The Embryo's World

2089 : Le monde vit-il ses dernières heures ? Une seconde fois ? (Forum déconseillé au - de 16 ans)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Enfin là ! Loin du boucan des boîtes de conserve volantes !

Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Enfin là ! Loin du boucan des boîtes de conserve volantes !   Dim 31 Mai - 18:57



Maintenant qu’ils furent sortis de l’aéroport, Akira se sentait déjà un peu moins coincé. Tous ce monde, accumulé en un unique endroit, renfermé en plus, l’étouffait de plus belle. Mais maintenant, il devait se rendre à se fichu rendez-vous. D’ailleurs, il n’y irait pas personnellement, il y enverrait son « larbin » le faire. Eh oui, ce dernier l’attendait devant le bâtiment de l’organisation. Alors, il continuait de marcher, tranquillement, ses sandales claquant sur le sol en béton. Sa pipe à la bouche, il lâcha de temps à autre une nappe de fumée, soupirant en même temps en voyant ce monde qui se présentait à ses yeux. Par contre, une chose le tracassait un peu. C’était cette fille, Simca. Il réfléchissait à son cas. Lui, il ne pourrait pas la prendre, surtout pas, il ne voulait pas car le rituel pour créer un pacte n’était vraiment pas de tout repos. On pourrait dire, en ayant déjà vu deux ou trois se dérouler sous ses yeux, que sa faisait extrêmement mal et certains humains y ont succombés sous la douleur intense, leurs nerfs et organes vitaux avaient lâchés. Et l’uns d’eux, qui était censé faire un pacte avec Akira, était mort dorénavant.

Soudainement, un boucan se fit entendre, faisant grogner Akira qui marmonna des jurons à l’égard de l’avion qui venait de décoller, passant au-dessus de leurs têtes, à Simca et lui. D’ailleurs, Akira pensera si fort qu’il ne se rendra pas compte qu’il parlait à haute voix. Mais après tout, sa ferait parler un peu Simca, elle était bien silencieuse. Était-elle tendue ? Probablement ! Surtout après le « non » qu’elle s’était prise en coin de figure. Sa n’avait pas dû lui faire du bien. D’autant plus que cela avait attisé son désire de vengeance, pensa-t-il.

- Font chier ces boîtes de conserve avec un tel boucan ! Comment peut-on vivre ainsi !? Grogna-t-il à l’égard de l’avion, comme s’il en espérait de lui une réponse.

Il se résigna sur son triste sort pour subir le bruit et continua d’avancer, jetant de temps à autre un petit regard sur sa gauche pour voir si la jeune fille à la chevelure rose le suivait. Bon, après tout, elle était sur ses roues là, elle ne devait pas avoir de peine à le suivre. Peut être qu’elle se disait qu’il allait lentement, lentement comme un Jean-Jacques ! À cette pensée, il ferma les yeux et accéléra le pas pour se rendre plus rapidement à l’Organisation, là où il allait la flanquer avec son larbin, Rester. Ce jeune humain, dans la trentaine, était un espion, son espion. Mais qui ne voulait pas de puissance car son corrompait les humains qui n’en avait moins. Alors, il aidait Akira, en espionnant simplement les gens suspects d’être un Virus.

Une demi-heure plus tard…

Akira aperçu au loin le bâtiment de l’Organisation, plaquant une main sur son front, pensant à toute la misère du monde alors qu’ils avaient osé construire un tel bâtiment, qui se dressait aussi haut que les tours qui l’entourait. Misère… Misère… Que le monde était perdu ! Ma foi, il ne pouvait rien y faire. C’était la nouvelle génération. Il n’était qu’un vieux débridé. D’ailleurs, il finira par apercevoir le jeune homme en question, devant la porte d’entrée….







- Bon, il se grouille, sa fait une plombe que je glande ici ! Brailla Rester, qui se tenait appuyé contre le mur de l’immeuble, à côté de l’entrée.

À peine avait-il prononcé ses paroles qu’il aperçu Akira, de l’autre côté de la rue, toujours vêtu de son kimono. Il était donc toujours aussi attardé ? le pauvre. Rester souriait à la vue de cet homme qu’il respectait tant pour son statut de Jinchuriki. Rester passera sa main dans la poche de son gilet pour en sortir un paquet de cigarette et d’en mettre une dans le bec et de l’allumer, tentant de faire passer le temps. Parce que là… Le vieux allait si lentement qu’il pourrait aller au Macdonald du coin pour se prendre un repas, manger en comptant les lumières d’un immeuble et revenir pénard ici, il n’aura pas bouger plus que maintenant. D’ailleurs, autre chose attira son attention. Celle de la jeune fille qui semblait suivre le « samouraï » attardé. Une longue chevelure rose, une casquette de police et une paire d’Air Trek aux pieds. Ah mais ouiiii ! C’était l’Hirondelle, non ?! Rester avait déjà pu voir quelques compétitions où il avait vu la jeune femme courir. Mais sans plus, il ne connaissait rien d’elle. Cependant, Akira venait d’arriver vers lui, le saluant toujours aussi grossièrement.

- Salut, petit.
- Pourtant, tu sais très bien que je ne suis pas petite, sale vieux débridé.
- Fais gaffe ou je te fais manger le goudron. Et encore, je parle poliment là.
- Si tu veux. Bon, je suppose que je dois me coltiner la Directrice encore une fois ?
- Sa sera la dernière, cependant… Akira désigna alors Simca de sa main, la tirant en avant pour la mettre face à Rester. Voici Simca Swa…. Machin truc chouette. Elle veut passer un contrat, regarde avec qui tu peux la fourrer pour ça.
- Euh… Bien sûr, je m’en occupe. Et saches que je suis un minimum cultivé comparé à toi, vieux shnock. Je sais très bien de qui il s'agit, là!
- Bon ça va, je ne suis pas un fou non plus.
- Non, heureusement, mais pas loin en tout cas.
- Bon, tu peux me le faire ? Ensuite tu vas voir la directrice et tu me fais un rapport détaillé ? Sa sera la dernière fois !
- C’est ce que tu chantes à chaque fois ! Mais bon, je le ferai, j’ai une dette envers toi.
- Merci bien, Rester.

Akira ne prit même pas la peine de présenter les deux jeunes gens avant de se tourner face à Simca et lui tapoter à nouveau la tête de sa main droite. Comme si c’était un papa poule qui aimait trop sa fille. Mais Akira était comme ça, étrange, deux facettes. Avant de déclarer.

- Bon, petite, on se reverra une fois. Rester te présentera à un ou une Jinchuriki qui voudra bien de toi. Et tâche de ne pas pleurer, d’accord ?!

Sur ces quelques mots, il leur tournera le dos et traversera la route, manquant de se faire shooter par un véhicule, roulant normalement, mais que là, c’était Akira qui lui beuglait dessus comme un dément.

- ’Spèce de fou ! Roule moins vite !!!

Rester observa la scène en soupirant avant de se tourner face à la jeune fille, Simca, et d’engager la discussion.

- Je me présente ! Je me nomme Rester Edward et j’aide Akira dans ses travaux. Commença-t-il par se présenter pour continuer ensuite, sérieusement. Tu es à ce point intéressée à passer un contrat ? En es-tu certaine ? Est-ce qu’Akira t’a mise au courant des différentes facettes d’un contrat parce que c’est pas vraiment comme tu pourrais le voir, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simca Swallow
°Humain(e)°
°Humain(e)°


Messages : 322
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
°Races° : Humaine
°Âge du personnage° : 19 ans
°Affinité élémentaire° : Aucun
°Votre personnage en 3 mots° : Joyeuse / Manipulatrice / Joueuse

MessageSujet: Re: Enfin là ! Loin du boucan des boîtes de conserve volantes !   Dim 31 Mai - 22:38

Accompagné du Jinchuriki qui ne lui avait toujours pas dévoilé son nom, Simca avait quitter l'aéroport, après un petit affrontement contre d'autre Strom Riders, qui en voulaient à la jeune femme. Cette dernière avait demander au "samouraï" si il pouvait faire un contrat avec elle, mais celui-ci avait refusé catégoriquement, prétextant que la demoiselle avait des motivations bien trop mauvaises. Quoi qu'il en soit, c'était sa haine envers les Virus, qui l'avait mené ici aujourd'hui. Et elle avait l'intention de se servir de cette haine, pour exterminer tous ces monstres une bonne fois pour toute, jusqu'au dernier. "L'Hirondelle", marchait, ou plutôt rouler, juste à côté du Jinchuriki, sans dire un mot, car elle n'osait plus rien dire, par rapport à ce qui s'était passé à l'aéroport. Ce "non" catégorique, l'avait quelque peu refroidie. Elle n'osait plus rien dire maintenant, de peur de vexer le "vieux", et qu'il ne change d'avis. Elle pensait qu'il allait lui faire contrer un Jinchuriki qui veuille bien faire un contrat avec elle. Mais il se pouvait très bien qu'elle se trompe.

Alors qu'ils continuaient d'avancer, un gros bruit se fit entendre au dessus de leur tête. en réalité, c'était juste un avion. A ce moment là, le "vieux" commença à lâcher des jurons à l'appareil volant, pour ensuite dire que ces boites de conserve faisait chier à cause du boucan qu'elle faisait et qu'il ne savait pas comment on pouvait vivre ainsi. En entendant ses mots, la demoiselle mit sa main droite devant sa bouche, pour tenter d'étouffer un rire. Elle devait bien avouer que ce type était un vrai grognon, mais cela l'amusait beaucoup. Elle espérait seulement que son rire n'avait pas vexé le "samouraï". En tout cas, plus ils avançaient, et plus la jeune femme trouvait le trajet long. L'homme ne marchait pas très vite il fallait dire. Mais alors qu'elle pensait cela, ce dernier accéléra tout d'un coup. Simca décida alors de faire de même, ce qui était plutôt facile avec ses Air Trek. Et ils continuèrent leur chemin, pendant une demi-heure, pour ensuite arriver enfin à destination, devant un grand bâtiment.

Quand ils arrivèrent devant le bâtiment, Simca remarque un autre homme, portant des lunettes, une petite barbichette, et une cigarette entre les lèvres. Rien qu'en le regarda, Simca tomba sous le charme. Elle le trouvait vraiment canon. Comment un tel être pouvait-il exister ? Etre aussi beau, c'était possible ? Dès qu'elle avait croisé le regard de l'inconnu, elle s'était mit à rougir. En général, les hommes ne lui faisaient pas tant d'effet, mais là, elle ne savait pas pourquoi, elle était comme envoûtée. Bien qu'il semblait beaucoup plus vieux qu'elle, elle ne pouvait pas s'empêcher de le dévorer des yeux. D'ailleurs, l'homme à la pipe, se dirigeat vers cet homme, pour ensuite entamer la conversation avec lui. Ils semblaient se connaître ces deux là, mais ils avaient l'air d'adorer se chercher. Au début, elle ne pu s'empêcher de lâcher un petit rire, qu'elle tenta d'étouffer, mais elle s'arrêta tout desuite, quand le Jinchuriki prononça les paroles suivantes : "Voici Simca Swa…. Machin truc chouette". Machin truc chouette ? Merci c'est sympa... franchement... il ne se rendait pas compte que ça pouvait blessé Simca ? D'ailleurs c'était légèrement me cas, mais elle n'allait pas en mourir. C'est alors que l'homme à lunettes, déclara qu'il savait qui elle était. La jeune femme fut un peu surprise. Etait-il un de ses admirateurs ? Oh oui, sa serait super. C'est là qu'elle commença à se faire des films. Tout d'abord, elle s'imagina en train de promener avec lui dans un parc, main dans la main, pour ensuite s'asseoir sur un banc avec lui, et l'embrasser sous le soleil couchant. Mais ce n'était pas tout, elle s'imagina d'autres choses, comme aller au cinéma avec lui, où alors dans un restaurant. Et oui, elle avait complètement craqué sur lui. Elle le trouvait tellement beau, tellement sexy, tellement... bon si on les dit tous, on va y passer toute la nuit.

Quoi qu'il en soit, il y a quelque chose qui attira l'attention de "l'Hirondelle", c'était quand elle avait entendu le mot "Directrice". Cette " Directrice", sa disait quelque chose à la demoiselle. Il lui semblait que l'Organisation de la Lune Noire, avait une directrice. Et puis, ils étaient devant le bâtiment de cette organisation, donc il s'agissait sûrement de cette directrice qui se trouvait dans ce bâtiment. Continuant de dévorer le bel homme à lunettes, elle sortie de ses pensé quand le Jinchuriki, lui tapota la tête, encore une fois, tout en lui disant que Rester allait lui présenter un ou une Jinchuriki et qu'elle ne devait pas pleurer. Pleurer ? Mais pourquoi ça ? Enfin peut importe, maintenant elle connaissait le nom de l'homme sur qui elle avait flashé. Par la suite, le Jinchuriki, dont la jeune femme ne connaissait toujours pas le nom, s'éloigna, pour ensuite traverser la route, manquant de se faire renverser par une voiture. Bien évidemment, le grincheux qu'il était, engueula le conducteur de l'automobile.

Maintenant, il ne restait plus que Simca et Rester. La demoiselle le vit se retourner vers elle, pour prendre la parole. Tout en rougissant un peu, elle l'écouta attentivement. Il disait s'appeler Rester Edward et qu'il aidait Akira dans ses travaux. Akira ? Apparemment c'était le nom de ce Jinchuriki. Et beh dit donc, il en avait fallu du temps avant qu'elle ne le sache. Par la suite, il commença à lui parler des contrats, lui demandant si elle était sûre de vouloir faire ça et si Akira l'avait mise au courant des différentes facettes d'un contrat. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'il fallait tisser un lien entre le Jinchuriki et l'humain, pour réussir le contrat, mais elle n'en savait pas plus. Finalement, Simca répondit, avec un magnifique sourire :

- Enchantée de faire votre connaissance Rester. Je suppose que je n'ai pas besoin de me présenter puisque vous aviez dit me connaître. Et, en ce qui concerne les contrats, je suis sûre de ce je veux. Je veux à tout prix en passer un, déclara t-elle, tout en prenant la main droite de l'homme, pour ensuite se coller à lui, en le regardant intensément, dans les yeux. Alors aider moi Rester, je vous en prie. Mais je ne sais pas vraiment comment se déroule un contrat, tout ce que je sais, c'est que les deux personnes doivent créer un lien entre elles. Quoi qu'il en soit, je suis prête à tout, je veux devenir plus forte.

Sur ces mots, elle resta coller contre Rester, lui tenant toujours la main droite, entre les siennes, en plongeant son regard dans le sien. Elle le trouvait tellement beau. Il lui plaisir vraiment. Mais, elle ne savait pas pourquoi, elle avait la net impression que sa ne marcherait jamais entre eux. Lentement, avec sa main droite, elle alla caresser la joue de l'homme, pour ensuite déclarer, en rougissant un peu plus :

- Si je peux me le permettre, vous êtes vraiment magnifique Rester... vous m'attirez....

Sur ces mots, elle continua de caresser la joue de l'homme, pour ensuite lui prendre sa cigarette avec ses doigts, tout en approchant dangereusement ses lèvres des siennes. Elle était totalement envoûtée par cet homme, à un point inimaginable. Mais est-ce que l'homme allait la laisser faire, ou allait-il l'en empêcher ?

_________________


Dernière édition par Simca Swallow le Lun 1 Juin - 11:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Enfin là ! Loin du boucan des boîtes de conserve volantes !   Lun 1 Juin - 0:24



Le jeune homme avait laissé partir le Jinchuriki sans broncher, surtout qu’il se ridiculisait à hurler sur une voiture qui, de plus, ne roulait ni trop vite, ni trop lentement. Elle était parfaitement dans les normes. C’était Akira qui avait traversé à l’improviste, sans vraiment faire attention à où il pouvait foutre les pieds. C’est des preuves irréfutables qui démontrait bien là, de son âge avancé et de son grand côté patriotisme concernant les coutumes de notre cher pays le Japon. Rester, ayant suffisamment regardé le vieux faire le guignol devant l’automobile, se contentera de soupirer, replaçant ses lunettes avec son index droit et de regarder la jeune fille en face. Cette dernière semblait quelque peu… disons… désemparée ? Au vu des tâches rouges qu’elle présentait sous ses yeux. Était-elle en train de craquer pour lui, Rester ? Non, quand même pas. Le jeune homme ne dira point un mot, restant silencieux avant d’engager la parole, entrant dans le but du sujet en lui demandant si elle savait autre chose que ce fameux lien entre les pactisant. Mais apparemment, ce vieux tordu ne lui avait pas soufflée plus de mot. Enfin si, il lui avait dit : Ne pleures pas. Uniquement ça ! Il pourrait au moins être plus clair, non ?! Trop difficile ? En plus, Rester ne lui avait fait aucunes remarques à ce sujet, connaissant le passé de cet homme. Un peu triste comme histoire… Il était normal, dorénavant qu’il ne parlait plus de contrat et qu’il avait confié la tâche au jeune américain qui bossait pour lui, donc lui-même, Rester.

D’ailleurs, à peine avait-il achevé ses dires que la jeune femme lui répondit de suite. Et, en effet, elle n’avait besoin en rien à ce qu’elle ne se présente. Rester savait de qui il s’agissait. Il l’avait déjà vue lors de ses récentes balades en ville. Il ne l’avait pas oublié depuis ce jour et jamais il n’avait oublié les compétitions où il avait été pour voir les coureurs s’affronter entre eux. Bien que cela fut un sport dangereux, il n’en était pas moins excitant de regarder les joueurs lutter entre eux pour arriver en premier. Mais le plus impressionnant, c’était forcément les figures que ces derniers exécutaient. Bien que certains se rataient complètement et terminaient à l’hôpital. Le jeune espion américain n’y été plus allé depuis fort longtemps maintenant, quelques mois, à tout casser.

Ses yeux bleus observaient la jeune femme, enfin, un œil, l’autre étant caché par une mèche. Ses lunettes, il dû les remettre une seconde fois à l’aide de son index avant de prendre sa cigarette et expirer la fumée, se remettant la clope au bec par la suite. Attendant une réponse plutôt spontanée de sa part, il en fut des plus surpris par sa réaction. Sa main droite venait d’être prise par celle de la jeune fille qui continua de lui parler. Attend… Elle était en train de l’inciter à lui trouver un Jinchuriki… à l’aide de son charme ? Elle n’avait aucune autre raison à lui exposer, comme ça, au lieu de se comporter de la sorte ? Soit, il ferma les yeux pour ne pas avoir à avoir une vue plongeante sur son décolleté. Mais il ne dira rien, ne réagissant pas aux paroles de Simca. Il n’allait pas non plus dire que cela ne lui plaisait pas qu’une fille se frotte à lui ainsi, loin de là, mais d’utiliser son charme pour parvenir à ses fins, c’était un peu… mal placés, se dit-il.

Cependant, malgré toutes attentes, elle allait aller trop loin. Cette dernière retira d’elle-même, sans demander l’avis de Rester, la cigarette de ses lèvres. Simca ne tardera pas à grimper sur ses pieds pour tenter de… l’embrasser ? Ohlala !!! On se calme ma belle ! Le jeune homme ouvrit les yeux et déposa son index droit sur les lèvres de la jeune fille avant de la forcer à se reculer un peu. Lui souriant chaleureusement en reprenant sa cigarette dans son bec.

- Ma parole, tu t’emballes vite, dis voir ? Déclara-t-il sans montrer la moindre agressivité. Je ne vais pas dire que tu ne me plais pas, loin de là, mais sa sera mal avisé de m’embrasser maintenant, sans connaissance. Après tout… c’est ton choix.

Le jeune homme ne lui dira rien de plus, ne lui en voulant surtout pas de s’être emportée de la sorte. Parfois, c’était tout à fait compréhensible comme réaction. Mais là, sa commençait à chauffer tellement fort qu’il avait dû y mettre un terme avant que sa ne dérape ou aille plus loin. Déjà, il ne connaissait pas son âge, et Akira l’appelait petite. Bon d’accord, lui aussi c’était un petit pour le vieux Jinchuriki, mais quand même… Alors, la situation était à remettre plus tard, et ça, Rester l’avait bien fait comprendre à la jeune fille à la chevelure rosâtre.

- Désolé de t’avoir repoussée, mais on est là pour le contrat, non ? Si oui, allons-y de ce pas, Simca. Un sourire l’incitant à le suivre, il lui fit un signe de la tête, mettant ses mains dans les poches, avant de se tourner vers l’entrée et d’entre dans le Hall. Voilà, comme tu aurais sûrement dû le deviner par toi-même on est à l’Organisation de la Lune Noire, ici et je tâcherai de parler de toi à la Directrice. D’ailleurs, tu vas venir avec moi ! Suis-moi, Simca.

Rester s’avança alors dans un couloir du hall, celui qui distribuait les différents ascenceurs. Il appuya sur l’un des boutons et attendit patiemment avec la jeune fille, regardant un peu autour de lui. Les lieux étaient vides, hormis les secrétaires qui travaillaient de nuit. En y repensant, il n’était jamais venu ici à une heure pareille. Normale, il dort là. Et sa l’avait un peu agacé que le vieux l’appelle ainsi pour le tirer du lit. L’ascenseur arriva dans la minute qui suivit et il pénétra dedans, avec son accompagnatrice, et ferma les portes, appuyant sur le bouton de l’étage désirés pour monter rapidement. On sentait bien la vitesse qu’il prenait en montant, les deux jeunes gens pouvaient se sentir un peu écrasé contre le sol avant d’être un peu secoué par l’arrête de la machine qui ouvra ses portes sur un autre hall, celui de l’étage du bureau de la directrice…

- Simca, tu es toujours sûre de ton choix ? Je vais te mener à la directrice. Si tu veux encore réfléchir, profites-en. Lui demanda-t-il encore une fois avant d’aller s’annoncer à la secrétaire de mademoiselle Mitsuragi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simca Swallow
°Humain(e)°
°Humain(e)°


Messages : 322
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
°Races° : Humaine
°Âge du personnage° : 19 ans
°Affinité élémentaire° : Aucun
°Votre personnage en 3 mots° : Joyeuse / Manipulatrice / Joueuse

MessageSujet: Re: Enfin là ! Loin du boucan des boîtes de conserve volantes !   Lun 1 Juin - 13:10

Après qu'Akira soit parti, Simca se retrouva seule avec Rester, un homme qui aidait apparemment le Jinchuriki dans son travail. Cependant, dès qu'elle vit cet homme aux cheveux blond, la jeune femme flasha directement sur lui. Cet était trop beau pour être vrai. Elle avait l'impression de rêver. D'ailleurs, la première fois qu'elle l'avait vu, elle avait commencé à se faire des films. Par exemple, qu'elle ferait une balade dans le parc avec lui, où alors qu'ils iraient au cinéma mais aussi au restaurant pour un dîner romantique. Bref, elle avait bel et bien craqué pour lui et elle avait bien l'intention de le lui faire comprendre. Alors que l'homme aux yeux bleu parlait, la demoiselle fixait son regard, les joues légèrement rosées. Dès qu'il avait fini de parler, Simca lui répondit tout de suite. Elle ne resta pas planter comme ça sur place, même si elle avait été envoûter par le charme de Rester.Alors qu'elle répondait, elle exposa un sourire magnifique, alors qu'elle arriva à un moment où elle commença à être entreprenante.

Sans hésitation, elle prit la main droite de l'homme aux cheveux blond dans la sienne, tout en continuant de parler, comme si de rien n'était, alors qu'elle venait de se coller à lui. "L'Hirondelle", continuait son discours en fixant intensément les yeux de l'homme, qui venait de fermer les yeux, pour ne pas avoir une vue sur le décolleté de Simca. Après avoir parler, elle alla caressé la joue de Rester, rougissant un peu plus, avant de lui déclarer qu'elle le trouvait magnifique et qu'elle lui plaisait. C'était une sorte de déclaration, on pouvait dire...Sans attendre, ni même sans demander la permission, elle retira la cigarette des lèvres de l'homme aux yeux bleu, tout en approchant lentement ses lèvres des siennes, fermant les yeux. Mais alors qu'elle n'était qu'à quelques millimètres de la bouche de Rester, celui-ci déposa son index sur les lèvres de la demoiselle, qui ouvrit les yeux. Certes, elle était déçut, mais elle ne lui en voulait pas. Elle était consciente qu'elle était allé trop vite. Par la suite, il força la jeune femme à reculer un peu, reprenant ensuite sa cigarette, qu'elle lui avait enlevé.

Rester commença alors à prendre la parole, avec un sourire chaleureux sur le visage. Apparemment, il n'était pas en colère, au grand soulagement de "l'Hirondelle", qui l'écouta attentivement, gardant toujours son regard dans le sien. Elle fut tout de même heureuse qu'il lui dise qu'elle ne lui déplaisait pas. Mais c'est vrai qu'ils se connaissaient à peine, et ne savaient rien l'un de l'autre. Simca, qui n'était pas du tout pudique ou timide, ne se gênait pas quand elle voulait faire quelque chose, et ça, l'homme aux cheveux blond l'avait sans doute remarqué. Mais en réalité, c'était la première fois qu'elle flashait sur quelqu'un comme ça, et elle commença à se rendre compte que sa serait une erreur de s'attacher à lui aussi, parce qu'il pouvait très bien mourir, tuer par un Virus, tout comme les proches de la jeune femme. Elle ne voulait plus à avoir supporter cette douleur. Malheureusement, elle ne pouvait pas ignorer ses sentiments pour cet homme. Certes, elle le connaissait à peine, mais elle ressentait déjà quelque chose de très fort pour lui. Alors que faire ? Allait-elle prendre à nouveau le risque d'être malheureuse, alors que Rester pouvait mourir à tout moment, tuer par un Virus ? Pour le moment, elle décida de ne pas s'en préoccupé d'avantage, car à la base, elle n'était pas venu pour ça. Rester devait maintenant lui présenter un Jinchuriki, d'après ce qu'elle avait comprit.

Par la suite, l'homme aux cheveux blond s'excusa de l'avoir repoussé, disant qu'ils étaient ici pour le contrat. Oui, c'est vrai, le contrat. La jeune femme ne devait pas oublier qu'il s'agissait de sa priorité. Elle devait à tout prix gagner en puissance si elle voulait pouvoir exterminer les Virus, vengeant ainsi ses proches, et en débarrassant la planète de ces monstres. Avec un air désolée, elle répondit :

- Non, c'est à moi de m'excuser... je n'aurai pas du agir comme cela, alors qu'on se connait à peine...

Roulant sur ses Air Trek, sans dire un mot, elle suiva Rester qui pénétra dans le bâtiment de l'Organisation de la Lune Noire. Une fois dans le hall d'entrée, l'homme aux cheveux blond déclara qu'il allait parler d'elle à la directrice, et qu'elle allait devoir le suivre. Acquiesçant d'un hochement de tête, "l'Hirondelle" roula aux côtés de son guide, traversant un couloir du hall, pour s'arrêter devant un des ascenseurs qui s'y trouvaient. Rester appuya alors sur le bouton d'appel de l'ascenseur. Ce dernier descendit, et les portes s'ouvrirent. Les deux jeunes gens pénétrèrent ensuite dans la cabine, et l'homme aux yeux bleu appuya sur un bouton, qui allait les amener directement à l'étage voulu. Arrangeant sa casquette de policier qui tombait un peu sur le côté, elle patienta sans dire un mot, d'être arrivée à destination. Les mains derrière le dos, qui était appuyé contre la cabine, Simca commença légèrement s'inquiéter. En tout cas, il y avait de quoi, vu qu'elle s'apprêtait à rencontrer la directrice de l'Organisation de la Lune Noire. Comment pouvait-elle bien être ? Tout ce que la demoiselle savait, c'était que c'était une Jinchuriki. Mais alors, la Jinchuriki que Rester devait lui présenter, sa serait la directrice ? Simca allait faire un pacte avec elle ? Ou alors, il fallait sûrement passer par elle pour se genre de chose. Parce qu'une personne aussi importante que la directrice de l'organisation, ne ferait sûrement pas un contrat avec la première venu comme Simca. Rester pouvait bien voir sur le visage de la jeune femme, que celle-ci était quelque peu tendu. Mais peut-être qu'elle s'inquiétait pour rien après tout.

Finalement, la cabine de l'ascenseur s'arrêta à un étage, qui mena à un hall, celui de l'étage de la directrice. Toujours sans dire un mot, "l'Hirondelle" sortie de la cabine en roulant, suivant Rester, qui lui demanda si elle était toujours sûre de son choix et qu'il allait la mener à la directrice. Mais que si elle voulait encore y réfléchir, que c'était le moment où jamais. D'un air déterminé, la jeune femme aux cheveux rose lui répondit :

- Cela fait dix ans que je suis sûre de ce choix. Et je ne laisserai passer cette chance pour rien au monde.

Sur ces mots, elle attendit la suite des évènements. Enfin, elle allait bientôt pour passer un contrat. Depuis le temps qu'elle attendait cela. Toute fois, elle ne savait toujours pas comment cela se passait. Mais bon, dans sa tête, elle se disait que sa ne pouvait pas être si terrible. C'était juste un contrat qui créer un lien entre deux personnes, pouvant ainsi s'entraider encore mieux que deux personnes n'ayant pas fait de contrat, durant un combat. Il y a dix ans, Yoshimori, le premier Jinchuriki qu'elle avait rencontré, lui avait dit qu'avec un contrat, les deux personnes qui étaient liées, pouvaient échanger leur Terra, pour accroître leur puissance. Elle était curieuse de savoir quel effet sa faisait. Qu'est-ce qu'on pouvait bien ressentir ? Cela, elle allait peut-être bientôt le savoir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Enfin là ! Loin du boucan des boîtes de conserve volantes !   Mer 3 Juin - 0:24





Rester sortira le premier de l’ascenseur avant de s’arrêter pour demander à la jeune fille si elle était réellement sûre de son choix. Cette dernière lui confirma alors, à nouveau, son désire qui était probablement le plus cher. Cependant, l’américain devait parler seul à seul avec la directrice et ensuite, il lui dirait d’aller la voir. Il ne pourrait sûrement pas assister à ce genre de rendez-vous vu que sa ne le concernait pas. Et, de plus, cela faisait maintenant plus de dix ans qu’attendait Simca, ce moment là était donc si important à ses yeux ? Quitte à en regretter probablement son choix dans le futur. Mais Rester ne pouvait rien lui dire, ni l’en empêcher. Par contre, c’était à la Directrice d’en décider le choix et probablement qu’elle prendrait la jeune fille sous son aile à cause de son envie de pouvoir. Donc, sur ces pensées, le jeune homme soupira, et décocha un sourire à Simca.

- Bien, tant que tu es sûr de toi, c’est l’essentiel. Déclara-t-il. Attends-moi là-bas, je reviens ! J’en ai pour quelques minutes.

Il désignera alors des chaises, plus loin, d’un geste de la tête pour inciter Simca à aller s’installer pour l’attendre. Sur ce, il tourna les talons et parti en sens inverse pour aller annoncer son arrivée à la secrétaire de la Directrice. Cette dernière, étant particulièrement inondée d’appelles, prit quelques minutes avant de pouvoir servir notre cher espion qui ne tardera alors pas à lui demander d’avertir la chef de sa présence en ses lieux. C’est d’ailleurs ce qu’elle fit alors qu’il la remercia avant de retourner vers Simca, s’installant à ses côtés. Se penchant en avant, il sortit une seconde cigarette de son paquet qu’il remit ensuite dans sa poche avant de l’allumer. Fixant le sol de ses yeux bleu.

- J’ai une petite discussion à avoir avec la Directrice, je vais ensuite lui parler de toi et de tes envies. Ainsi, après moi, tu pourras aller la voir. J’aurai d’autre chose à faire. Dit-il sur un ton un peu désolé de ne pas pouvoir l’accompagner encore un peu. J’ai pas mal de boulot mais la Directrice, mademoiselle Mitsuragi est bien mieux placée que moi pour accomplir ton désirs. Navré de te laisser seule après ça, mais tu dois être suffisamment forte pour surmonter ça, non ?

À peine avait-il achevé ses mots que la secrétaire vint vers eux pour demander à Rester de bien vouloir entrer dans le bureau. A ce moment, il se leva, écrasa sa cigarette dans le fumoir avant de retirer ses lunettes et de lancer un sourire encourageant à la jeune fille aux cheveux rose, se lançant le premier dans l’antre de la directrice. D’ailleurs, si Simca le regardait partir, elle pourrait alors distinguer un peu la silhouette de Rena, de dos, avant que la porte ne se ferme doucement, sans claquer. Le jeune espion américain laissa Simca dans la salle d’attente quelques minutes, voire même dix minutes. Et pour s’assurer que tous allait bien, la secrétaire vint voir la jeune fille de temps à autre pour lui demander si elle était à l’aise, si elle n’avait pas besoins de quelque chose à boire… Simca pouvait sentir l’air tendu qui régnait ici.

- Bien, Mademoiselle Mitsuragi ! Fit soudainement une voix, après, finalement, une demi-heure d’attente. Je vous la fais venir à l'instant.

La porte se referma et Rester apparut en face de la jeune fille qu’il avait fait attendre tout ce temps. Remettant ses lunettes, il lui donna une carte avec son numéro de portable noté dessus avant de lui déclarer.

- Si un jour tu as besoin de quoi que ce soit… Que ce soit un soutient moral ou autre chose, n’hésite pas. Un piètre humain peut toujours aider face à un Virus. D’accord ? Ah, au fait, tu peux y aller, la Directrice t’attend dans son bureau.

Sur ces mots, il lui montra le chemin à prendre et la saluera en lui donnant sa carte avant de lui tourner le dos, lui soufflant un petit « courage » avant de disparaître derrière les portes de l’ascenseur qui le ramenait en bas. Laissant alors la jeune fille seule, en face de la porte… Allait-elle renoncer à la dernière minute à cause de la tension ?



[Tu peux continuer le Rp directement dans le Bureau de la Directrice !]
[PNJ Rester ===> Out]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfin là ! Loin du boucan des boîtes de conserve volantes !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfin là ! Loin du boucan des boîtes de conserve volantes !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Plus loin que dans mes Rêves [PV Nuage d'Or]
» Loin des yeux, près du coeur [Aurore]
» Qui veux rp avec moi ? Je ne mord pas (enfin pas toujours)
» Toi & Moi enfin réunis... [Pv Sweet Fire ♥] [{fini}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Embryo's World :: The Embryo's World Rpg ! :: Tokyo :: L'Organisation de la Lune Noire :: Le Hall-
Sauter vers: