. Hikoru était assis sur le lit, dans un coin de mur, en train de dormir, comme lui avait dit le capitaine. Un sourire aux lèvres, il ne put s’empêcher de se demander si le capitaine n’aurait pas placé des caméras dans toutes les chambres !

- Pff… Ma foi. Soupira Chika en haussant les épaules.

Il s’approcha du lit avant de se pencher en avant, posant une main délicatement sur l’épaule de son chef, le secouant un peu pour le réveiller. Voyant que cela ne marchait pas, il le secoua un peu plus fortement, mais rien. Donc, il continua encore et encore, jusqu’à qu’Hikoru décide d’ouvrir les yeux. D’ailleurs, pas la même occasion, le portable de Chika se mit à sonner de plus belle, provoquant un bruit d’enfer dans la chambre.

- Oh mince ! Se dit-il en attrapant l’appareil dans sa poche, décrochant immédiatement. Oui allô, Chika ! …. Oui, oui, tout à fait. Merci bien capitaine !

Le jeune homme raccrocha, mettant fin à la conversation, rangeant l’appareil dans sa poche, avant de se racler la gorge. Se remettant à secouer son supérieur, toujours plus fortement.

- Monsieur Asuname ! On arrive à destination dans une trentaine de minute environs, alors réveillez-vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Dim 14 Juin - 19:25

Hikoru avait une mission...aller voir une de ces iles la bas. Non pas que l'envie était énorme au point que Hikoru accepte de suite, en sautant partout, ce qui n'était pas dans ses habitudes loin de la, mais il accepta plutô tranquillement, en se disant que cela satisferait sa curiosité et que cela lui permettrait de s'éloigner un peu. Et ce même si pleins de questions se mélaient dans son esprit, puisque la bas...on ne savait pas ce qu'on allait trouver. Hikoru avait soupirer en montant sur le bateau...pourquoi falalit y aller sur un de ces trucs flottants. Quoique, il remarqua vite que cela le berçait. Alors apres avoir regarder longuement au loin, il laissa la place a l'homem qui l'accompagnait, lui indiquant aller faire un tour plus loin. Cet homme, Hikoru le connaissait un peu. mais pas assez pour engager une conversation, surtout que ce n'était aps le fort du jeune homme. Mais il devait avouer qu'il préférait ne pas etre seul sur le coup la, au cas ou il ne reviendrait pas. Apres tout personne ne savait ce qu'ils trouveraient la bas.

Arrivant dans la cabine, Il enleva son Jinki de son ceinturon et s'assit sur son lit, contre le mur. Et la grâce aux vagues, il ne tarda pas a s'endormir, la main sur son sabre. Il n'avait pas particulierment le sommeil lourd, mais la..il serait dur de le réveiller, les vagues étaient plus douces qu'une mere berçant son enfant. Mais que pouvait en savoir le jeune homme? rien, cependant il dirait que cela faisait un moment qu'il ne dormait pas aussi bien. Seulement les bon moments avaient tendance a ne pas durer, c'était assez connu. Et cela n'échappa en rien a Hikoru. Bientôt on vint le secouer, dabord doucement puis plus fort. Mais Hiku refusait d'ouvrir ses yeux, il pensait que les vagues devenaient plus fortes...pourtant quelqu'un lui parlait, mais non...le jeune homme resta impertubable. Soudain une sonnerie retentit. et la Hikoru sursauta, se cognat au apssage contre le mur. Il ouvrit subitement les yeux, pour trouver Chika au téléphone avec le capitaine.

Celui ci annonçait que ils arrivaient dans une demi heure. Hikoru porta sa main sur sa tête et ragea contre le bercement des vagues qui lui avaient valu une sacrée bosse. Il se plaça au bout du lit avant de prendre son sabre. Puis il regarda l'homme qui l'accompagnait dans cete mission. Son regard pénétra le sien. Il allait parler...pas facile mais utile parfois.

"Bien. On devrait en profiter pour faire le point. Ah et ne m'appelez pas ainsi j'ai un prénom...Chika. Alorsil nous faut aller la bas, pouvez vous me rappeler pour quelle raison? et également ce que vous en pensez".

Voila c'était dit. plus long? ahh non c'était trop dur pour un ermite associal comme hikoru. On ne se refaisait pas en un jour n'est ce pas? Quand aux questions, il connaissait la réponse a la première voulant simplement que son compagnon se le mette bien dans le crane et la deuxieme, il aiamit avoir tout avis. deux en valaient mieux qu'un. Et un homme qui avait peur ne devait pas aller la bas. un homme trop confiant non plus. ainsi il voulait pour la derniere fois, connaitre l'avis de cet homme. Pestant intérieurement contre sa jolie bosse sur la tête, il se demandait comment son second avait trouvé si vite eon petit repaire. Car Hiku n'a aucune oreientation...aucune. du moins dans une maison ou sur un batiment. dans la nature c'était tout autre. Mais la le capitaine lui avait tout expliquer et il avait encore trouvé e moyen de tomber sr plueisuers salle avant ce fameux lit si douillet.

En attendant les réponses de son second, il pensa a la ville, a tout ceuxq ui n'arretaient pas de se battre, aux virus, a tout...il était, du moins le pensait il, plus vieux que Chika, mais il songea qu'il devrait faire connaissance avec lui et les autres résistant. cela leur seraient peut etre précieux un jour de connaitre leur histoires respectives, et leurs combats. Mais pour cela, il faudrait parler de lui...et ça...eh bein le jeune kendoka ne voulait pas trop...il faudrait le dérider. il faisait beaucoup plus vieux que son age de part ses maieres d'ailleurs mais bon. Il se réoudrait bien a cela s'il en avait le temps avec Chika, apres tout il ne aprlait qu'a un homme pas a dix...heureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Lun 15 Juin - 22:41



Chika n’était pas franchement à l’aise sur les bateaux… Et encore moins quand il était un peu nerveux, rien que de penser à la mission qu’on leur avait confiée à Hikoru et lui. Cependant, il y avait un intérêt à y aller, là-bas ! Lequel ? Simplement qu’il pourrait éventuellement obtenir des réponses à certaines de ces questions. Pourquoi le monde a-t-il sombré de la sorte pour plonger dans un chaos de ce genre là ? Pourquoi la mort avait-elle frappé si fort ces derniers temps ? Toutes des questions auxquelles il tenait à avoir sa réponse, un jour. Et il se sentait rassuré d’être accompagné de son supérieur, réputé pour être particulièrement puissant avec son affinité de lumière. Alors, dès que ce dernier daigna à se réveiller, se cognant par la même occasion la tête contre le mur, se mettant à pester contre les vagues qui lui avait fait faire ce sal coup, Chika se sentit soudainement plus détendu. Le Jinchuriki avait toujours la main dans sa poche, tenant ferment son portable au cas où il se remettrait à sonner bruyamment.

- Vous revoilà enfin, Monsieur Asuname ! Dit-il en soupirant de plus belle, allant prendre la chaise un peu plus loin pour s’installer dessus. Vous êtes compliqué à tirer de votre sommeil en tout cas…

Une fois que son postérieur fut posé sur la chaise, Chika posa les coudes sur ses genoux, appuyant son visage entre ses mains, fixant le sol, semblant être complètement ailleurs. Ne vous marrez pas ! Mine de rien, ce dernier était en train de réfléchir avant que son supérieur ne lui adresse la parole, l’ayant regardé intensément. Déclarant qu’il serait bien de faire une mise au point avant de se lancer dans la mission, une dernière fois, pour être sûr de ce qu’il fallait faire. De ces mots, Chika s’empressa de sortir un bout de papier plié de sa poche droite, le dépliant, avant de laisser ses yeux défiler sur les lettres grossièrement gribouillées dessus. On pouvait voir que les notes avaient été prises à la hâte, et surtout, à la dernière minute ! Le Jinchuriki, après en avoir pris connaissance, rangea à nouveau le papier dans sa poche et s’apprêta à expliquer, du mieux qu’il pouvait, l’objectif de la mission qu’ils allaient devoir accomplir au mieux. Mais avant cela, Hikoru déclara qu’il devait cesser de l’appeler « Monsieur » ! Mais qu’il devrait s’habituer à le sonner par son prénom.

- Bien, j’y ferai attention, Hikoru. Débuta-t-il avant de se racler la gorge pour continuer, allant expliquer le but de la mission. Apparemment, notre chef cherche à élucider le mystère qui plane sur ces îles. Il cherche à savoir, surtout, ce qui a provoqué une telle catastrophe. Et sur le papier que j’ai lu, il nous conseil de passer les ruines de la ville aux peignes fins afin de récolter le maximum d’informations qu’on pourrait lui ramener. Ainsi, pour terminer, l’ordre ultime de sa part et : « Revenez sains et saufs ! ». Je dois donc en déduire qu’il y a des Virus qui rôdent par là-bas…

Une fois que son petit discours achevé, Chika se tut et se leva de sa chaise pour s’approcher de l’hublot. Observant à l’extérieur avant de poser ses mains contre le mur, apercevant au loin des silhouettes noires, ressemblant à des îles. Il ne restait donc moins d’une demi-heure de navigation à faire, et cela arrangeait bien le jeune homme qui commençait à se sentir un peu… vaseux. Heureusement qu’il savait se reprendre lui-même, sinon il se serait fait un de ces mal de mer !

- Monsieur Asun…. Euh…. Hikoru ! débuta-t-il maladroitement, se grattant la joue droite de son index. On devrait peut être sortir, on ne va pas tarder à arriver. Profitons du ciel étoilé quelques instants pour prendre l'air…

Un sourire aux lèvres, Chika se dirigea vers la porte, l’ouvrant en invitant son supérieur à passer avant lui, d’un signe de la main. Les deux hommes pouvaient sentir que le bateau tournait en direction des îles, au large des plages, pour préparer le petit navire qui les emmèneraient directement sur l’île. Les Jinchuriki sortirent sur le pont pour s’accouder aux barrières et discuter un peu avant d’arriver à destination. Question de déstresser un peu avant de poser pied à terre. Chika se sentait définitivement d’attaque à entamer la mission, sans crainte. Et il ne se posa même pas la question pour Hikoru. Ce dernier montrait toujours de l’assurance, sûrement prêt à tout… Mais pour l’attention, Chika le lui demanda !

- Alors, Hikoru… Vous êtes d’attaque pour la mission ?! Fit-il avec enthousiasme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Mar 16 Juin - 15:30

Chika avait eu l'air de s'amuser lorsque Hikoru se cogna et pesta contre la mer. Il joua encore une fois du "monsieur Asuname" déclarant au passage que il était dur a réveiller. Certes. Mais bon maintenant bien réveillé, il attendait. Et Chika s'assit sur une chaise tout en l'appelant Hikoru..ahhh ça faisait plaisir, non parce que monsieur asuname ça faisait hautein et vieux. Lorsque Chika consulta son papier griffonné Hikoru s'il aurait su le faire, aurait sourit. ulaaa il notait tout! ala va vite mais tout de même. MLais il lui rappela la mission. oui il faudrait passer tout cela au peigne fin...et oui il risquait d'y avoir de la compagnie. Mais le dernier ordre était clair cependant, rentrer a tout prix. ne pas se faire tuer mieux valait revenir avec une information que se faire tuer en en ayant dix.

"vous avez raison donc on évite de faire les super héros. Et Chika...surtout j'espere que vous savez comment fonctionne votre arme parce que sinon il vous faut beaucoup de parier j'imagine..."

Il se leva. ce n'était pas méchant, on pouvait juste déceler une lueur amusée dans ces yeux. Pour une fois qu'il rigolait un peu. Cela lui arrivait de temps a autre depuis qu'il avait rejoint les résistants. mais c'était rare, cependant le fait sde s'éloigner de tous ces gens, de se retrouver seul avec ce jeune homme et en mission, le mettait de bonne humeur. d'aileurs Chika proposa de sortir. Oui, ils allaient bientôt arriver mieux falait tout observer le plus tôt possible. Il passa la porte, hochant la tête pour remercier Chika, puis il grimperent. Postés aux barrieres et respirer de l'air frais...sympa, de plus son compagnon avait l'air motivé. Bien ça serait d'autant plus agréable. la question qu'il lui posa le surpris. néanmoins il le regarda tranquilement, ses cheveux batants l'air avant de répondre.

"Je suis curieux, je veux savoir, connaître et détruire la raison de ce mal. Donc oui je suis motivé."


Il le regardait toujours, puis son visage se tourna vers les plgaes. Un peu anxieux tout de même il resterait prudent. Les rencontres la bas ne seraient pas a leur avantage car pas sur leur terrain. Alors que leur énnemis potentiels si. Mais il faudrait faire avec. Hikoru posa une main sur l'épaule de Chika, alors que les marins préparaient le bateau.


"La bas, prudence, et surtout on reste ensemble pas qustion de se séparer. déclara t'il d'une vois calme mais ferme."

Puis il détourna les yeux. habillé de noir, il portait une capuche qu'il rabattit sur ses cheveux qui se voyaient beaucoup trop a son gout. il alla voir ou en étaient les préparatifs, et plaça son sabre, a sa ceinture. il était court. Un kodashi manifestement. mais cela ne dérangeait pas l'homme qui avait appris a se battre ainsi. Il se toourna pour voir ce que faisait Chika. il aimait bien ce jeune homme. il avait l'air sérieux et assez brouillon mais surtout tres gentil. Ne restait plus qu'a débarquer. Il espérait trouver des choses intéressantes et a en voir son air, le jeune homme aussi. Tant mieux. Du moment que ni l'un ni l'autre ne revenait mort....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Mer 17 Juin - 21:31



Sortant de la chambre où avait dormit son supérieur, Chika suivit ce dernier sans émettre le moindre son, hormis le bruit de ces pas qui résonnèrent entre les murs du couloir. Avec, en arrière fond, les échos de la salle des machines, presque juste en dessous de leur pied. Cependant, ils empruntèrent un escalier pour monter sur la plus haute plateforme du navire afin d’observer paisiblement le ciel étoilé, une légère brise fraîche caressant leur visage. La frange de Chika chatouillait son nez, il dû la remettre à plusieurs reprises derrière son oreille pour cesser d’être embêté par cette dernière. Mais à chaque coup de vent, pas de chance, elle lui revenait en pleine face, lui faisant recommencer à nouveau la même manœuvre. Malgré ce petit désagrément, Le Jinchuriki qui accompagnait Hikoru alla directement s’accouder sur une des barrières, plantant son regard paisible dans les ténèbres de la nuit. Distinguant au loin des masses d’ombre plus foncées que les autres. C’était cela, les fameuses îles ? Qu’est-ce qu’elles étaient imposante. Le chef avait même sut dire sur laquelle des trois les deux hommes devraient s’y rendre. Et, en toute logique, c’était celle qui se trouvait au milieu, trônant fièrement par sa densité supérieur à celle des deux autres…

Les mains jointes devant lui, écoutant attentivement le fracas des vagues contre la coque du bateau, Chika ferma les yeux pour méditer quelques instants. Réfléchissant à ce qui pourrait les attendre là-bas, une fois qu’ils auraient posés pieds à terre. Mais, très vite, il fut interrompu par son supérieur qui lui adressa la parole. Ce dernier avait démontré, en restant dans l’humour, une certaine inquiétude à son égard. D’autant plus qu’il n’avait probablement jamais vu son allié à l’œuvre. Et sa serait l’occasion pour lui d’enfin percer à jour le talent de combattant de Chika. Possédant un Jinki étrange, le jeune homme avait appris à s’en servir. Sa maîtrise était admirable, mais, mine de rien, il avait de gros défaut. Premièrement, la maitrise de ses sentiments. Il pourrait perdre son sang-froid en une fraction de seconde et de ne jamais réussir à le récupérer par la suite. C’était tout de même une effroyable faiblesse et il se devait de tout faire pour l’écarter un maximum !

Hikoru lui exposa sa motivation, faisant largement sourire Chika qui tourna le regard vers son chef, l’écoutant parler. C’était bien lui, ça, même s’il n’avait jamais eu trop le privilège de lui faire la conversation auparavant, quand ils étaient toujours aux repaires des Résistants… D’ailleurs, son attention se tourna d’un coup vers le capitaine qui venait de sortir de sa cabine, les deux Jinchuriki sentirent alors le navire perdre de la vitesse. Alors que deux autres hommes se hâtèrent à mettre un bateau à moteur à l’eau pour les deux résistants qui s’empressèrent donc de descendre les marches. Chika laissant, à son habitude, toujours dans son profond respect pour Hikoru, passer ce dernier avant lui. Dévalant les marches deux à deux, le regard toujours braqué sur les îles. À première vue, rien ne paraissait représenter une menace… Mais une étrange aura s’y dégageait, à en faire perdre le courage à plus d’un. Au fait… Comme on y était, combiens de personne était déjà venue ici, après la désertion totale de ses habitants ? Très peu, non ? Du moins, il était convaincu que la Lune Noire en savait long là-dessus et qu’ils y avaient déjà fait leur petite excursion sur ses lieux désolés.

Une fois qu’ils eurent pris place dans le second bateau, le moteur de ce dernier se mit en marche, laissant Chika toujours aussi silencieux bien que ce dernier voulait répondre aux encouragements de son supérieur. Assis sur le bord, il se pencha un peu en avant, y distinguant faiblement son reflet, trempant alors l’extrémité des doigts de sa main droite dans l’eau gelée. Réussissant enfin à prendre la parole, mettant de côté toute nervosité.

- J’espère simplement que sa ne sera pas aussi dangereux que ce que l’on aurait pu entendre… Enfin, je ne doute pas sur vos capacités, ni sur les miennes. Mais… J’ai entendu tellement de rumeur sur ces îles que je ne sais plus à quoi m’attendre. Des Virus plus puissants ? Ou du moins, est-ce que l’on y trouvera leur demeure ?

Chika avait posé ses questions, le regard dirigé vers la surface de l’eau, sur sa gauche, Hikoru à sa droite. Ce dernier, au détriment du bruit que provoquait le moteur, avait très bien entendu les interrogations du jeune Jinchuriki. La crainte se faisait sentir dans sa voix, mais il en restait pas moins déterminé ! Sa motivation, contrairement à ce que pouvait laisser paraître son expression anxieuse, ne cessait de s’accroître de seconde en seconde, à chaque mètre en moins qui les distançaient de l’île en question…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Lun 22 Juin - 13:53

Hikoru présentement observait son compagnon de voyage. Chika en cachait beaucoup selon lui. Ce garçon aux allure gentilles, et toujours de bonne humeur, du mins du peu qu'il le connaissait, cachait ses émotions mais elles ressortaient parfois en inquétude; il avait l'air d'aimer rire et s'amuser mais de prendre leur travail au sérieux. Sa capuch cachant ses cheveux blanc, Hikoru se sentait plus a l'aise dans la nuit. Les îls approchaient, et ils alleitn essayer d'en prcer le secret...enfin, Hikoru s'imaginait bien qu'ils ne découvriraient rien d'extra ordinaire puisque d'autres étaient apssés et de plus, ces îles même inspirant la crainte, n'en étaient pas moins les même que avant. ils devaient a présent déscendre les marches les menant au petit bateau qui les accompagneraient jusque la plage. Et Hikoru passa en premier, puisque Chika le laissait passer. Hiku ne dit rien même s'il détestait se sentir supérieur aux autres, et donc d'obtenir certains "privilege" il était un homme comme les autres, ne valait pas plus, et pas moins. Mais il n'allait pas pinailler la dessus maintenant alors que leur mission approchait. et puis cela avait l'air de tenir a coeur au jeune homme. Il se tut donc se contentant de s'assoir, ses yeux rouges scrutant l'eau profonde.

Cependant il s'aperçut que Chika regardait les îles, il semblait réfléchir. Le regard d'hiku se porta alors sur les îles. Tout avait l'air si calme...rien ne laissait présager a une quelqu'onque vie depuis bien longtemps...mais tout n'était peut etre qu'illusion et si vie il y avait, ils étaient surement repérés depuis un moment. De toute façon, la curiosité l'empéchait de faire demi tour, et le sens de la mission aussi évidemment. Chika quand a lui semblait se poser des questions a voir son visage. Le moteur se mit en roue, et les voila partit, partit a l'aventure, découvrant ce qui était surement inconnu des résistants et donc d'ex même. l'exitation aprcourait els menbres du jeune homme qui pourtant tout come son compagnon restait silencieux. déja qu'il ne parlait guere, il ne serait pas le premier a briser le silence il le savai. d'autant plus que Chika avait l'air plus bavard qu'Hiku ce qui n'était pas tres dur. Il finit d'ailleurs par révéler ces craintes. Ainsi sans douter d'eux il doutait de ce qu'ils allaient trouver. cela aurait fait sourir le jeune homme s'il aurait pu, mais seule une lueur d'amusement passa rapidement dans ses yeux pour laisser place a sa froideur habituelle. POurtant malgré ces craines, Chika ne manquait pas d'envie de découvrir. Hiku ne répondit pas de suite. Il soupira, scrutant l'océan avant de parler.

"On ne sait pas ce que l'on va trouver, tellment de ruleurs tournent, et peut etre qu'aucune n'est fondée. Nous pouvons tomber sur des virus, comme sur des ruines simples...je ne m'attends a rien. Je préfere voir sur place, puisque les rumeurs n'incite qu'a la crainte ou l'angoisse pourquoi les écouter?"

Hikoru était d'une logique implacable, et déroutante, comme si a ses yeux tout était simple. Alors que il oyait les choses bien plus compliquées même s'il ne s'embarassait pas de questions ni de racontars. Il préférait se faire sa propre opinion, seule la crainte de l'inconnu le dérangeait. Les îles se raprochaient et plus particulierement la leur, ou du moins celle qu'ils devaient explorer en quete d'information ou de n'importe quoi pouvant aider les résistants. Il était heureux d'être avec Chika qui était plus que motivé, il siffisait de regarder ses yeux. Hikoru plongea son regard dans l'eau, ainsi que sa ain rapidement. il aimait ce contact...mais il replaça bientôt sa main a l'intérieur de sa veste, l'eau n 'ayant rien de chaude a cette heure. Ses pensées le ramenerent dans son passé, et il eut envie d'en savoir plus sur Chika...bien que ce n'était guere le moment, puisque l'ile était tres proche, il se risqua tout de même a une question, pouvant paraitre des plus anodines.

"Quelle genre d'enfance avez vous eu?"

Aucun rapport avec la présente situation, en apparence, mais le apssé ne forgeait il pas notre personnalité? Pour lui le passé était essentiel, et si cet hmme était amené encore a trvaillé avec lui dans l'avenir, il aimerait en savoir plus sur lui. Ainsi cette question n'avait rien de bête pour le jeune homme. Mais il ne forcerait pas le Jinkurichi a y répondre d'autant plus que ils arrivaient a destination. Il avait envie de débarquer, pour découvrir, autant qu'il avait envie de connaire son compagnon. curieuse comapraison...mais pour combattre le virus, il falait être fort, et unis. Unis sans se connaitre était impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Mer 24 Juin - 21:37



Le jeune homme s’accouda sur le bord du bateau, tel un enfant fasciné par l’eau, il trempa ses deux mains dedans, malgré sa froideur, et il s’en aspergera la figure avec afin de se maintenir éveillé durant le reste du trajet. Ils leur restaient environs une dizaine de minute à faire, déduit-il en voyant l’île s’approcher à une allure déconcertante. Il déposa les yeux sur le dos de l’autre homme qui les accompagnait, Hikoru et lui, celui qui se chargerait de les attendre au large de la plage pour les récupérer dès l’accomplissement de leur mission en ces lieux funeste ou planait la mort elle-même. Toutes ces rumeurs avaient, premièrement, refroidit Chika qui sentait toute son enthousiasme s’en aller comme de la poussière avant que son supérieur ne prenne la parole pour le rassurer à ce sujet. Mais c’est vrai ça !? Pourquoi se fier à quelque chose de si infondés, au fond ?! Ce n’était pas très logique, finalement. Le jeune Jinchuriki se redressa, inspirant profondément, braquant d’un regard rempli de déterminations les masses noires qu’étaient les îles, avant d’expirer longuement pour se détendre un maximum.

- Vous avez raison, Hikoru, je me faisais probablement du souci pour rien du tout finalement. Merci pour m’avoir rassuré sur ce point ! Déclara le jeune homme en se passant une main dans ses cheveux, ramenant sa frange en arrière, exposant son visage aux caresses du vent nocturne.

Soudains, les moteurs du petit bateau émir moins de bruit et les deux Jinchuriki à bord pouvaient sentir se dernier effectuer une courbe pour accoster tout en douceur sur le sable. Mais, cependant, juste avant que les moteurs ralentissent, Hikoru s’était adressé à Chika, lui posant une question à laquelle il ne s’attendait pas la moindre du monde. Surtout dans un endroit pareil ! Sauf, qu’après tout, pourquoi ne pas se distraire en se parlant un peu. Chika avait toujours voulu en savoir plus sur cet homme dont la renommée s’étendait à même les continents aux alentours du Japon. Néanmoins, il ne lui n’exposerai pas de suite tout les détails de sa vie d’enfant, il se sentait pas très à l’aise quand il en venait à parler de lui. C’était comme si on forçait une personne à faire la pire chose, celle qu’il déteste le plus faire dans sa vie.

- On va dire que je n’ai pas été très gâté dans mon enfance. Mes parents me trainait partout où ils allaient et me laisser fréquenter aucuns autres enfants de mon âges. Surtout qu’à cet période de la vie, un enfant à besoin de vivre, de courir et d’avoir pleins d’amis. Mais là, il en était rien avec ces parents surprotecteurs que j’avais. Bien évidemment, je n’irai pas me plaindre, j’ai été bien élevé, j’ai toujours été le meilleur au niveau des notes bien que les cours étaient à domicile, j’avais tous à portée de main, c’était tellement jouissif. Commencera-t-il en se levant doucement pour ne pas perdre l’équilibre à cause de la coque du bateau qui frotta subitement contre le sable au fond de l’eau. Mes parents sont ensuite mort dans un accident d’hélicoptère, je n’ai jamais vraiment su pourquoi d’ailleurs. Je reste encore à ce jour dans l’ignorance la plus totale… Et vous, Hikoru ?

Le jeune homme enjamba le rebord et posa pieds sur la plage avant d’avancer de quelques pas, ses yeux balayant les alentours. Pour le moment, il n’y avait rien dans les parages. Du moins, pas à sa première inspection. Après, les ennemis pourraient être n’importe où, comme derrière des arbres, sous le sable. Ils devaient désormais redoubler de prudence afin de ne pas se faire avoir lamentablement dans un piège. Chika recula d’un pas, se tournant face à son supérieur qui venait, à son tour, de quitter le petit bateau.

- À part le papier que je vous ai lu tout à l’heure, je n’ai pas plus de précision sur la mission, ni sur la direction à prendre. Donc, je dois en déduire que l’île n’a pas été topographié par qui que ce soit. D’un mouvement circulaire du bras, il désigna la lisère de la forêt qui délimitait clairement la végétation à la plage. On a un choix très large de directions, sa pourrait nous prendre des heures, voire même des jours pour tout fouiller et trouver ce que l’on veut savoir. Alors, par où pensez-vous que l’on doit commencer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 26 Juin - 11:12

Hikoru dans le bateau, entendit la voix de Chika s'élever. il lui avait posé une question certe mais il ne s'atendait pas du tout a ce que l'homem réponde aussi rapidement. d'ailleurs il lui dit d'abord qu'il l'avait rassurer, et qu'il l'en remerciait. Hikoru fronça un sourcil? lui réconforter quelqu'un dans ses craintes? oh eh bien ce n'était pas, vraiment ce qu'il avait recherché mais il était heureux d'avoir réussi a faire cela. c'était bien la premiere fois. Il se demandait vraiment ce qu'il avait dit, se remémorant avoir conseillé ne pas se limiter a des craintes infondées. ah oui...eh bien si ça l'aidait, quoi de mieux? Hioru n'en demandait pas plus. Le bateau était presque a la plage, alors que le Jinkurichi commençait a lui raconter son enfance. Il nota une réticence dans sa voix. Encore un point commun, apperemment tous deux n'étaient pas tres heureux der aconter leur passé. La surprotection. Hiku ne connaissait pas, mais ça l'énervait fortement car cela empéchait a des enfants de découvrir leur capacité, et certains en devenaient craintifs. néanmoins il fut étonné que Chika ne cherche pas ses parents ou la raison de l'accident. Mais apres tout ils n'avaient pas le même caractere. Le "et vous" raisonna de maniere inconfortable dans la tête de l'homme. Aucune envie de raconter sa vie, mais il savait que en posant cette question il s'exposait a un retour a l'envoyeur. Il passa lui aussi sur la plage et retrouva son équilibre qu'il avait perdu pendant le voyage en bateau. Il se retourna vers l'homme qui les accompagnait.

-Faites attention a vous.

Cela comportait plus de conseils qu'une phrase entiere de sermons et de prudence. Mais si on ne savait pas ou allait tomber les deux hommes, la mer, en bord de plage était tout aussi dangeureuse pour un homme seul de l'avis du résistant. Aussi il finit par répondre a Chika mais avant celui ci fit remarquer ohh combien le territoire était large. et donc serait long , voir impossible a explorer. avant de répondre a sa question concenrant son enfance, il commença par celle qui concernait leur mission.

-Puisque ça doit faire un moment que l'on est repéré, si il y a quelqu'un, autant ne pas se cacher, et y aller droit au but. les ruines de la plus proche ville me semblent appropriées. qu'en dites vous?

Il demandait toujours l'avis de la personne qui l'acompagnait s'il en avait une. Donc celle ci ne fit pas exeption a la regle. Son sabre a la ceinture, une main posée dessus, ses cheveux cachés par sa capuche qui faisaient de lui une cible des plus repérable, il se mit a marcher prudemment, veillant a éviter les pieges s'il y en avait. La mission commençait. néanmoins, il répondit a la question, apres tout parler n'empéchait nullement la concentration.Il prit sur lui. Il ne aprlait jamais de lui, mais devait apprendre a le faire, aussi une inspiration se fit entendre avant qu'il ne parle, un minimum forcément de lui.

-mes parents sont morts infectés. j'avais 3ans. Doué pour le vol, une bande de voyou m'a enrolé. mais longtemps apres j'ai fuit et trouvé un homme pur. un viel homme il est mort voila dix ans mais il est celui que je considere comme mon pere. Une enfance donc assez peu calme. mais me connaissant, dans votre situation j'aurais recherché sans relache la cause d'accident de mes parents.

Il était tourné a cet instant vers son compagnon. Il n'avait rien dit, sur ses meurtres , sur la suite des évenement ni ce qu'il avait appris chez les voleurs ou chez le vieil homme. Le strict minimum, mais on entrevoyait la vie parsemée d'embuche d'un enfant plein de vie qui ne voulait que le bonheur de ceux qui l'entourait. et comme la bactérie a vu les choses autrement, il se doit de la rayer de la carte. et par la même occasion les virus
La végétation haute et dense, énervait un peu, voir beaucoup Hikoru, il s'arreta et regarda Chika.

-Si quelqu'un est passé par la l'herbe doit etre aplatie, essayons de trouver un chemin.

Puis il se tut. Lui qui ne parlait pas, ou du moins rarement parlait plus aujourd'hui qu'au cours du dernier mois passé. enfin c'était normal mais assez frustrant. Cependant il se tut, et essayait de faire le moins de bruit possible, ses yeux scrutant l'obscurité et la végétation. Il était content d'opérer de nuit car ses yeux n'orauraient pas a souffrir du soleil. Il devait régler les problemes avant qu'il ne soit aveugle, sinon il deviendrait inutile.Du moins le pensait il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Mer 1 Juil - 20:46



Descendant de l’embarcation, Chika avait balayé la plage de son regard perçant, constatant qu’il n’y avait aucunes présences par ici. Du moins, sûrement pas à ces heures-ci et il allait falloir à eux deux de pénétrer d’avantage dans la dense forêt pour y mettre à jour tous les secrets de cette île ou le mal avait commencé. Surtout, comment sa avait pu arriver ? Qui avait été l’élément déclencheur ? Un virus à l’était brut ? Une autre espèce de vie venue sur terre ? On ne savait que trop peu de chose et les états concernés devaient probablement cacher énormément de chose aux yeux de la population qui était alors restée plongée dans l’inconscience la plus totale jusque là. Mais le jour de la vérité n’était plus aussi loin que l’on pourrait le croire. En tout cas, ce qui était sûr, de plus en plus de volontaire se mettait au service de cette vérité. L’ignorance allait être mise à jour ! Et Chika était, parmi tant d’autre, dont Hikoru, à être ses volontaires de ce groupement de personnes.

Les pieds légèrement enfoncés dans le sable, le jeune homme venait, encore avant sur le bateau, de poser une partie de sa vie à son supérieur pour faire de plus amples connaissance avec ce dernier. Chose que le Jinchuriki désirait particulièrement, être respecté par un grand homme respecté. C’était un rêve et ce qu’il avait osé espérer se réalisa dès qu’ils s’avancèrent un bout sur la plage. L’autre résistant reprit sa parole laissée en suspens, lui dévoilant quelques passages de sa vie. Et apparemment, les deux hommes avait pas mal de chose en communs. Mais leur état d’esprit n’était pas le même. Pour preuve, Hikoru aurait tout fait pour comprendre la mort de ses parents, pas Chika. Pourquoi, vous allez me dire !? Simplement parce qu’ils n’avaient pas pu avoir la vie d’enfant dont il voulait. C’est tout simplement pour cette raison, parfois tant stupide que réaliste. Tout dépendait de comment on pouvait la voir.

- Rien n’est facile dans la vie et je vous remercie profondément de m’avoir confié cela. Mais je ne vous en ferai pas dire plus. Et si je n’ai rien cherché sur la mort de mes parents, c’est simplement que j’ai de très bonnes raisons de ne pas le faire. Je m’excuse de paraître un peu brusque là-dessus. Mais voici…

Les deux Jinchuriki continuèrent d’avancer, s’enfonçant d’avantage dans la grande forêt qui recouvrait la presque intégralité de l’île en question. Leur marche était lente, mais leurs paires d’yeux fouillaient les alentours à une vitesse déconcertante avant de se perdre au milieu des grands arbres. Il n’y avait aucunes traces de vie. Ils seront donc forcés de s’arrêter pour se décider de la route à prendre… Mais, croyant être totalement seuls… Ils se trompèrent lourdement…






Trainant dans cette forêt, très sombre, très ténébreuse, un homme marchait, à la recherche d’une proie. Les bras croisés, les mains dans ses manches, il sentait la présence de deux de ces sales créatures dont il adorait y mettre un terme à leur misérable existence. Mais qui était cet homme qui errait sur cette île, sans réel but ? C’était Satoshi Annô, un Virus puissant dont il fut le propre auteur de la disparition mystérieuse de tant d’homme venu enquêter dans ces lieux désolés. Quelques Jinchuriki étaient tombés sous son arme moléculaire, notamment. Mais, cependant, il était dans une énorme impasse. Il n’avait plus tué depuis quelques jours et une petite bagarre sanglante s’imposait pour lui. D’où ses investigations incessante sur toutes la superficie de l’île. Il n’avait pas arrêté une seconde, cédant quelques heures à certains moment pour s’offrir une sieste au haut d’un arbre ou je ne sais où encore.

Maintenant, il était proche, trop proche pour que les deux Jinchuriki puissent lui échapper. C’était comme s’il les avait déjà en main. Décroisant ses bras, il se tapit dans un buisson et observa ses proies en passant sa langue sur ses lèvres. Sa faim ne cessait de s’accroître en voyant ses deux bout de viande se balader sans se douter de rien. Ils étaient ignorants alors ? Mais que leur était-il passé par la tête pour venir foutre leur grain de sel ici ?! Ils n’avaient pas mieux à foutre ? Satoshi ne se posait pas de question, il tuait, point final. Et ils aimaient cela. Alors si les humains étaient aussi suicidaire qu’ils l’étaient depuis toujours, il les accueillerait certainement les bras ouvert pour les dépecer un à un.

- Uhuhuh…. Ricana-t-il avant de sortir de sa cachette, plantant son regard intimidant sur les deux personnes devant lui. Que font deux bouts de viande en un lieu pareil, faites-moi savoir quelle merveilleuse folie vous a piqué ? Dira-t-il uniquement à ces deux là.

Satoshi était derrière Chika, seul Hikoru aurait pu le voir sortir de sa cachette. Mais surtout, qui était-il ? Quelle était son arme moléculaire ? Son genre de combat ? Son affinité ? L’inconnu avait de quoi effrayer n’importe qui. Le fait de ne pas connaître son adversaire était angoissant. Ce qui était tout le contraire du Virus qui était incroyablement excité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 3 Juil - 13:00

Hikoru continuait d'vancer ses yuex de braise cherchant un passage, la foret s'éppaississait a mesure qu'ils avançaient. Cela aurait eu de quoi en décourager plus d'un mais pas les deux résistants qui continuaient inlassablement. M^me s'il ne le montrait pas, lui aussi était impatient et crueiux de ce qu'ils allaient trouver. mais la question serait sans doute vite résolue dés qu'il trouveraient s'il y avait, trace de vie. Hikoru écouta alors Chika qui continuait dans leur discussion, le remerciant de s'etre confié d'une certaine façon et avouant lui même avoir des raisons pour ne pas avoir chercher ses parents. Hikoru comprit, et le junkurichi ajouta qu'il était sec. Mais hikoru sourit intérieurement. C'était normal ils se connaissaient peu. Il n'avait pas a lui dire quoi que ce soit. D'ailleurs Hiku le lui confirma en hochan une nouvelle fois la tête. lui aussi avait des raisons sur des choses, que peut etre Chika n'aurait pas faites a sa place.

Finalement, tout s'épaississait drolement et les deux hommes durent s'arreter pour choisir leur route. Hikoru soupira. Il n'aimait pas les vastes terrains. De plus inconnus, cela favorisait leurs adversaires potentiels. Et ici, ils n'auraient guere d'amis logiquement. Cherchant une issue du regard, il porta la main a son sabre. Une ombre entre les buissons...avait il révé? Il lui avait semblé rien que quelques secondes pourtant, non il en était sur, et se tournant brusquement il saisit Chika par la manche pour qui se retourne lui aussi, un homme, completment bizarre d'apparence, était devant et parlait. Il n'avait donc pas révé. En position défensive, Hiku l'écouta. mouais pour prononcer des phrases comme celles ci, il devait lui manquer quelques cases, de plus il n'avait rien d'encourageant dans son apparence. Un virus?peut etre a chercher le sang comme cela, on pouvait aisément le penser. Quoique bien calme. Aucune arme n'était encore apprrue, celui ci se contentant de poser des questions. Auxquelles Hikoru répondit apres quelques minutes d'obervation.

Depuis quand personne ne peut venir ici ? vous connaissez les moustiques énormeeeees eh ben ils nous ont piqués et POF on est venus...bisarre non. mais franchement on avait envie de visiter ces vieilles iles...et vous qui êtes vous? POur nous prendre pour de la viande, vous ne devez pas souvent sortir de votre trou.

C'était sec, concis et clair. Aucune envie de divulguer prénom ou aautre qui pourrait faire remonter au chef des résistant ou tout simplement attirer des ennuis. Il observait l'individu...il avait les yeux dilatés, assez hagard comme s'il cherchait inlassablement quelque chose et venait de le trouver...hum...oui l'envie de combattre, l'envie de viande donc de sang faisait bien penser a un virus. Encore un soupir, il parla au jeune homme quétait son compagnon sans quitter l'autre des yeux.

Je crois bien que ça commence. On reprendra notre discussion plus tard.

Il aurait pu sourire il l'aurait fait. Enerver ses ennemis, c'était aussi les déstabiliser, donc un bon point pour eux, et peut etre le forcer a tirer ses cartes en premier. Parce que il pensait bien que Chika non plus ne conaissait pas cet homme, donc son énergie, son arme...et le reste. Ce qui enfansait un home dangereux. Pour Hiku la prudence était de mise. Pas question de se dévoiler le premier. sa capuche vissé sur sa tête, il ralait intérieurement, mais était tout exité, cela se lisait dans ses yeux flamboyants. Un peu d'exercice lui fera oublier les vagues qui l'avaient réveiller tout a l'heure et mis de sale humeur...s'il aurait eu une barbe il aurait pu murmurer dedans, mais au lieu de cela, il ralait dans sa tête. Mais cette mission n'était qu'a ses débuts. Aucunement questiond e perdre, ou de reculer, il ne pensait qu'a ce qu'ils allaient découvrir ensuite.

* bon il se dépche qu'on en finisse...il m'énerve a rire comme ça....et puis on est pas venu servir de diner, juste fouiller..*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Lun 6 Juil - 22:02




Le jeune homme, c’est-à-dire Chika, n’avait pas fait attention à la présence dans son dos, contrairement à Hikoru qui venait de le saisir par le bras pour le tourner d’un coup sec et le forcer à se mettre sur ses gardes immédiatement. C’est d’ailleurs ce que fit ce dernier qui leva ses bras devant lui, les paumes de ses mains en direction du nouveau venu, qui avait tout pour ressembler à un Virus. Mais il était peut être qu’un simple humain errant, complètement détraqué ou un Jinchuriki qui avait finit par mal tourner, on ne sait jamais ce qui pourrait se passer. Ainsi, le jeune homme préféra abattre la carte de la prudence, fermant les yeux avant de les rouvrir subitement avant que deux boules de feu n’apparaissent dans ses mains, grandissant à une vitesse fulgurante avant de laisser place à deux disques métalliques, ressemblant à deux étoiles de ninja géante, la poignée de ces armes se trouvait au centre de ce disque. Les lames affutées, on dirait qu’elles brûlaient intérieurement, une faible lueur orangée rendait son Jinki fluorescent. Tandis que ses mains étaient enveloppées d’une faible enveloppe de flamme.

Ses yeux restèrent braqués sur ceux de l’inconnu qui donnait de plus en plus la sensation d’être une de ses abominations. Et il n’allait pas attendre à ce qu’il attaque le premier, surtout pas. Tout en prenant en compte l’aura mauvaise que dégageait ce dernier, Chika se mit en position de combat durant le temps que son supérieur lui adressait la parole, lui lançant une blague qui serait de mauvais goût pour l’homme en face d’eux. Chika ne fera qu’acquiescer dès lors qu’Hikoru lui proposa de mettre la discussion de côté pour le moment. En même temps, se battre en racontant sa vie, c’était sûrement pas leurs tasses de thé à ces deux là. Une fois que ce monstre sera détruit, ils pourront continuer leur mission !

- Avec plaisir Hikoru, on la reprendra après nous être débarrassé de cette tâche ! Lancera-t-il à voix basse.





L’homme se tenait toujours face à ses deux Jinchuriki sortis de nulle part. Mais il n’allait pas s’en plaindre pour le moment, sa lui donnerait de quoi se distraire pendant quelques temps, finalement. Et aussi sa dose de combat avant de se sentir à nouveau en manque. Si Chika et Hikoru l’observait bien en ce moment même, ils pourraient le comparer à un drogué qui n’avait plus eu sa dose de drogue pendant un long moment ! Les bras croisés, Satoshi ne faisait que sourire cyniquement en les voyants faire des mèches basses, se préparant probablement à sauver leur peau avant que le Virus ne leur les vols. Son sourire finira par s’élargir, dévoilant ses dents blanches, les pupilles de ses yeux diminuèrent de taille. Son sang commençait à être bouillant à l’intérieur de lui, il entendait le sang qui battait dans ses temps, de plus en plus, jusqu’à finir à n’entendre que cela, à force.

- Pauvres ignorants que vous êtes ! Hurlera-t-il. Vous ne savez même pas à qui vous avez affaire !

- Ne nous sous-estime surtout pas !

À ce moment même, le Jinchuriki de flamme fera un pas en avant, élançant ses bras devant lui pour propulser ses deux disques qui s’enflammèrent sur le Virus. L’air fut fendu par ses armes qui filèrent à toute allure sur Satoshi qui ne faisait que sourire, passant sa main dans son dos, pliant les genoux pour les éviter. Cependant, ils avaient un effet boomerang et apparemment, cela il ne le remarquera pas ! Un sourire satisfait s’esquissa sur les lèvres de Chika pendant que ses deux Jinki revenaient sur leur trajectoire pour frapper le dos du Virus qui ne semblait toujours pas les avoir vu.

*Touché !*

- C’est bien ce que je dis, ignorants jusqu’à la fin ! Murmura-t-il de sa voix froide. Prenez-en de la graine les gamins !

Soudains, ce fut presque l’horreur totale. Le haut du kimono de Satoshi se déchira, le long de sa ligne que traçait sa colonne vertébrale avant que, sous la peau, les os se mirent à bouger. Comme s’il y avait des insectes qui gisaient dans son corps. Et des pointes surgiront, perçant sa chair, le sang jaillissant des plaies engendrées par celle-ci. Et le Virus ne s’en arrêtera pas là. Pour éviter l’arme du Jinchuriki de Flamme, il bondira en arrière, effectuant un saut périlleux, passant ainsi par-dessus les projectiles. Sa main droite toujours dans son dos finira par se lever, tenant un drôle d’objet dans sa main. En fait, non, plus précisément, il était en train de se retirer la colonne vertébrale de son dos qui serait immédiatement remplacée par une new. Ceci était son arme moléculaire, une arme similaire à un fouet. Sauf en os et munie de point. Mais, qu’elle était son affinité ? Cela restait à le savoir par la suite. Le fouet en os, dégoulinant de sang, s’égouttant sur le sol, finira par être usité par Satoshi qui visera en premier lieu Chika. En plein mouvement, les deux disques furent frappés par l’arme du Virus et détourné de leur trajectoire, dont un d’eux se dirigera droit sur Hikoru.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Mar 7 Juil - 10:52

Hikoru qui n'aimait pas débuté les hostilités remarqua bien vite qu'il n'en était pas de même pour son compagnon qui se mit en position d'attaque et révéla bien ses deux disques ou étoiles ninja sauf que leur taille était démultipliée. Ainsi donc il allait attaqué. Hikoru ne fera que hocher la tête se décidant pour le moment a ne pas déclarer plus les hostilités qui de toute façon démarraient puisque le virus,ou le chien assoifé de sang, hurlait comme un fou, qu'ils allaient voir et tout le tralla comem souvent a chaque fois qu'il rencontrait un ennemi. Et Hikoru était un maitre de l'aobservation préférant dévoiler ses cartes plus tard. Ainsi les lames lancées, le virus semblait trop imbu de lui même et se contenta de l'éviter, mais Hiku fronçant les sourcil ne s'arreta pas a cela, le sourire de l'autre sournois l'énervait. et ses soupsons se révélerent exacts lorsque grace a un os, a vrai dire des pointes et un os sortant de sa chair, qu'il pouvait manier a sa guise, fraperent bientôt l'air. Hiku observa cela traquilement... En prendre de la graine...quelle drole d'expression c'était en lui que poussaient des piques...enfin bon. Hikoru ne se décidait toujours pas, seule son arme basique son katana était sortit a sa droite. Donc Chika a eut une mauaise surprise, et Hikoru aussi, cependant on ne connaissait pas l'affinité de cet homme alors que celle de chika ne faisait aucun doute. et savoir que Chika avait déja dévoiler ses cartes étaient rageant, mieux valait que cet imbécile les croit démuni. Mais aps le temps de tetrgiverser une étoile frappée par l'os de l'autre chien, arrivait doir sur le Jinkurichi qui plaqua son sabre devant lui a l'horizontale. la force de l'étoile était telle que lorsque celle ci atteint le sabre, Hikoru recula sans le vouloir ses pieds marquant un profond sillon dans le sable. mais il finit par ralentir la course de l'étoile et il donna un léger coup dedans afin de la renvoyer vers son compagnon.

*fiiiou...saleté d'os...*

il regardait l'horrible chien sauvage plein de sang et qui en redemandait, avant de dire.

"tu n'as plus rien d'humain. tu n'es qu'un animal visqueu....tu ne mérites pas la vie."

Hikoru aimait les grandes paroles qui avaient un sens...enfin bon, l'heure de la parolte était finie, et les bras d'Hiku avait déja été bien demandé pour retenir l'étoile de feu. rangeant son sabre a vitesse éclair, il se tourna vers le virus et ses yeux devinrent on ne peut plus brillants....ses mains tendues devant lui, laisserent bientôt apparaitre autour d'une lumiere grise qui ne se voyait guere dans cette obscurité, deux sabres étrangement petits. ils étaient en tout points égaux a celui de tout a l'heure sauf plus petits et la lame était a deux tranchants et non un seul. Les yeux du jeune homme arreterent de briller une fois les armes apparues et Hiku se faufila jusque Satoshi. ses deux sabres ou kodashis, étaient devant lui en croix. il entreprit de frapper l'os de son adversaire profitant de sa souplesse il se baissa au dernier moment pour frapper l'os a la maniere d'un ciseau. puis l'os entre cette "pince" formée il esseyera en évitant les pics de faucher les jambes de son adversaire;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Jeu 9 Juil - 21:48


Apparemment, Chika venait tout simplement de sous-estimer son adversaire, faisant à son tour sa propre erreur en l’attaquant de front avec ses disques enflammés et aux pointes aiguisées. Qui, au final, ne furent qu’impressionnant, mais sans réel difficulté à parer pour le Virus qui effectua pour commencer un simple bond en arrière, plaçant bizarrement sa main dans son dos avant de…. Retirer sa colonne vertébrale ?! Ouhlala, c’était violent ça ! Jamais le jeune résistant n’avais vu un truc pareil… aussi horrible que de se retirer les os du corps comme il venait de le faire ! Ah non ! Un énorme frisson de dégoût parcouru l’échine du jeune homme qui constata que même l’effet boomerang de ses armes était sans efficacités. Alors qu’elles revenaient vers lui, il tendit ses mains en avant pour les reprendre en plein vol comme il avait l’habitude de faire après les avoir jeté comme cela. Mais, cependant, Satoshi prit l’offensive en allongeant son fouet osseux dans leur direction. Tout d’abord, il se heurta aux disques de feu, dont un change littéralement de direction en partant droit sur Hikoru. Le seconde, il pu le reprendre en vol comme prévu, sans trop de mal, tout en gardant un œil sur le Virus qui était sacrément malsain avec son drôle de pouvoir. Surtout que son affinité était encore inconnue pour eux ! Comment allaient-ils faire désormais ? Chika et Satoshi avait mis presque à jours leurs dons. Alors que le supérieur du Jinchuriki était resté sur son sabre.

Fort heureusement, ce dernier parvint très bien à bloquer son Jinki avec cet arme, sans pour autant ne pas éprouver quelques difficultés car, Chika le vit très bien, ses pieds venaient de prendre un sacré recul, laissant une belle traînée dans le sable avant que l’homme au capuchon ne lui renvoie son Jinki, semblant pousser un soupir de soulagement. Mais, ce qu’il vit par la suite fut encore plus impressionnant. La silhouette de son chef s’illumina de gris, ses yeux étaient devenus totalement blanc avant de laisser apparaître deux kodashi dans chaque main.

- Ouah… C’est donc bien cela qu’il s’agissait ! Se murmura-t-il à lui-même alors qu’il venait de faire un pas en arrière.

Hikoru venait de foncer droit sur le Virus, les sabres en croix, pour l’attaquer de front. Mais, cela était-il la meilleure idée vu que Chika avait lamentablement échoué tout à l’heure ?







Satoshi venait de détourner, grâce à un simple coup, les armes spéciales du Jinchuriki des flammes pour les envoyer valser dans la figure de l’autre blanc bec. Cependant, il venait d’espérer un peu trop en le voyant parer l’attaque de front et rendre le Jinki à son propriétaire qui restera ensuite trop ébahit par la soudaine apparition des… couteux de ce gamin ! Satoshi laissa un sourire paraître sur ses lèvres avant même de faire un geste violent de son bras droit, fouettant ainsi le sol avec sa colonne vertébrale pour le provoquer à venir se battre. Et, c’est d’ailleurs ce qu’il fit, ce pauvre ignare ! Le Virus ne put que se mettre en position, levant sa main droite vers le ciel afin d’abattre son arme sur le résistant qui s’approchait bien trop vite de lui. La colonne d’os fut parée par la pince formée par les deux sabres alors que les jambes d’Hikoru vinrent balayer les jambes de ce dernier qui trébucha. Sauf que, on connait tous les fouets, ils s’enroulent autour des choses qu’ils heurtent. Et là, l’effet escompté eu bien lieu. L’extrémité du fouet en os , dès lorsqu’il percuta les deux sabres, continuera sa route, la pointe rasant le sol pour aller frapper violemment dans le dos du Jinchuriki qui venait tout juste de mettre à terre Satoshi.

*Fais chier !!!*

Se rattrapant de son autre main libre, il réussit à libérer son arme de cette emprise pour prendre un peu de recul et analyser la situation. Il devait faire gaffe à ces deux pingouins, au risque d’y passer aux moindres faux pas. Mais jamais il ne prendra la fuite ! Ah ça non ! C’était un fantasme que ces deux là devaient se réserver à eux tout seul. Donc, sa main gauche prit le bout de son fouet et tendit le tout devant lui avant de tirer tellement fort que l’arme se brisera avant de se solidifier par le simple souhait de l’homme. Maintenant, il était armé de deux sabres à pointes !

- Alors, gamin, que souhaites-tu comme mort, dis-moi tout ! Dit-il en s’élançant contre lui, les deux bras en arrière. Dis-moi tout sur tes fantasmes morbides !

À peine arrivé vers lui, Satoshi élança son bras droit contre Hikoru pour le frapper de son arme sur son épaule droite tandis que son bras gauche fit de même, mais de l’autre côté. Une attaque en cisaille, donc, mais Satoshi y rajoutera un coup de pied partant droit sur le menton du résistant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 24 Juil - 21:38

Hikoru était déja las de ce petit jeu, ou combat qui ne l'amusait pas du tout. ce chien, parce que le terme humain ne lui convenait pas. était tres enragé mais heureusement pas contagieux bien que le résistant bouillait. il n'en faudrait pas énoormément pour qu'il explose de colere. Mais son coup eu un peu d'effet tout de même ce qui montra que leur adversaire était tout a fait battable. Donc pas d'affolement. Cependant celui ci se relava, pas content du tout, et le fouet passa extremment pres des cheveux d'Hikoru ce qui eu le don de l'énerver. Il détestait que l'on touche a ses cheveux, allez savoir pourquoi...surement du fait qu'ils étaient blancs et d'unelongueur quasi parfaite puisque il ne suportait pas qu'un cheveu soit pluslong qu'un autre. Maniaque...oui mais pas en tout heureusement. Surtout que la Le méchant chien virus arrivait droit sur lui avec une jolie phrase pour s'annoncer a laquelle le résistant ne manquerait pas de répondre mais apres avoir contré l'attaque qui se faisait en cisaille..c'était prévisible a vrai dire. Bloquer les deux armes ne fut pas chose aisée, si bien que le jeune résistant sous le choc finit par tomber en arriere a son tour a terre, ses deux sabres sur les cotés collés a ceux de l'homme en rage. Mais cela lui évita le coup de pied au menton.

*...ouch. il a plus de force naturelle que moi mais moins de réflexes*

Avant de laisser une nouvelle faille a son adversaire, il fit un bond en arriere et se retrouva sur ses jambes remarquant un filet de sang sur son épaule gauche, signe que son propre sabre avait toucher l'épaule en contrant le virus. Hiku, reprenant son souffle put enfin répondre au virus. De toute façon il ne pouvait pas s'en empécher.

-Je crois qu'une mort lente serait préférable, sinon tu n'aurais pas le temps de l'apprécier.

Hikoru pensait a juste titre que le virus se défoulait, s'amusait et tuait par pur plaisir. Cela lui permettait de ne pas s'inquiéter quand a tuer un être vivant et aussi de ne pas s'inquieter de la sienne de mort. Cependant les résistant avait avec eux la force et l'envie de vivre ce qui leur donnait un bon point. Ils étaient deux il ne fallait pas l'oublier et Hikoru passa en ariere pour parler a son coéquipier. celui ci avec ses étoiles pouvait ataquer de loin et si il visait juste, le temps que satoshi s'amuse a les éviter, Hiku pourrait tenter une percée. Oui. pas de honte a se battre en équipe contre l'on se bat contre une partie du mal incarné lui même. Ilparla a Chika.

-Attaque a deux. Il est plus puissan que nous mais moins rapide dans ses mouvements. attaquez de loin mais faites en sorte que je puisse attaquer d epres en même temps, sans etre touché.

Les paroles prononcées sur le ton de la confidence n'avient pas pu etre enendue de l'homme. L'aura grise de Hiku tournait autour de lui. Il avait envie de savoir quel était le pouvoir du virus mais pour cela il fallait le pousser a bout. Sans se dévoiler pour autant. la lumière ne sortirait pas tant que Satoshi ne se serait pas montrer. Pas question. Il ne le méritait même pas. Sur ce, Hiku approcha a nouveau, a mi chemin, sur le coté, et regarant le chien dans les yeux. Il réfléchissait a ce qu'il pourrait dire histoire de détourne un peu son atention de Chika pour l'aider.

-Si tu cherches de la chair fraiche a tuer tu devrais te rendre en ville au lieu de trainer tes vieux os ici...tu n'es pas daccord?

les jeux de mots? il en était capable? eh bien oui, il falalit dire que ce n'était pas tres recherché mais Hikoru pouvait être content de lui. ces choses la ne lui arrivait que dans des conditions extremes décidémment. Mais cela ne lui enleva pas son sourire intérieur. la positive attitude était présente, même sur un visage dur comme de la pierre et aussi froid que la glace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Jeu 30 Juil - 13:23



Satoshi, après avoir encaissé le coup du résistant, qui avait toujours l’allure d’un chef, se releva sans trop de mal. Une grimace tordant son visage, il ne tarda pas à sentir sa colère monter en lui. Tel un torrent de flamme qui se déversera sur eux, le virus enragea de plus belle et se ruait droit sur Hikoru pour lui assainir un violent coup de fouet provisoirement créer à la base de sa colonne vertébrale. Mais ce dernier fut rapidement contré par les sabres tenus en cisaille, le coupant net dans sa course. Sauf que, malheureusement pour le résistant, l’extrémité du fouet se courba afin de frapper le dos de ce dernier qui fut projeté à terre. Du coup, il évita avec perfection le coup de talon que voulait lui donner l’homme pour lui faire perdre tout équilibre, profitant de cette petite perte pour l’enchaîner. Mais non, sa avait foiré. Le gamin était à terre désormais, blessé à l’épaule par son propre Jinki. C’est qu’il n’était pas si doué que ça, le petit. Mais ce prétentieux continuait toujours à se la ramener avec ses paroles balancée dans le vide. Cela n’affectait en rien le Virus qui appréciait voir ses proies dans le désespoir le plus total. Alors, pour pouvoir le savourer au mieux, il ne réagira en rien comme il l’aurait voulu. Même après que ces deux là discutèrent entre eux deux, Satoshi ne bougera pas, ne dirai rien et les observera uniquement, sans les interrompre. Ses petites proies semblaient quand même de plus en plus excitées ! C’était d’un fascinant !

*C’est cela, continuez de gesticuler dans tous les sens, profitez-en avant que je ne vous tues comme il se doit.*

Celui qu’il supposait être le chef s’approchera du Virus, le fixant dans les yeux tout en lui parlant. Qu’est-ce qu’il était bavard celui-là ? Mais surtout gonflant à force de parler dans le vide vu que Satoshi n’en avait que faire de ce qu’il disait. Néanmoins, il fut attiré dans son piège dès lors qu’il détourna son regard sur le blondinet tout près de lui, zappant quelques secondes sur la présence de l’autre Jinchuriki qui pourrait alors se montrer très menaçant pour lui.

- T’es bien bavard d’un coup, gamin ? Tu jacasses beaucoup trop… t’es d’un bruyant. Et pour cela je vais t’expédier rapidement là où tu devrais être en ce moment, mon pauvre… Les Enfers ! Déclara-t-il d’une voix forte et froide. Tu verras tu vas t’y plaire !

Dans un mouvement vif et brutal, le Virus élança son bras droit sur Hikoru, le tendant au maximum afin que son fouet os puisse au moins l’atteindre de là où il se trouvait actuellement. Mais, au dernier moment, plusieurs pointes apparurent sur l’extrémité de l’arme moléculaire de l’homme, avec une apparence légèrement opaque et brillante. L’arme ne tardera pas à frapper le blondinet dès le moment où….



Chika se tenait à l’écart, toute son attention dirigée sur le virus et Hikoru qui se battait. Il aurait voulue intervenir, faire quelque chose pour donner l’avantage à son supérieur. Mais non, c’était trop risqué d’utiliser son Jinki maintenant, au risque de blesser, voir même tuer le jeune homme en plein combat. Fort heureusement, il ne tardera pas à se retirer, sortant du périmètre du Virus pour revenir vers lui et lui parler à voix basse sur la tactique à suivre pour le combattre au mieux qu’ils le pourraient. Une attaque à deux ? Oui, une attaque de loin et une de près ! C’était probablement la meilleure approche à employer dans ce genre de situations. Ainsi donc, il pourrait prendre par surprise Satoshi au moment où il lancerait son offensive sur le chef des résistants. Chika pourra octroyer une faille à Hikoru qui pourra enchaîner avec un coup, qui pourrait s’avérer plus que fatal s’il était bien placé. Au mieux, il fallait soit viser la tête, l’un de ses bras ou carrément le transpercer… Mais inutile de se heurter à son cœur, il était déjà mort. Autant lui exploser la cervelle !

Le Jinchuriki des flammes ne dira rien, acquiesçant simplement la proposition de son chef avant de le laisser partir en avant et de détourner l’attention du Virus en lui parlant simplement, ou non, il cherchait à l’énerver avec des jeux de mots pour qu’il finisse par oublier Chika qui commençait à charger ses deux disques de flammes, munies de quartes pointes affutées sur les bords chacune. Le Jinki commençait à être de plus en plus enveloppée par une aura de flamme brûlante. La chaleur pouvait se faire ressentir juste à peine dans le dos d’Hikoru qui continuait toujours ses tentatives de faire tourner l’attention de Satoshi sur lui. Et c’est ce qui se passa ! Croyant que le virus se fichait de tout, Chika commençait à perdre espoir. Mais dès le moment ou ce dernier vit ses yeux se déposer sur le blondinet, Chika sentit une énorme montée d’adrénaline dans tout son être lorsqu’il le fit se lancer à l’assaut de son chef. C’était le moment !

*Maintenant !*

Lançant ses deux Jinki droit devant lui, il prit un bref instant pour viser sa cible, afin de ne pas le rater. Surtout que, son nombre de projectile se comptant à deux, il avait deux chances de le toucher. Les disques filèrent alors droit sur Satoshi, telles des boules feu, rasant le sol, brûlant le dessus de la verdure. Et, à la dernière seconde, l’un deux prit de l’altitude pour troubler la défense de Satoshi qui ne tardera pas à s’en prendre au moins un dans la figure. Le premier, il parvint à l’éviter avec un mouvement de jambe tandis que la seconde, dont la pointe effleura la chair de sa gorge, lui passa à côté. Bien que les lames ne l’eurent pas touché directement, ce furent les flammes qui lui brûlèrent le visage. Sa peau s’était enflammée, maintenant carbonisée. La moitié de son visage brûlé sous une intense douleur, plongeant Satoshi dans une rage démentielle !

- Vous allez me le payer ! Hurla-t-il

Fouettant les jambes d’Hikoru, il le fit tomber en arrière pour ensuite l’écraser à terre, appuyant sur son ventre avec le plat de son pied. Commençant à lui soumettre son poids, cherchant à briser ses côtes. Mais il n’en eut même pas le temps car, Chika, lui fonça dans le dos, le bousculant de plus belle, le propulsant en avant. Et dans sa chute, Satoshi parvint à attraper l’épaule du Jinchuriki des flammes pour le tirer en arrière, le faisant passer devant lui. Et là, sans gêne et sans lésiner sur ses efforts, il infligea un violent coup de poing avant de plaquer sa main sur sa bouche, un liquide s’extirpant de sa paume pour s’écouler lentement dans la gorge de Chika qui tentait de ce défaire de cette brise, se sentant tressaillir à mesure que le liquide s’écoulait.

- Ahahahah ! Pauvre inconscient, tu vas crever à petit feu sous l’effet de mon puissant poisson !

L’écrasant à terre, il continuait à déverser le poison dans son corps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 7 Aoû - 15:16

Hikoru détestait bavarder, parler,e t encore plus faire des discours, que cela pouvait etre ennuyant! mais pour vaincre cette saleté, il pouvait le faire, et l'autre qui le trouvait bavard, c'était admirablement vrai sur le coup la, mais Hiku allait finir par épuiser sa réserve personnelle de parole et ce pour un moment. Il n'y était décidément pas habitué. Enfin bon, ce n'était guere le moment d'y penser, le virus avait l'air d'apprécier ses paroles. mais cela ne l'arreta pas pour autant et il continua de déblatérer, les paroles du virus n'interférant en rien dans ce petit monologue fort éprouvant mentalement. entre temps il était tombé en arriere, et s'était heureusement reçu sur la bonne épuale, puis relevé. Enfin, Chika avait compris sa technique donc c'était le principal. Il ne restait plus qu'a ce que le poisson morde a l'hameçon, avant que le jeune jinki n'est plus de voix. Et heureusement une ouverture survint! Le chien de virus lui parla a lui personnelement pour le gratifier de ses jolies paroles prononcées depuis tout a l'heure et en oublia Chika. Hikoru eut un sourire intérieur mais surtout un soulagement car il se tut un moment. et Chika en profita pour lancer son offensive!

c'était bien joué et du coup, Hiku put éviter le joli coup préparé par satoshi qui ne l'atteint pas puisque il venait de reculer. Les points étaient méchantes a voir. Mais Chika avait lancer ses disques....et le feu ravagea la chair du fou qui devint carrément enrager. Sur le coup, Hikoru manqua de réaction et se faisant fouetter, s'effondra a terre. satoshi essayait de l'écraser de tout son poids, appuyant sur ses cotes...Hikoru ne disait rien mais son visage trahissait sa douleur.Il n'eut guere le temps de penser a se libérer car chika le fit pour lui. Seulement, le temps que Le jinkurichi se remette de son épreuve et reprenne son souffle, le Virus avait empoigné Chika et lui plaquaitla main sur la bouche. Un instant plus les paroles du virus suffirent a Hikoru pour comprendre.

*voila son affinité...le poison! dans un sens c'est évident...*

Mais il ne chercha pas a se parler, il y avait plus urgent. Chika semblait au plus mal et l'autre ne voulait aps le lacher. Hikoru rageait, et sa rage se matérialisa en aura grise autour de lui tandis que il levait droit ses deux sabres au ciel. Soudain les deux sabres s'illuminerent et on aurait dit que de l'électricité avait envahit les lames...ne perdant pas de temps, les yeux rougeoyants de colere, Hikorufrappa son arme dans les air, lui faisant décrire un huit, qui fonça comme un laser en direction du virus. de sa tête plus exactement. des rayons de lumire intense, formant une chaine plus dure que l'acier et tranchante que le métal, voila ce qu'avait envoyé hikoru. Mais puisque il ne craignait pas la lumière, il courut lui même droit sur le virus et une intense luiere émana de lui. on ne le voyait plus, la lumiere le recouvrait totalement. Espérant ainsi éblouir son adversaire, il porta une attaque au bras qui renenait Chika prisonnier. Le poison il ne savait pas encore comment il en débarrasserait son compagnon, bien que sachant que sa lumiere avait des pouvoirs bienfaiteur, il ne pourrait pas le soigner...il faudrait que le virus révele ce qui pourrait sauver Chika et Hikoru essayant de briser le bras, ne se priva de lui demander. seuls ses yeux n'étaient pas recouverts de lumiere et étaient restés rougeoyants.

"qu'es ce que tu lui as fait!!! retire ce poison de son corps imméiatemment, aspire le ou je te fais connaître une mort pire que les enfers que tu rejoindras."

il se doutait bien que satoshi ne ferait rien mais sa colere le dominait, sa rage et ses autres émotons avaient pris le dessus, sauver la vie de son compagnon était a présent sa priorité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 14 Aoû - 14:43



Sa main fermement agrippée à la mâchoire de Chika, le virus ne répondit en rien à la menace d’Hikoru qui commençait à bouillir sérieusement. Mais non, au contraire, le poison continuait à se déverser dans la bouche du Jinchuriki des flammes qui tentait de tout faire pour se défaire de cette emprise qui n’allait pas tarder à s’avérer mortelle si personne ne faisait rien. Oh… Qu’est-ce que c’était excitant, pour Satoshi, de voir sa proie se mouvoir de la sorte en voyant les portes de la morte s’ouvrir avec lenteur, grinçant dans le silence froid. Mais ce petit moment de plaisir allait rapidement être rompu par le blondinet qui se mit subitement à briller. Une lumière de forte intensité l’enveloppa, éblouissant par la même occasion le virus qui n’avait pas l’habitude d’une telle lueur dans le noir de cette île. Et, sans qu’il ne puisse en faire quoi que ce soit, ce dernier l’attaque vivement au bras. Un coup de lame et le membre fut tranché en deux, la main lâcha sa prise diabolique sur la mâchoire de Chika, tombant lentement à la renverse, toujours légèrement secouée par des spasmes. Et c’est là que le gamin se mit à élever la voix contre lui, sans se gêner, lui ordonnant de retirer ce poison de son corps. Un sourire machiavélique se dessina sur le visage pâle du monstre alors qu’il se relevait lentement, tenant de sa main gauche ce qu’il lui restait de son bras pour tenter de ralentir l’hémorragie. Le sang coulait à flot, le sol sous ses pieds se transforma en pataugeoire en quelques secondes.

- Eheheh…. Eheheh…. AHAHAHAHAHAHAH ! Un rire froid et dément envahira le silence de la nuit avant de se taire et qu’une voix toujours aussi froide en prenne la relève. Eh, gamin… Ce n’est pas en me hurlant dessus que tu auras ce que tu souhaites. Et fort heureusement pour moi, je ne peux pas retirer le poison du corps de mes proies. Il va mourir à petit feu… à moins qu’il y ait un Jinchuriki de type soins chez toi. Ahahahahah ! Chose qui est très peu probable puisque ce sont les plus rares !

Continuant de rire, Satoshi s’amusait avec les sentiments actuels d’Hikoru pour lui faire péter un câble ou qu’il commette une gourde et ouvre une faille dans sa défense. Le virus n’attendait que cela, mais il savait aussi qu’avec un bras, il n’irait pas bien loin. Evidemment, n’importe quoi pouvait arriver, comme on dit. Rien n’était joué pour les deux camps. Alors, il était toujours possible que le Virus l’emporte haut la main, ou inversement… Soit, maintenant que son rire s’était calmé, il avait braqué son regard froid sur Hikoru. S’étant maintenant plus ou moins habitué à cette clarté, sa vue s’en retrouvait moins voilée.

- Aller, vite, sinon ton ami va mourir dans t’atroce souffrance. Et si j’étais à ta place, je me tirerai de là vite fais. Tu ne trouveras personne d’autre à part moi.





La main venait de lâcher son visage, tombant sur le sol, silencieusement, une giclée de sang lui aspergeant le visage. Il l’avait sauvé ! Chika se retourner sur le ventre et se mit alors à vomir tout ce qu’il avait dû ingurgiter de force, se mettant même le doigt au fond de la gorge pour s’en forcer. Mais le seul résultat qu’il eut, c’est une brûlure le long des tubes digestifs. Sa faisait atrocement mal, mais au moins, il avait pu en recracher une bonne partie. Et l’autre était déjà en train de le pourrir de l’intérieur. Et comme le virus venait de le déclarer, comme il le pensait d’ailleurs, il fallait trouver une personne qui excellait dans la médecine, un ou une Jinchuriki de type « soin ». Mais où ? Au vu du fait qu’ils soient les plus rares, Chika n’allait pas laisser une telle saloperie lui ronger les boyaux. Cependant, ils avaient une mission, il pourrait tenir jusque là… à moins que…

- Pourquoi insistes-tu autant pour nous faire partir de là, hein ?! Tu protèges quelque chose ?! Aller, balances tous !

Il en était sûr maintenant ! Dans tout les cas, si le Virus insistait sans relâche, c’est qu’il protégeait quelque chose ou quelqu’un qui ne devait pas tomber entre les mains d’autres personnes que lui. Mais comment un virus pourrait être capable de protéger quelqu’un d’autre que sa race ? Ou du moins, jamais il avait un être de cette race éprouver un sentiment de vouloir protéger. Mais alors… si c’était le cas, sa devait probablement être la clé à beaucoup de question. Cependant, des crampes l’assaillirent à l’abdomen et il dû se plier en deux pour atténuer la douleur. Tout en continuant d’insister, mais envers Hikoru.

- Je suis certains qu’il…. Protège quelque chose… Hikoru… Il faut… le découvrir…

Maintenant, tout ce jouais sur la décision de son supérieur. Allait-il continuer sur la voie que c'était lancée Chika ou allait-il se résigner à quitter l'île sous les ordres du Virus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Sam 15 Aoû - 20:36

Hikoru regardait la scène avait une moue de dégout, et des yeux rageurs. Le bras était tombé et secoué par les spasmes il bougeait toujours. Et le virus lui essayait de répondre a ses piques tant bien que mal, mais a vrai direil n'était pas vraiment doué...Hiku avait réagit sous la colère bien sur qu'il ne pensait pas que le virus lui donnerait l'infomation. Il il pensait que ce dernier lui disait la vérité. Il ne pouvait pas guérir Chika. Hikoru refusait d'abandonner son compagnon. La lumière autour de lui s'intensifia. Le virus riait de lui et il ne devait pas se laisser déstabiliser par la colere, il pouvait avoir le desus maintenant. Et puis...le Virus les incitait presque a partir sans même les tuer, il savait donc qu'il avait le dessous, donc qu'il ne pourrait pas les tuer, mais pourquoi les faire partir? Apperemment quelque chose ou quelqu'un était intéressant sur cette île et conformément a leur mission pas question de laisser passer la chance offerte de prendre quelque information ou objet précieux. Chika que Hikoru avait placé derriere lui d'instinct en arrivait aux mêmes conclusions que lui. Puisque les questions qu'il posa au virus, étaient en rapport avec quelque chose de cacher. cependant il avait l'air vraiment mal en point. Il faudrait trouver un Jinki de soin..et vite.

*Le gamin ne doit pas mourir, et cette chance, ne doit pas nous échapper...impasse. Etpourquoi ce chien protégerait ilquelque chose de sa vie? ils sont égoistes et froid...ou alors on ne sait pass tout...*

Tout en réfléchissant, Hikoru ne quittait aps des yeux son adversaire et n'avait encore rien dit. Rien décider d'ailleurs tirailler entre son compagnon et la mission. Mais il décida de laisser le choix a Chika. Si celui ci l'implorait de l'aider il ferait au possible, sinon, ils continueraient affaiblis mais ils finiraient la mission, et ensemble. Aussi la voix de son compagnon bien que sacadée et marquée par la souffrance le soulagea, et il hocha la tpête d'un geste brusque. Puis ses sabres il les fit tournoyer devant lui face au virus...Il fallait en finir.Il lança un sabre a une vitesse surprenante, sur le virus, la vitesse était inégalable puisque hikoru se servait de la lumière, et avant même que la lame n'atteigne le virus Hikoru de sa main projeta un rayon de lumière direction le cou de son adversaire de façon a sectionner la tête.Un rayon laser en quelque sorte. Ceci fait, il Courut a son tour armé de son deuxième sabre et sauta sur le Virus dans un joli cri de rage, il s'attaqua a ses jambes, d'un coup rapide avant de revenir a la charge avec un grand coup de pongs dans le ventre au cas ou l'autre aurait tout évité. Ensuite Hikoru effectua un saut en arriere pour reprendre sa place devant son compagnon. La il parla enfin.

-Tu as raison. Pas question d'abandonner. Ni toi, ni ce que lui cacche. Tu ne mourra pas. Mais lui si.

prenant une posture défensive, le jeune ghomme ne bougea plus. Il se préparaitbien sur a une contre attaque et son épaule le faisait cruellement souffrir, mais ça ne devait etre rien face a ce que ressentait Chika, bien qu'ayant rejeté une partie du poison. Le jeune homme albinos perdit sa couleur solaire et redevint normal seule son jinki grise flottait autour de lui. Un seul sabre en main, l'autre il ne l'avait pas récupéré, il était prêt, a en finir, a ataquer sans relache pour en venir au fait et vite...La vie de son compagnon en dépendanit. Mais Hikoru ne comprenait pas els raisons qui poussaient ce genre d'individu a protéger...pourquoi? vraiment avaient ils garder un peu d'humant"? ou n'était ce qu'un simple chantage ou encore avait il quelque chose en retour? Mieux valait ne rien demander, Ils l'apprendraient par eux mêmes. Les résistants aussi neutre soient ils n'aimeiaent pas les virus...et Hiku les avaient en horreur. Il ne se permit pas un regard vers Chika mais il regarda l'autre.

Tu crois vraiment que l'on va partir comme ça? Tu connais bien mal le monde....Tu mourras, nous découvrirons ce qu'il se passe ici,et ce n'est pas toi qu nous en empéchera!

Le ton était ferme, par hurlé simple, il s'adressait au passage a tout ceux qui auraient voulu les défier si quelqu'un il y avait dans les parages. mais Chika allait mal. Ses attaques avaient elles porter leur fruits? il le fallait atout prix. Sinon il s'élancerait a nouveau dans la bataille. Nul temps a perdre en vain discours de déstabilisation maintenant, le temps des paroles étiat bel et bien teminé, une vie était en jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Lun 17 Aoû - 22:53



Arborant toujours ce sourire sadiquement cynique, Satoshi ne lâcha pas des yeux la lampe torche qui venait de lui couper sec un bras. Sa main gauche tentant, tant bien que mal, de retenir le maximum de sang. Mais rien ne fit. La blessure était trop conséquente pour qu’il puisse calmer l’hémorragie ainsi. Il aurait besoin d’elle, pour cela. Oui elle, la personne qu’il protégeait depuis qu’il était sur cette île. Et cette personne était justement une Jinchuriki du type soin. Quelle coïncidence. Mais maintenant que le Virus touchait presque à sa fin, il devait tout donner pour sauver son honneur. Cependant, il savait aussi qu’il ne pourrait rien faire avec un bras en moins et la moitié moins de sang dans son corps. Sa peau était devenue plus pâle, ses yeux plus claires, sa vue se troublait à mesure que les minutes s’écoulaient. D’habitude, il l’aurait déjà assassiné sur place, mais cette fois-ci, ces deux adversaires, avaient été plus doués que leur prédécesseur. Ils étaient donc arrivés, ceux qui la protégeraient après lui. Sa vie touchait désormais à sa fin, de cette manière ? Bref… Satoshi n’avait jamais vraiment aimé tout ce qui touchait au destin, mais là, il devait l’avouer, elle avait vu juste en lisant dans les histoires, celle-là. « Deux personnes vont venir et… ils vont te… tuer, Satoshi », lui avait-elle dit. Un sourire narquois sur les lèvres, le Virus se mit à ricaner doucement tout en reprenant fermement son arme moléculaire dans sa main. Et là, il devait à nouveau reprendre sa fierté au mieux qu’il pouvait pour lui prouver que le destin pouvait être changé, comme on le souhaitait. Sa mort ne sera pas pour aujourd’hui, il se le jura. Ainsi donc, sur ces conclusions, il lança l’offensive contre le blondinet qui riposta en même temps. Qu’est-ce qu’il était rapide, le petit !

Un rayon de lumière s’échappa de ses mains pour se jeter droit sur le Virus qui se baissa à temps pour ne pas se le prendre en pleine figurine, évitant alors la décapitation directe. Bien évidemment, Satoshi profita de cette faille pour allonger son fouet contre Hikoru, droit sur ses jambes, dès que ce dernier bondit en l’air pour lui retomber dessus, son Jinki l’entaillant grièvement au thorax. Une seconde pluie de sang s’échappa de Satoshi qui tituba en arrière mais fit en sorte de se rattraper pour ne pas tomber. Non, il ne devait pas perdre ! Pas maintenant ! Surtout pas… Pas pour l’abandonner elle.

*Le destin ne décide de rien… Tu vas voir !*

- Gamin… J’avoue que tu es doué, mais tu as un sérieux manque d’expérience… Regardes ça, plutôt ! Se mit-il à dire en haussant la voix sur la fin de sa phrase.

De ses mains, il arracha le haut de son kimono noir et pencha sa tête en arrière en laissant un rire démentiel s’échapper de sa bouche alors que son torse ainsi que ses côtes bougeaient étrangement sous sa peau pâle. Et, subitement, dans un bruit de déchirement abominable, les os sortirent de ce corps pour se transformer en espèce de pointes empoisonnées. Tendant ses mains en avant, par la suite, il ferma les yeux. Au bout de ses doigts, la peau se déchira à nouveau et les os de ses doigts partirent comme des balles de pistolet, droit sur Hikoru, le blessant à la jambe et au bras droit. Pour le coup de grâce, Satoshi se rua sur le blondinet afin de lui transpercer le front à l’aide d’une pointe géante sortie de la paume de sa main.

- Gamin, ta vie s’achève ici !! Hurla-t-il en continuant sa course sur Hikoru.





- Certainement pas ! Rétorqua la voix de Chika.

Soudains, de derrière le chef de l’équipe, le Jinchuriki des flammes surgit de nulle part pour infliger un violent coup de pied dans le ventre du Virus, évitant de se blesser avec les pointes d’os empoissonnées. Et continuant dans son enchaînement, il se propulsa sur lui, armé de ses deux disques à pointes enflammées. Sans lui laisser le moindre répit, il lança un de ses Jinki qui lui tranchera la main restante qui tomba à terre tandis que, avec le second Jinki, il enfoncera la pointe de feu dans le cœur du Virus en le faisant basculer à terre pour l’immobiliser et le laisser mourir ainsi, les flammes le consumant de l’intérieur, petit à petit. Le visage pâle de Chika, malgré la fureur qu’il témoignait, était très pâle lui aussi. Ce qui voulait dire qu’il ne lui restait sûrement pas tant de temps que l’on pourrait espérer.

- Bien joué… Tu avais raisons… Murmura Satoshi.

- Qu’est-ce que tu racontes ?!

Chika, légèrement interloqué par la phrase de ce dernier tourna son attentions sur Hikoru qui était désormais, lui aussi, blessé par les projectiles que le Virus lui avait envoyé. Laissant son Jinki dans le corps de leur ennemi, le Jinchuriki des flammes parvint, tant bien que mal, à s’avancer jusqu’à son supérieur pour l’aider à marcher lui aussi.

- Hey, vous deux… Les appela Satoshi, d’une voix souffrante.

- Qu’est-ce que tu attends pour crever !? Lui répondit violement Chika.

- La ville abandonnée… dans l’unique immeuble qui tient debout… Elle vous attend… Seule elle connaît l’antidote…

- Que… C’est quoi ton charabia là !? Hey !

Sur ces mots, Chika s’approcha du Virus, accompagnés d’Hikoru afin de lui secouer les épaules afin de le faire parler. Trop tard… Tels étaient ses derniers mots. Il était mort en combat et Chika ne pouvait pas voir une mort plus glorieuse pour un combattant de sa trempe. Tout en faisant disparaître ses Jinki, le Jinchuriki des flammes sortit deux kit de survie de sa sacoche, dont une qu’il tendit à Hikoru. Lui souriant vaguement pour voiler sa souffrance qui lui torturait les boyaux, il lui expliqua ce que contenaient ces petites boites.

- Avant toutes choses, soignons-nous comme nous le pouvons avec ces bandages et ces pommades, on n’a rien de mieux. Et aussi, profitez-en pour manger un peu, Hikoru. J’ai confectionné quelques pâtés à la viande que j’ai emballé dans du plastique, là. Dit-il en montrant, dans la boîte, de son index, un sachet en plastique avec une bouteille à ses côtés. Et voici un peu d’eau potable, notamment. Cela vous convient-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 11 Sep - 13:32

Hikoru regarda avec horreur l'homme ouplutot le virus, mais vraiment avec horreur, enfin intérieurement puisque sa face ne montrait rien sinon un regard froid. Il trouvait le pouvoir de cet homme completement inhumain puisque faisant carrément partit de lui. C'était assez spécial. Hiku esseya tant bien que mal d'éviter les pointes empoisonnée mais une l'atteint au bras et l'autre a la jambe. Et dire qu'il avait déja une épaule en miette...Enfin bref, Son compagnon dans un sursaut d'adrénaline attaqua derriere lui ce qui eut pour effet de tuer le Virus ou du moins le faire agoniser ce qui en soit était assez...moche a voir mais ça n'avait pas l'air de déranger Chika. Par contre Hiku n'aimait aps faire souffrir inutilement aussi, apres s'être ébarrassé des pointes avec une grimace de douleur, il voulut achever Satoshi mais celui ci, parla. Et l'homme stoppa son geste. Et écouta avec précision. Il s'était rapproché avec l'aide de son compagnon, les paroles du virus raisonnerent dans sa tête cherchant la logique. Puis Chika commença a secouer le virus. Hiku voulut le stopper, mais impossible. Et le virus mourut. Hikoru poussa un soupir. Puis réfléchit. Il prit la boite et écouta Chika d'une oreille mais n'était pas aveugle et le Jinkurichi souffrait. Aussi il posa une main sur l'épaule de celui ci.

"Si cela est vraiment nécéssaire alors oui, bandons ces quelques plaies mais il faut trouver...ce qu'il a dit, je pense qu'il parlait de ce qu'il cachait, tu pensais qu'il cachait quelque chose...il l'a confirmé...elle...et elle a l'antidote, sans celui ci nous n'iront pas loin. C'est plus important que de manger dépéchons nous."

Comme il le pouvait, Hikoru aida Chika a bander ses plaies avant de faire de même pour les siennes. Ce fut bref et sommaire mais Le jinkurichi ne voulait pas tardr, l'effet du poison dans les vines de Chika faisait vite son effet. Ensuite il put marcher boitant quelques peu mais il en avait vu d'autre, et demanda a Chika de le suivre. En silence, le supérieur les mena a la ville...fantome la ville. Il repérent immédiatement l'immeuble encore debout...le seul et unique, qui leur faisait face. Avec un regard a son compagnon, Hiku...qui avait un bra sbien amoché, sortit tout de même un sabre, et fit face a la maison..ils ne savaient pas ce qu'ils alaient y trouver hormis ce que protégeait le virus... Hiku passa en premier rasant les murs, aussi silencieux que lui permettaient ses blessures, et entra dans le batiment.

*il peut nous avoir mantit, apres tout....si ça se toruve il nous a envoyé en plein traquenard...et pleins d'ennemis. Mais il faut y aller, tous deux avons besoin de cet antidote si il existe...Surtout Chika il en a beaucoup trop avalé....*

Ses yeux s'étaient froncés, et régulierement il regardait Chika derriere lui. Il ne voulait pas qu'il meurent, surement pas ce jeune homme était habile et d'une grande aide. Il ne le laisseait pas tomber et si tous deux étaient blessés et tombaient dans un traquenard, le supérieur en assumerait l'entiere responsablité puisque il n'avait guère laiser le choix au Jinkurichi qui le suivait a présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Lun 14 Sep - 19:33




Chika venait de tendre les boîtes à son compagnon pendant que lui-même tendait de déposer de la pommade sur ses plaies déjà infectées. La douleur au contact de la crème lui firent faire la grimace et encore pire quand il dû faire le bandage, serrant un maximum pour que les plaies situées sur une artère cessent de saigner abondamment, lui laissant un espoir de tenir un peu plus longtemps sur ses jambes. Sur une île pareille, il fallait mieux miser toutes les cartes qu’ils avaient au lieu de prendre des risques. Et encore, s’ils n’étaient pas dans un état pareil, il n’aurait pas à prendre autant de précaution. De plus, Chika commençait à se rendre compte que sa vue se troublait de plus en plus, par à-coups. Sa risquerait de devenir un véritable fardeau si ils ne se dépêchaient pas de trouver l’antidote comme leur avait parlé le Virus mort précédemment. Le Jinchuriki des flammes se demandait s’il fallait vraiment se fier à une telle créature qui, il y a quelques minutes, les auraient dévorés sans hésiter. Le doute commença à s’installer en lui pendant qu’il mordit dans un pâté à la viande, observant le cadavre de leur ex-ennemi qui allait sûrement pourrir ici, sans que personne ne se souvienne de lui. Sa l’attristait un peu, mais il ne pourrait rien faire pour lui… Avalant le restant de son encas, Chika se leva tant bien que mal, soupirant de plus belle tout en étirant ses membres, vérifiant s’ils étaient opérationnels. Et heureusement, ils l’étaient et cela le rassura.

- Je crois que nous pouvons y aller. Dira-t-il à l’intention de son supérieur alors qu’il prenait déjà un peu d’avance sur lui, pour de la simple reconnaissance.

D’ailleurs, Hikoru le rattrapa rapidement et ils firent le chemin ensemble, chacun balayant le moindre recoin d’un regard perçant. Chika, tenant ses Jinki en main, prêt à les utiliser s’ils étaient soudainement attaqués par surprise, respirait de plus en plus rapidement. Le poison commençait à aggraver son état et les efforts physiques ne feraient qu’empirer s’il en venait à courir ou à paniquer. Il devait rester calme, quoi qu’il arrive et c’était logiquement plus facile à dire qu’à faire. Surtout si un autre cinglé comme Satoshi se pointait, sa serait la mort assurée pour les deux résistants qui continuaient leur avancée dans la dense forêt les entourant. Le soleil commençait à se lever lentement, le temps était déjà bien avancé lorsqu’ils sortirent de cette végétation pour alors apercevoir une ville en face d’eux. Les bâtiments, tous abattus, en ruine. Les routes étaient en quasi-totalité recouvertes par les plantes qui grimpaient ensuite sur les façades ou les lampadaires encore debout. Un silence de mort pesait en ces lieux. Chika observait le tout, tout aussi silencieusement, se demandant si c’était de cette ville dont parlait le Virus. Soit… Hikoru avait dégainé son sabre et c’était avancé jusqu’à l’immeuble encore debout, le seul. Et là, quelque chose, ou quelqu’un, les attendait et possédait le fameux antidote qui les soignerait. Encore fallait-il que ce ne soit pas dangereux…

- Nous y voilà… Murmura-t-il en rentrant à son tour dans l’immeuble.





Par un trou béant dans la façade, une paire d’yeux observaient deux silhouettes s’approcher de là où elle se trouvait. Elle les observait, encore et encore, jusqu’à ce qu’ils se décident à pénétrer dans l’immeuble. C’est alors qu’une panique folle l’attrapa au cœur et elle se mit à tourner en rond dans la pièce. La personne que protégeait le Virus était une enfant, oui, une petite fille à la très longue chevelure noire verdâtre. C’était une couleur très étrange, mais la gamine avait été élevée par cet homme que les deux résistants avaient tué. Apparemment, elle avait vu juste, il n’allait jamais revenir en leur tombant dessus pour tenter de les dissuader de continuer. Et, mourant comme l’avait prédis la petite, sa vision se confirma. Ces deux hommes aillaient venir lui demander l’antidote et elle le lui donnerait sans hésiter. Et ils ne finiraient pas l’emmener avec eux pour la ramener aux camps. Telle avait été sa vision… Etant une Jinchuriki de type soin, sa faisait d’elle une chose de toutes les convoitises. Tant bonnes que perverses. Et elle craignait réellement qu’elle ne tombe entre de mauvaise main. Cette enfant savait des choses qu’elle ne révélerait à personne, seul le chef de la résistance pourrait les entendre car, sa le concernait. Seul ce dernier, avec ses subordonnés pourraient changer quelque chose à la face de ce monde. Au faite… Oui, si vous vous posez la question, cette fille était un médium de très jeune âge. Et elle était destinée à une tâche précise, tirer les ficelles de ce monde pour le sortir de ce chaos, avec l’aide de son don.

*Que faire… que faire… même si je sais tous sur l’avenir, j’ai peur, j’ai la trouille… Que faire, Satoshi… que faire… Aides-moi !*

Tournant toujours en rond dans la pièce, la gamine finira par se saisir d’une barre métallique et attendra de pied ferme les deux hommes. Bien qu’elle sache que ces derniers ne seraient pas agressifs envers elle, la petite s’imaginait toujours le pire en mettant constamment en doute ses visions. Les bruits de pas se rapprochaient de plus en plus et le grincement de la porte fit bondir la petite, le panneau s’ouvrant lentement…

Nos deux hommes escaladaient toujours les marches, fouillant chaque pièce, les une après les autres, renversant les meubles au cas où il y aurait eu la possibilité de trouver un accès secret que le virus aurait oublié d’émettre. Mais rien de rien, pour le moment… Ce qui les obligèrent à continuer leur montée par les escaliers, accélérant, par les efforts, le rythme cardiaque de Chika qui se sentait de plus en plus partir dans les vapes. A plusieurs reprises, il avait faillit y succomber, mais il s’était toujours rattrapé. Soit avec l’aide de sa propre volonté ou celle de son supérieur qui le retenait presque constamment. Et ce fut après quelques minutes ensuite qu’ils arrivèrent devant une porte ou ils pouvaient entendre quelques pas et une personne murmurer des mots qui resteront inaudibles.

- Je passe le premier. Dira-t-il sans laisser le choix à son supérieur, posant la main sur la poignée.

L’abaissant, il l’ouvrit lentement, ne voyant rien de suspect avant de l’enfoncer d’un coup de pied tel que le panneaux de bois volerait en travers la pièce, rasant le dessus de la tête de la gamine qui laissa un cri trident s’échapper de sa bouche, s’accroupissant, passant ses bras sur sa tête.

- Ne me touchez pas ! Ne me tuez pas ! Ne me violez pas ! Je vous donne l’antidote quand vous voulez ! Mais n’approchez pas ! Cria la gamine en reculant à petit pas, le regard dirigé vers les deux hommes. Vous avez tués Satoshi, n’est-ce pas ? Vous êtes Chika Sano et Hikoru Asuname, les résistants ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Lun 14 Sep - 20:04

Hikoru laissa Chika faire mais l'observa du coin de l'oeil. L'homme avait du mal, le poison faisait de plus en plus effet dans ses veines et même s'il ne le démontrait pas, Hikoru voyait, a la sueur sur son front, a sa respiration rapide et le reste, que Chika n'allait pas bien. Ses pas étaient moins surs qu'avant, et hikoru se rapprocha de lui prêt a le soutenir en cas de besoin. Le poison n'était pas en grande quantité et depuis longtemps dans son corps a lui donc il allait mieux bien que son bras le fasse souffrir. Il s'en fichait éperdumment. Ce qui comptait c'était la vie de son compagnon et apres la lutte contre Satoshi, s'ils ne trouvaient pas rapidement l'antidote...enfin en supposant que Satochi ai dit vrai. Mais apres tout ils n'avaient pas le choix. Et Hikoru était sur, que le virus ne mentait pas, d'une part parce que il est rare de voir un virus protéger quelqu'un et que justement personne en bonne santé n'irait vérifier les dires du virus sous peine d'y trouver une embuscade. non Le virus avait dit vrai. Mais pourquoi leur fournir l'information? peut etre que cette personne avait...une importance aux yeux de celui ci et qu'il ne voulait pas qu'elle meurt....mais il ne la confierait pas a des résistants tout de même ela défierait toute logique. Mais apres tout, ces gens n'ont jamais été logiques.

* que va t'on réellement trouver*

Hikoru décida arrivé devant la batisse d'arreter de se poser des questions car les réponses étaient la, du moins un peu et il ne les trouveraient pas autrement. Chika lui aussi était comme mitigé sur la situation mais ils entrerent, et avant que Hiku ne puisse faire quoi que ce soit, son compagnon, arrivé devant une porte, décida de passer devant. Le jinkurichi alait répliquer quand la porte vola en éclat sous le coup de Chika, qu'un cri stridant retentit a vous en faire frémir les oreilles, et qu'une jeune voix s'éleva de la pièce. Une fillette! Alors la, il n'en revenait pas même si au fond ça expliquait quelques petites choses, cependant, elle les conaissait....spécial ça puisque personne a part satoshi ne connaissait leur venue, et même le virus ne connaissait pas leur noms...qui avait pu lui dire, ou simplement comment le savait elle? Enfin pour le moment elle était terrorisées, sa barre dans les bras en train de reculer. Hikoru se reprit, et regarda tout dabord Chika.

"Arretez de vous démenez ainsi vous faites circuler le poison encore plus vite...on ne craint rien asseyer vous je m'en occupe".

Il acorda le geste a la parole posant une main frele sur l'apuale du Jinkurichi en le regardant dans els yeux. puis il rangea son sabre dans son foureau, lentement et regarda la demoiselle, appeurée. Lentement, il enleva sa capuche qu'il avait rabattut sur ses cheveux et s'approcha d'elle, sans brusquerie, les mains a plat devant lui, indiquant qu'il ne voulait pas de mal. Il parla, le plus calmement possible.

"Calme toi...on ne te veut aucun mal je suis bien Hikoru et Chika est mon compagnon, je me demande comment tu le sais, mais oui tout ce que nous voulons c'est cet antidote... Sinon nous serons mort avant le prochain jour. Or un homme nous a dit de nous rendre ici pour te demander cet antidote".

Il n'était plus tres loin de la petite fille, et s'arreta, il décida, de se mettre plus bas conscient que sa grandeur pouvait effrayer. Il restait sur ses gardes mais se mit a genoux, s'asseyant sur ceux ci avant de regarder a nouveau la jeune fille. Il ne la touchait pas, mais ses sabres étaient dans leur fourreuax et il ne montrait aucune agressivité. Il comprenait que la petite était de type soin et peut etre plus au vu de ce qu'elle savait. Peut etre le chef la voudrait il. Or il ne voulait pas l'emmener de force, et pour se faire il fallait établir une comunication avec elle. C'était le seul moyen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 18 Sep - 11:32


Le Jinchuriki des flammes regardait la scène, bouche-bée et complètement abasourdi, en silence après avoir défoncé la porte comme un violent et, par la même occasion, il avait manqué d’assommé la petite fille sur le passage. Heureusement que son pied avait frappé un peu plus haut que ce qu’il avait voulu, sa lui aurait évité de faire une gaffe monstrueuse. Surtout si c’était elle, l’antidote, ils auraient été un peu dans l’embarras pour se soigner. Alors, il resta immobile tandis que son supérieur, Hikoru, posait une main sur son épaule avant de s’avancer vers la petite fille, rangeant son sabre dans son fourreau. De plus, ce dernier lui fit la remarque de ne pas trop se remuer les puces au risque d’empirer la propagation du poison dans son sang et de le tuer. Fermant les yeux, laissant une expression de légère honte transparaître sur son visage, Chika se recula de quelques pas pour prendre appui sur le mur et écouter l’autre résistant, il avait bien raison. Ecoutant d’une oreille ce qui allait se dire par la suite, sentant le poison l’attaquer plus sauvagement que la normale.



Tremblante comme une feuille, la petite fille reculait d’un pas lorsque l’homme aux yeux rouges en avançait d’un. Elle le fixait, complètement apeurée alors qu’elle savait bien qu’il n’avait aucunes intentions malsaines à son égard. Comment le savait-elle ? Toujours et seulement par son don de médium. Elle avait vu l’avenir qui l’attendait, elle avait notamment vu, un mois avant que cela n’arrive, que Satoshi allait mourir de la main de deux autres personnes venues en exploration sur cette île désormais déserte. D’autant plus qu’elle s’attendait bien à ce qu’elle se fasse embarquer par ces deux là. Ou du moins, elle ne leur laissera pas le choix. Le poison dans leur corps ne se retirait pas en une seule fois. Alors, s’il voulait être soigné à la perfection, il faudra que la petite leur administre des soins toutes les heures, trois fois suffiront, pour que leur sang soit à nouveau comme neuf. Cependant, sa peur ne la quittait pas, elle continuait de prendre du recul jusqu'à se heurter contre un mur, sans issue de secours. Ni à droite ni à gauche et ni devant. Les yeux devenant légèrement brillants, elle n’allait pas tarder à pleurer comme une madeleine alors que, soudainement, une lueur claire s’échappa de son corps pour l’envelopper dans un halo bleu ciel. Réchauffant la pièce en quelques secondes, le silence total s’installa alors que cette même lueur se dirigeait sur Hikoru pour l’envelopper lui aussi. La petite étendit ses bras en avant, s’approchant lentement de lui, fermant les yeux, le visage tourné sur la droite. Ses deux paumes se posèrent sur les joues du résistant, tiède et douce, la lueur finissant par les envelopper tous les deux. Le jeune homme pourrait alors sentir une sensation de bien être incomparable et que l’on ne pourrait retrouver uniquement en se faisant soigner par elle.

La terra de la Jinchuriki s’estompa après quelques minutes et le même phénomène se produisit avec Chika, toujours au fond de la pièce, à côté de l’ouverture de la porte dans le mur. Sa terra ira directement l’envelopper et pour que le soin soit efficace, les deux enveloppe furent reliée par un épais lien de terra bleu ciel. En même temps de cela, un doux son c’était installé dans la pièce, comme si une petite brise soufflait dans les oreilles, accompagnée d’une harmonie de flûte. À nouveau, après qu’elle ait conféré les premiers secours, son aura disparut et la gamine soupira en levant la tête, posant son regard dans le vide, le dirigeant sur aucuns des deux hommes.

- Je vous ai conféré les premiers soins… Qu’allez-vous faire désormais ? Vous ne pourrez pas partir sans moi sinon vous serez mort avant de faire votre rapport à Akira Yukimori sur cette mission qui a bien faillit vous coûter la vie. Je suis la seule, pour l’instant, qui puisses vous soigner.

Cessant de parler, elle pivota la tête pour observer l’homme aux yeux rouges et s’en approcher tout doucement, par petits pas avant s’arrêter net.

- Emmenez-moi avec vous, Monsieur Asuname.

Qu’allait-il faire ? Accepter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikoru Asuname
°Sous-Chef des Résistants°
°Sous-Chef des Résistants°
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 06/06/2009
°Races° : Jinchuriki
°Âge du personnage° : 28ans
°Affinité élémentaire° : Lumière
°Votre personnage en 3 mots° : Calme, mystérieux, génreux

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Ven 18 Sep - 18:01

Hikoru observa la jeune fille avec un regard curieux, elle avait l'air d'etre adulte et d'en savoir plus que tous les adultes, il toruvait ça dommage. Avait elle eu une enfance? une innoence? ou en avait elle été privée? il était vraiment triste pour elle, aucune pitié seulement de la compassion sincere. Il la laissa faire et vit la lumiere l'envellopper. il se sentit bien, c'était incoryable...il n'aurait rien put faire pour l'éviter si c'était mauvais mais la...il était on ne peut plus bien. Et quand la lumière le quitta ce fut pour aller vers son compagnon...Et hiku se sentit soulager. Il regardala petite fille qui si elle était encore effrayée osa parler.

*comme si on llait laisser une gamine ici...même avec de tels pouvoirs elle a besoin de protection...elle connait le chef....*

Oui elle connaissait trop de choses pour son age. Elle le regarda lui et lui demanda de l'emmener. hiku s'approcha d'elle et doucement, il baisa la tête. Pour lui, le remerciement, la politesse était quelque chose de tres important. Ses yeux se fermerent un instant avant qu'il ne parle.

"Je te remercie petite. Et non on ne te laissera pas ici...parce que c'est dangeureux. mais puisque tu nous a aider alors que nous avons fait du mal a quelqu'un, je t'emmenerais ou tu voudra en ville. Si tu ne veux pas voir le chef je m'arrangerais."

Il aimait les enfants le Jinki cela se sentait, peut etre était ce a cause de sa propre enfance, de ce fait il proposa a la petite de le rejoindre, d'un geste de bras lent. Apres tout ce qu'elle venait de faire, simplement de leur sauver la vie a tous les deux, elle méritait pour lui...pleins de choses qu'il ne pourrait pas réaliser mais ce qu'il pourrait il le ferait,si la jeune fille avait de tels pouvoirs elle le saurait. Hiku se releva et recula jusque Chika . la il reprit son masque impassible, car une lueure de trisesse s'était allumée pendant qu'il discutait avc la petite et il regarda son compagnon, il le vit mieux en frme et cela le rassura, ils allaient pouvoir rentrer, retrounrer la bas. mais il aimerait savoir...qui était satoshi pour la gamine...seulement elle le dirait elle, il ne faudrait pas la brusquer. Il s'osa a une seule question en regardant les yeux de la jeune fille.

"Peut on connaitre ton prénom? puisque toi tu connais les notre."

Rien de menaçant a mais c'était pour comencer une discussion meme s'il nétait pas doué pour ça, le seul fait de retrouver une enfant le déridait, vraiment il était bizarre parfois. cependant la il fallait repartir, il fit un signe aux deux personnes et resortit de la piece, il voulait partir sans que quelqu'un les repere et changer de chemin pour ne pas que la petite voit le corps du virus, c'était inutile et trop dur pour elle...Hiku eut des souvenirs qui remontaient a sa mémoire...douloureux, il les chassa. On ne peut plus solitaire a ce moment il tendait l'oreille si jamais un de ces deux comapgnon parlait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   Mar 22 Sep - 20:10


La Terra lumineuse de la petite fille continuait d’envelopper Hikoru avant de se déplacer sur son compagnon, le soignant de ses blessures ainsi que du poison qui parcourait son corps depuis maintenant quelques dizaines de minutes. Suffisamment, s’il s’était surmené davantage, pour que cela le tue rapidement, dans d’atroce souffrance. Heureusement que la petite était là. Il était vrai de dire qu’elle était la seule à posséder l’antidote contre ce sérum mortel qu’était l’affinité de Satoshi. Cependant, s’il en avait prélevé un peu, ils auraient pu en créer un vaccin, non ? En fait, en y réfléchissant un peu. Il serait peut probable car, en toute logique, chaque Virus possédant un tel pouvoir, aurait un poison différent pour tuer ses proies. Peut être même que des Jinchuriki avaient en eux une puissance pareille ? Donc, sa serait perdre du temps d’essayer de trouver un antidote pour ce poison là. Une véritable perte de temps. Néanmoins, maintenant que la Jinchuriki le soignait, il se sentait revivre et le poison se dissipait petit à petit. Et dès que cette dernière fit cesser l’agissement de son pouvoir, Chika se doutait qu’elle ne pourrait pas tout retirer du premier coup, au risque de s’épuiser en voulant trop bien faire. Sa serait bête, pour une si jeune fille, de mourir de fatigue à cause de deux Jinchuriki empoisonnés. Après tout, à l’entendre, Satoshi était le seul ici, en la comptant. Donc, ce qui voulait dire, plus personnes de vivant, à part eux trois, était présent sur l’île. Elle serait officiellement déserte une fois qu’ils eurent pris le bateau pour s’en aller de là, par l’océan. Vivement qu’ils rentrent au campement, pensait Chika en s’imaginant déjà passer les portes de leur base.

- Merci… Euh… Jeune fille. Déclara Chika en lui accordant un sourire, laissant donc son supérieur faire ce qu’il avait à faire.

Entre temps, le Jinchuriki des flammes s’approcha d’une ouverture qui faisait office de fenêtre par le passé et observa en contre bas pour surveiller les alentours. On ne savait jamais si quelqu’un venait à débarquer sur l’île, comme eux, n’importe qui pourrait alors leur tomber dessus. En faisant cela, Chika avait une douce pensée pour l’armée qui était imprévisible, ils pouvaient sauter du coq à l’âne sans que personnes ne s’en rendent réellement compte et soudainement faire faire à l’histoire un virage à 180° ! La majorité des personnes accusaient déjà cette faction d’être la cause de cette catastrophe. Mais, en absence de preuves, ils ne pouvaient rien faire contre eux. Surtout que, ces derniers jours, des événements laissaient à croire que le virus avait été lâché par d’autres personnes.



L’homme nommé Hikoru se levait devant la petite fille tout en lui répondant qu’il allait l’emmener et que, si elle ne voulait pas voir le chef, il l’emmènerait n’importe où en ville. Un grand sourire aux lèvres, elle leva les yeux pour le regarder en face avant de partir à l’opposé de ces deux là et, en fouillant dans une armoire, en ressortir un long manteau noire, abîmé et complètement déchiré au niveau des pieds. À la base, il appartenait à Satoshi et il l’avait cédé à la petite fille, déchirant le bas qui était trop long sinon, pour éviter qu’elle se prenne les pieds dedans et trébuche. L’enfilant rapidement, elle s’empara aussi d’une peluche à la chevelure verte et légèrement rosée, dotée d’yeux noirs. Son objectif avait toujours été de rencontrer le chef de la résistance par n’importe quels moyens. Seul lui pouvait entendre ce qu’elle avait à dire sur le futur et ce qui allait s’y passer pour qu’il improvise et change cela. Car, si elle était restée ici, à se tourner les pouces, le monde serait partie vers une fin certaine et aurait été entièrement ravagé par la radiation. Humains, Virus et Jinchuriki auraient tous succombés, les uns après les autres, sans la moindre exception. Après, seulement après leurs morts à tous, le monde recommencerait à zéro pour recréer un paradis sur terre, quelques millier d’années ensuite. Elle allait donc renaître. Néanmoins, Akira pouvait changer la donne avec son groupe et permettre à l’humain de survivre et voir la métamorphose de leur mère la terre.

- Merci. Dira-telle en revenant vers Hikoru, tenant sa poupée dans une main. Mais mes ambitions ne changent pas pour autant, je veux voir votre chef, quoi qu’il en coûte. D’accord ?

Sur ces mots, elle observa Chika, celui qui avait été le plus touché par le poison de Satoshi durant leur affrontement. La petite savait bien qu’il était mort, elle en était triste, se retenant d’en pleurer. Elle avait vu le futur et avait prédit sa mort. Mais malgré ces mots, cet homme avait voulu renverser le pouvoir de sa vision pour lui démontrer que rien n’était joué à l’avance. Il avait eu tort, comme tout le monde avant lui. Et les choses allaient maintenant changés car, la Jinchuriki allait s’apprêter à compter le futur à un homme puissant de ce monde pour changer l’histoire. Une fois cela fait, pourra-t-elle encore compter sur ses visions ? Seront-elles toujours aussi fiables que maintenant ? Pourront-ils lui révéler les pièges du futur, malgré le présent modifié ? Sûrement, elle en avait déjà fait le test. Mais avec un événement aussi gros que ce qu’elle allait faire, était-ce possible ?

Sans dire un mot, Chika et elle suivirent Hikoru en dehors du bâtiment pour retourner à leur navire. Cependant, avant de continuer leur marche, l’albinos s’osa à poser une question à la petite qui ne lui laissa pas le temps de terminer sa phrase, elle s’était attendue à cette question.

- Je m’appelle Yôko ! Dit-elle avec une voix pleine d’entrain. Mais vous pouvez m’appeler Yo’, à vous de voir, Monsieur Asuname.

Lui adressant un magnifique sourire, elle s’immobilisa avant de prendre la main d’Hikoru et de Chika, les tirants derrière un immeuble, les mettant alors à l’abri. Un battement d’hélice se faisait entendre au loin et un hélicoptère passa au-dessus de leur tête, rasant la forêt. S’ils n’avaient pas été mis hors de vue par la petite Yôko, ils auraient été repérés et ensuite, auraient été mal barré pour tenter de fuir à un appareil de guerre de ce type là. La Jinchuriki reprit la parole, leur murmurant le chemin à prendre au lieu de prendre le risque de se faire prendre.

- Nous ne sommes plus seuls, désormais, comme je m’en doutais. Dit-elle d’une faible voix. Mais, on peut partir sans se faire voir… Ecoutez-moi attentivement. Elle se mit en face d’eux, toujours aussi adulte pour son jeune âge et elle continua. Il va falloir faire un détour pour éviter l’armée qui vient de débarquer sur l’île. Empruntons le chemin au pied de la montagne et descendons par la rivière après s’être improvisé une petite barque. Ainsi, ils ne nous verront pas et on pourra sortir de là…

Chika resta silencieux à l’entende des paroles de Yôko, se demandant si elle n’était pas un peu une experte sortie tout droit de l’élite, d’une faction sombre de l’armée, faisant d’elle une démone de la guerre. Il en venait même à se demander s’ils devaient réellement lui faire confiance bien qu’elle venait de prédire l’arrivée d’un hélicoptère au loin.

- Hikoru… Qu’en pensez-vous ? On fait comme elle le dit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Proche des îles désertées...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Proche des îles désertées...
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko
» Tout nous sépare et pourtant, nous sommes si proche. [PV] TERMINE
» L'absurde peut être plus proche de la réalité que la logique
» Ce qu’on voit dans le rétroviseur est plus proche qu’il n’y parait.
» Plus proche de ses ennemis que de ses amis (Merlin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Embryo's World :: The Embryo's World Rpg ! :: Îles désertées-
Sauter vers: