The Embryo's World

2089 : Le monde vit-il ses dernières heures ? Une seconde fois ? (Forum déconseillé au - de 16 ans)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Traque à l'aéroport

Aller en bas 
AuteurMessage
Simca Swallow
°Humain(e)°
°Humain(e)°


Messages : 322
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
°Races° : Humaine
°Âge du personnage° : 19 ans
°Affinité élémentaire° : Aucun
°Votre personnage en 3 mots° : Joyeuse / Manipulatrice / Joueuse

MessageSujet: Traque à l'aéroport   Sam 30 Mai - 17:49

Depuis une dizaine de minutes déjà, une course poursuite avait été engagé dans l'aéroport de Tokyo. Quatre Strom Riders coursait une jeune femme aux cheveux long et rose. Cette dernière n'était autre que Simca Swallow, aussi connu sous le nom "l'Hirondelle". Mais elle était plus connu parmi les riders, que par les autres gens, c'était certain. Avec un grand sourire aux lèvres, elle passait entre les quelques personnes qui se trouvaient sur son chemin, alors que ses poursuivants ne se gênaient pas pour bousculer tous ceux qui étaient sur leur passage. Mais ces types ne commettaient pas de morts, c'était déjà ça. Toute fois, utiliser des Air Trek dans un établissement comme celui-ci, était strictement interdit. C'est d'ailleurs pour cela que plusieurs membres de la sécurité s'étaient mis à la poursuite des cinq fauteur de trouble, qui utilisaient cet endroit comme un skate park. Mais la seule qui semblait s'amusait, c'était la demoiselle, qui prenait un plaisir un énorme à distancer ses poursuivants qui voulaient sa peau. En ce qui concerne la sécurité de cet aéroport, il était facile de les semer, vu qu'ils n'avaient pas d'Air Trek. Encore heureux d'ailleurs. Quoi que, des obstacles de plus ne dérangeaient pas vraiment la jeune femme, bien au contraire, elle n'en serait que plus heureuse. A force de de zigzaguer entre poteau, slider sur les tapis roulant et rouler sur les mur pour monter en hauteur ou descendre, Simca avait fini par semer ses poursuivants.

Commençant à avoir faim, elle chercha un distributeur, puis s'en approcha quand elle en trouva un. Elle regarda ce qu'il y avait à l'intérieur : des Mars, des M&N's, des Haribos, des madeleines et des Kit Kat. Avec un sourire gourmand, son index droit sur ses lèvres, elle fixa son regard sur les Kit Kat. 170 yens ? Elle fouilla dans ses poches, se rendant compte qu'elle n'avait pas un sous sur elle. Bon, dans ce cas, elle allait devoir en demander. Scrutant les lieux, de son regard qui semblait analyser la moindre chose, elle s'arrêta sur un jeune homme, portant des lunettes, qui était assis sur un banc. Celui-là semblait timide. Une proie facile donc. Lentement, elle s'approcha de l'inconnu, pour ensuite s'asseoir sur les genoux de celui-ci. En effet, Simca ne faisait pas les choses à moitié, et allait toujours droit au but. C'était ce qui la rendait si spéciale. Complètement paniquer, le jeune homme était devenu rouge comme une tomate, et ne savait pas quoi dire, ni quoi faire. C'est pour cela que la demoiselle décida de prendre les devant. Posant sa tête sur le torse de l'inconnu, elle lui caressa tendrement la joue, tout en disant :

- Hum...c'est vraiment dommage... j'aurai voulu me payer un des Kit Kat qui se trouvent dans le distributeur, mais je n'ai pas d'argent. Alors je me demandai si une âme généreuse comme la tienne accepterai d'aider une pauvre demoiselle en détresse comme moi...

Laissant sa tête sur le torse du jeune binoclard, elle continua de lui caresser le torse, alors que l'inconnu n'osait toujours rien dire ou faire, tellement il était gêné par cette situation. Il fallait bien avouer que la jeune femme s'amusait bien à embêter ce genre de garçon. Elle le trouvait ce gars là tellement mignon quand il rougissait. Descendant la main qui était sur le torse du jeune homme, vers la cuisse droite de celui-ci, elle demanda :

- Alors dis moi mon mignon, c'est quoi ton p'tit nom ?

- Tai... Taisu... su... ke..., répondit le jeune homme en baygaillant.

Caressant la cuisse droite du jeune homme, elle fit mine d'avancer sa main vers l'entre jambe de celui-ci, mais ne le fit pas, pour l'embêter. La jeune femme releva légèrement la tête, pour voir le visage tout rouge du garçon, qui détourné le regard. Cela l'amusa encore plus, et elle se mit à sourire de plus bel. Avançant ses lèvres vers l'oreille gauche de Taisuke, elle lui murmura sensuellement :

- Si tu me donnes 170 yens, je te ferai vivre une soirée inoubliable.

Sans attendre une réponse de sa part, elle plongeât sa main dans la poche du binoclare, pour en sortir un portefeuille. Elle l'ouvrit, pour en sortir 170 yens, sans avoir eu d'accord. Puis elle remit le portefeuille dans la poche du garçon. Frôlant ses lèvres sur le cou de Taisuke, pour l'embêter encore plus, elle se releva, pour ensuite rouler vers le distributeur, où elle y inséra la monnaie, pour ensuite obtenir le Kit Kat qu'elle convoitait tant. C'est alors qu'un homme apparut soudainement en hauteur, pour l'attaquer avec un poignard. Instinctivement, elle passa sa main droite sur son côté droit pour y prendre un de ses Bird Knife, qu'elle utilisa pour contrer la lame de l'individu, qui n'était autre qu'un des Strom Riders de tout à l'heure. Elle tenait son paquet de barre chocolaté, avec sa main gauche, qu'elle décida de ranger dans sa poche, car elle n'aurait sûrement pas le temps de le manger maintenant. Avec sa main gauche, qui était maintenant libre, elle saisit son autre Bird Knife, qui était accrocher à la ceinture de son côté gauche. Fini de jouer, maintenant Simca n'était plus amuser par cette course poursuite et il était temps que cela cesse. Rapidement, elle contre-attaqua avec son Bird Knife gauche, entaillant profondément les jambes de son agresseur, qui s'écroule sur place, à cause de la douleur. C'est alors que les trois autres poursuivants de la demoiselle, arrivèrent de tout les côtés, pour l'encercler, roulant autour d'elle. Un d'eux avait un sabre, l'autre une chaîne, et le dernier une hache. Gardant son calme, elle attendit de se faire attaquer, avant de d'agir. Toute fois, elle garda ses Bird Knife, bien en main, pour pouvoir contre-attaquer le moment venu. Pratiquant le Close combat militaire, Simca était tout à fait capable de battre ses trois idiots, qui n'avaient pas l'air de connaître un seul art-martial. Et puis, il était plus facile de battre des gens énervaient, vu qu'ils ne pouvaient pas bien réfléchir dans cette état là.

_________________


Dernière édition par Simca Swallow le Sam 30 Mai - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Traque à l'aéroport   Sam 30 Mai - 19:20



L’aéroport… C’est toujours la même galère pour s’y retrouver, du moins, surtout pour notre bon vieux Akira Taka qui n’avait vraiment pas le sens de l’orientation pour avancer sans encombre. Cependant, il était d’avantage perdu dans cette masse de gens, il traquait un Virus qui, apparemment, avait réussi à quitter les lieux rapidement et cela avait le don de l’agacer sérieusement. Surtout qu’il était déjà de mauvais poils, il décida alors de laisser aller et d’aller dans un bar pour se payer un bon saké. De ce pas, il se rendra au bar le plus proche, dans un long couloir. Son nom était réputé pour les Thés qu’ils servaient, mais le saké alors, il l’ignorait, mais il était immonde ! Ne jamais servit comme il le devait !

L’homme, surnommé « la Fumée » par les autres organisations, entra dans les dits lieux et s’arrêta quelques secondes pour laisser son regard divaguer dans la pièce presque vide. Le barman nettoyait des verres, un groupe de deux vieux hommes traînait un peu plus loin, près de la boîte à musique. Akira s’approchera alors du bar, fermant la porte, commandant un saké, le plus fort qu’ils avaient, avant même d’avoir posé son séant sur la chaise, sortant de sous sa manche de Kimono, une sorte de longue pipe qu’il cala entres ses lèvres. Quoi ? Qu’est-ce qu’il y à ? Qu’est-ce que tu te fous de ma tête ? C’est exactement ce que vous dirai Akira si vous vous moquiez de son habillement. Car, étant un fier patriote de son pays natal, le Japon même, il garde ancrés en lui toutes ses coutumes. D’où son accoutrement de vieux samouraï débraillé. Un Kimono noir par-dessus un autre blanc, des sandales à ses pieds, une pipe au bec. Des longs cheveux noirs, attachés. Tout pour se sentir à l’époque des samouraïs.

*Quelle galère… Je suis forcé d’aller écouter la Directrice me brailler dessus. J’en ai vraiment pas envie…*

- Pffff…. Un long soupir s’extirpa de ses lèvres, lâchant par la même occasion la fumée de sa pipe.

Sa commande ne tardera pas à arriver, le barman un peu stressé lui expliquera qu’il n’était pas doué pour le servir, mais Akira s’en fichait pas mal, il voulait boire sa boisson sans entendre qui que ce soit avant des excuses bidon. Il s’attendait donc à un saké trop froid ou trop chaud alors que, normalement, il se servait tiède. Il prit la bouteille et se servit dans son petit verre avant de le porter à ses lèvres. Une fine grimace traversa son visage, laissant l’alcool couler froidement dans sa gorge. Elle était trop froide, à son goût, mais il n’ira pas râler pour une si petite gaffe. Ce fut sans un mot qu’il terminera la petite bouteille avant de sortir…

Akira ira pour reprendre sa petite traque mais, cependant, quand il mit le premier pied en dehors de l’établissement, un fou furieux lui passa devant et le bouscula sans se gêner. Encore un tordu de la technologie qu’Akira n’aimait guère. Alors, dans un grognement, digne d’un lion qui rugit, il laissa son visage se tordre de colère avant de se redresser et partir en courant dans la direction du passant. Il couru tel un Godzilla affamé.

- Reviens ici espèce de p’tit con !! Beugla-t-il dans tout l’aéroport, à ses trousses, faisant tourner toutes les têtes à son passage.

Apparemment, le « con » en question se fichait pas mal de l’idiot, un vieux samouraï attardé qui lui courrait après, sans se fatiguer, étrangement. En plus, en sandale, rien de mieux pour piquer un bon sprint, sa assure les chutes, au moins ! Et, durant dix bonnes minutes, Akira ne le lâchera pas d’une semelle, gagnant et perdant de la distance, il finira par déboucher dans un autre couloir où le jeune homme se stoppa, sortant un sabre. Le Jinchuriki grimaça et continuant de courir avant de s’arrêter d’un coup, voyant que, finalement, ils étaient trois, une drôle de file se tenait entre eux. Une longue chevelure rosâtre, des vêtements particulièrement sexys à son goût. Il comprit rapidement ce qui se passa lorsqu’il remarqua un autre d’entre eux à terre, les jambes gravement entaillée. Ces trois espèces de brutes s’attaquaient à une femme ! Non Mais OH ! Quel monde de brute !

Dès lors que celui après qui Akira avait couru s’avança pour s’attaquer à la fillette, Akira prit sa pipe dans sa main et la jeta sur la tête de ce dernier. Mais, en cours de route, sa pipe grossira de taille, jusqu’à devenir aussi grosse qu’une lance et percutera l’arrière de la tête de l’autre dératé aux chaussures à roues.

- Bande de sale petit con ! On vous a jamais apprit à être courtois avec les femmes, si ? Dira-t-il en allant ramasser son Jinki, traînant à côté du jeune homme qui couinait en se tenant la tête.

Il ira de ce pas, tranquillement, tenant son arme à sa main droite, posée sur son épaule. Il s’approcha de la jeune fille avant d’écraser, volontairement, l’autre blessé en lui marchant dessus sans lésiner la pression de ses pas.

- Tu n’as rien, petite ?

Il s’arrêtera face à elle, gardant un œil sur les deux autres jeune hommes qui était toujours là. Allait-il partir à cause de sa présence ou allait-il pouvoir s’amuser un peu en les remettant en place ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simca Swallow
°Humain(e)°
°Humain(e)°


Messages : 322
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
°Races° : Humaine
°Âge du personnage° : 19 ans
°Affinité élémentaire° : Aucun
°Votre personnage en 3 mots° : Joyeuse / Manipulatrice / Joueuse

MessageSujet: Re: Traque à l'aéroport   Sam 30 Mai - 22:20

La jeune femme qui venait à peine de réussir à avoir son Kit Kat, s'apprêtait à le manger, quand un de ses poursuivants se se rua sur elle par le haut, avec l'intention de lui porter un coup fatal à la tête, grâce à son poignard. Malheureusement pour lui, Simca était trop bien entraîner pour se faire avoir par une attaque comme celle-là. Elle avait sortie juste à temps un de ses Bird Knife, pour contrer son assaillant, pour ensuite lui entailler profondément les jambes. Ne pouvant plus tenir debout, le jeune homme s'écroula par terre, sous le regard amuser de la demoiselle. C'est alors que les trois autres Strom Riders arrivèrent à toute vitesse pour encercler la jeune femme, qui ne bougeât pas d'un poil, restant concentrer pour prévenir une éventuelle attaque. Comme elle était entouré, elle devait bien faire attention, pour ne pas se prendre un mauvais coup qui pourrait lui être fatal. Si elle se concentrait suffisamment, elle pourrait très bien s'en sortir indemne, malgré les armes de ses adversaires. Et puis, ce n'était pas la première fois qu'elle se faisait traquer par des riders en colère. Elle commençait à avoir l'habitude maintenant. Remarquant que le gars au sabre était sur le point d'attaquer, elle se prépara à le contrer, même si elle ne le montrait pas. C'est alors que le jeune homme se prit, une pipe géante à l'arrière du crâne, lâchant son sabre pour se tenir la tête, tellement il avait mal. Les deux autres regardèrent, bouche-bé, l'homme qui venait de faire ça. En ce qui concerne Simca, elle laissa échapper un simple "oh", avant de revenir à son sourire joyeux. Elle regarda le "vieux" arriver vers elle, en marchant sur le pauvre idiot blessé aux jambes. En voyant cela, elle fit une grimace, alors que le jeune homme hurla de douleur. Un yeux cachait par ses long cheveux rose, elle regarda l'homme à la pipe géante, l'examinant attentivement, de la tête aux pieds. Il était habillé d'un kimono blanc avec en dessous un autre noir. Il était chaussé de sandale, semblable à se qu'on portait à l'époque des samouraïs. Il avait aussi de long cheveux noir attachés en queue de cheval. La demoiselle n'en était pas encore tout à fait sûre, mais elle pensait qu'il était possible que cet homme soit un Jinchuriki. Mais avant toute chose, il fallait se débarrasser des autres idiots. Elle eu un petit rire quand elle entendu la phrase de l'inconnu, à propos de la courtoisie envers les femmes. En tout cas, il avait beau être "vieux", il avait l'air d'un vrai gentlemen. Mais l'était-il réellement ? Peut-être était-ce un vieux pervers qui pensait avoir une récompense en sauvant la
jeune femme ? En tout cas sa pourrait bien être marrant de lui faire espérer ce genre de chose. Arrangeant un peu sa casquette de policier, elle ne pu s'empêcher d'éclater de rire en examinant bien l'accoutrement de l'homme, tenant de contenir son rire malgré tout. Il fallait dire qu'elle ne voyait pas ça tout les jours. En ce qui concernaient les autres riders, ils étaient trop furax pour rire de quoi que se soit. Quand l'inconnu arriva devant elle, Simca répondit à sa question, avec un sourire chaleureux, malgré le rire qu'elle étouffé encore un peu, réussissant finalement à parler sans intégrer de rire dans ses paroles :

- Je m'excuse d'avoir rie de vous monsieur. C'est juste que... je ne vois pas quelqu'un comme vous tous les jours. Mais si vous arrivez à vous débarrassez de ces voyous, je vous promet une récompense, déclara t-elle en lui faisant un clin d'oeil provocateur et coquin.

Elle n'avait pas vraiment répondu à la question de l'homme, mais bon, tant pis. Elle remarqua que l'autre gars qui s'était prit la pipe géante dans le crâne, avait reprit son sabre, pour examiner le "vieux". Ses deux camarades encore debout, faisaient de même, alors que le quatrième continuait de gémir au sol. Tous ne savaient pas comment agir à l'apparition soudainement et brutale de cette homme. Et puis c'était quoi cette pipe géante ? Ils ne comprenaient rien à tout ça. Mais finalement, l'un d'eux, celui qui avait la chaîne, prit la parole, parlant tout d'abord à Simca :

- Hey, "l'Hirondelle" ! Ne va pas croire qu'on va abandonner parce que ton chevalier servant est là pour te sauver ! On va vous défoncer la gueule à tous les deux !

Gardant son sourire amusé sur les lèvres, elle roula en arrière, faisant le tour de celui qui semblait être un Jinchuriki, pour ensuite revenir à sa place initial, et tirer enfantinement la langue à ses agresseurs. Cette enfanterie ne plus pas du tout aux trois autres Strom Riders, qui décidèrent d'attaquer. Celui avec la sabre et celui avec la hache foncèrent sur le "vieux", alors que l'autre frappa Simca grâce à sa chaîne. Heureusement, la jeune femme utilisa ses Air Trek pour éviter rapidement le coup, pour ensuite chopper la chaîne avec ses Bird Knife, pour tirer la chaîne vers elle, ramenant par la même occasion le jeune homme vers elle. Sous le coup de la surprise, il se fit entraînerau début, mais sa rattrapa vite, plaquant ses pieds au sol pour s'immobiliser. Malheureusement pour lui, la demoiselle avait profiter qu'il fasse cette manoeuvre, pour l'entourer avec sa propre chaîne. Etant maintenant attaché, le jeune homme ne pouvait plus faire grand chose. C'est pour cela que "l'Hirondelle" en profita pour lui donner un bon coup de genoux dans l'entre jambe, après avoir décrocher ses Bird Knife de la chaîne. Le rider s'écroula alors par terre, se tordant de douleur, alors que sa propre chaîne l'entourait toujours. Arrangeant sa casquette, elle remarqua que Taisuke, le jeune homme binoclard timide qui avait "prêté" de l'argent à Simca tout à l'heure, était parti, il n'était plus sur le banc. Bon beh tant pis, de toute façon la jeune femme s'était trouver un nouveau "jouet" : le "vieux". D'ailleurs, comment se débrouillait-il face aux deux autres ? Simca ne tarda pas à tourner les yeux vers lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Traque à l'aéroport   Sam 30 Mai - 23:45



Venant de déboucher dans un couloir, quelque peu agité d’ailleurs, Akira constata rapidement la dite dangerosité de la situation. Une jeune fille en détresse, sexy en plus, était entourée par trois imbéciles en chaussures à roues. Oui, Akira, un vieux samouraï, avait énormément de peine avec l’évolution de la technologie. Limite s’il savait qu’était un avion. Alors, en voyant cela, comment des hommes aussi cons qu’eux pouvaient s’attaquer à une si belle créature ? C’était un énorme gaspillage. Et les mecs !? Youhoooooooou ! C’est une fille ! Vous êtes bigleux ma parole ?! Nan ! Tant pis, je fais vous faire la peau moi. C’est bien ce que pensait le Jinchuriki dans sa tête alors qui prit sa pipe entre ses doigts avant de la jeter sur l’un d’eux, l’assommant avec la même pipe, devenue nettement plus grosse. Assommant le jeune homme sans lésiner ses efforts.

Ce dernier s’écroulera à terre, couinant de plus belle alors qu’Akira ramassa son Jinki, l’incitant à faire moins de bruit et se dirigea vers la jeune fille, écrasant le second sur son passage, en le faisant bien exprès. Il se tint devant elle, lui demandant si tout allait bien. Mais, la seule réaction qu’il reçu fut un rire moqueur, du moins, c’est ce qu’il pressenti dans son rire. Mais le Jinchuriki ne réagira pas, il ne rétorquera pas les rires de la jeune femme. Après toi, quoi de plus bon que le rire d’une belle donzelle ? Rien, probablement. Surtout pour lui, qui maintenant, étant nettement plus âgé, devait se coltiner les ennuis de la vie. Comme se faire sermonner par la Directrice de la Lune Noire qui n’avait aucun contrôle sur lui, La Fumée. La fumée ? Pourquoi ce surnom ? Eh bien… Tenter d’attraper de la fumée avec vos mains, y parvenez-vous ? Non, elle vous échappe entre les doigts, et cela, toujours. Taka est connu pour filer entre les mains des autres, tellement il était fourbe.

La jeune fille, qui ne se présentera pas encore, cessa de se moquer et s’expliqua qu’elle n’avait pas l’habitude de voir une personne avec un accoutrement pareil. En plus, c’était vrai… Akira n’en voyait que très peu. Les coutumes du pays se perdaient donc t’elles à ce point !? Nan ! Ceci attristait Akira qui était un fier patriote du Japon. Jamais il n’abandonnerait son pays, comme ce futur qui partait à la dérive. Il continuerait à se battre pour. Surtout, et aussi, fallait pas négliger ses points qui faisait les traits de la personnalité d’Akira, de se battre pour les belles créatures. Oui, il aimait les femmes. Mais pas dans la perversité, loin de là. Alors il ne fut nullement affecté par le sourire provocateur que la jeune femme lui lança. Il le prit avec un sourire, certes, mais ne se fit aucun film sur l’après baston.

Alors qu’elle cessa de lui tourner autour, un des trois gamins qu’il avait vite fais d’oublier en dévorant la jeune fille des yeux, il tira une grimace de mécontentement avant de se gratter l’arrière de la tête comme un signe d’ennuis. Il bailla de plus belle en se retournant en entendant les roues de leurs chaussures glisser sur le sol. Il les fit approcher rapidement, deux sur lui, un sur la jeune fille qui ne tarderait pas à se retrouver à terre. Plus emmerdé que jamais, Akira s’étira, le temps que les deux gamins s’approchent de lui suffisamment près pour qu’il agisse.

- En plus vous n’êtes pas courtois avec les femmes, mais en même temps, vous êtes complètement inconscient… Misère. Marmonnera-t-il dans sa barbe en fixant toujours les deux gars.

D’un coup, les deux inconscients s’encoubleront sur rien, mais en même temps, une nappe de fumée s’était crée, comme une corde, solide comme de la pierre, juste au niveau de leur tibia. Une fois qu’ils furent étalés parterre, Akira s’approchera d’eux deux et s’agenouillera avant de foutre son pieds sur la hache et écarter le sabre de leur crétin. Il les regardera d’un air sévère, mais désolé en même temps avant de les attraper les deux par leur col et les soulever, les désarmant par la même occasion. A tel point que leurs pieds ne toucheront plus le sol. Les tenant fermement, Akira les fixa simplement, les effrayant de plus belle avant qu’ils se mettent à se débattre pour s’enfuir rapidement, oubliant leurs armes sur places. Le Jinchuriki les ramassa, les déposants dans une poubelle non loin de là. Apparemment, il n’avait pas compris que c’était uniquement pour les déchets, ça ! Alors que le dernier des crétins s’enfuyait à son tour pour leur échapper, Akira retournera auprès de la jeune fille, toujours aussi imposant avec sa pipe géante.

- Tu sais te défendre, petite. C’était pas mal du tout. Déclara-t-il sans la regarder, pour commencer, prenant le soin de faire passer les gens qui s’étaient planté là à les regarder avec un regard un peu intimidant.

L’homme déposera ensuite son regard dans celui de la demoiselle tout en lui accordant un mince sourire.

- Que faisais-tu pour créer une telle agitation ? Commencera-t-il par questionner la jeune femme avant de saisir sa pipe à une main et la refaire revenir à sa taille nature et la caller entre ses lèvres.

Sans attendre la réponse de la donzelle, il croisa les bras et lui passera à côté, tel un vieux samouraï qui méditait dans tout ce boucan, se mettant face à la baie vitrée, observant l’extérieur avec tous ces gros trucs qui était censés voler.

*Je suis vraiment dans un monde de taré, ma parole*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simca Swallow
°Humain(e)°
°Humain(e)°


Messages : 322
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
°Races° : Humaine
°Âge du personnage° : 19 ans
°Affinité élémentaire° : Aucun
°Votre personnage en 3 mots° : Joyeuse / Manipulatrice / Joueuse

MessageSujet: Re: Traque à l'aéroport   Dim 31 Mai - 12:32

Les trois autres poursuivants de Simca, ne tardèrent pas à passer à l'attaque, dont deux qui se ruèrent sur le "vieux", et celui avec la chaîne, sur la jeune femme. Cette dernière ne perdit pas son sourire, qui montrait bien qu'elle s'amusait, même si sa vie était menacé à tout moment. Mais en même temps, elle avait l'habitude de ce genre de situation. Le gars à la chaîne, tenta de frapper la demoiselle avec ce q'il tenait dans les mains. Avec facilité, elle esquiva rapidement en roulant en arrière, pour ensuite planter ses Bird Knife, dans les anneaux de la chaîne et tirer cette dernière vers elle. Alors que le voyou tentait de se stabiliser, pour ne pas se laisser entrâiner, Simca l'entoura rapidement avec sa propre chaîne. Satisfaite, elle lui donna un puissant coup de pied entre les jambes, qui obligeat le Strom Rider à tomber au sol, pour se tordre de douleur en hurlant. Le demoiselle le regarda un instant, pour ensuite lui tirer la langue. Il avait bien chercher ce qu'il lui arrivait. En ayant fini avec lui, elle décida de voir où en était l'homme habillé en kimono.

Pas si surprise que ça, elle vit qu'il maîtrisait bien la situation parfaitement la situation, car il avait réussi à déssarmer ses deux assaillants. De plus, il les avait tout les deux soulevé parla col, de tel sorte à ce qu'ils ne touchent plus le sol. Malgré son petit coup de vieux, il avait encore de la force. Simca continuait de sourire, tout en regardant la scène, qui était comique, dans un sens. Qui aurait pu pensé qu'un homme d'une quarantaine d'années puisse battre deux rider enragé, et armés ? Surtout que le vieux était simplement armé d'une pipe géante. Alors comment pouvait-il faire le poids contre ses agresseurs ? La réponse était évidente pour "l'Hirondelle", cet homme était un Jinchuriki. Certes, il était spécial, mais pour Simca, il était bel et bien un Jinchuriki. Elle en mettrait sa main à couper. C'était donc le moment où jamais de lui demander de passer un contrat avec elle. Du moins quand ils seront un peu plus tranquille, sans les autres Strom Rider pour les déranger. Heureusement, ces derniers, qui prirent peur, s'en allèrent aussi vite qu'ils le purent, oubliant leur arme parla même occasion. Celui qui avait été attaché par sa propre chaîne, avait réussi à se relever, et comme il n'était pas attacher aux jambes, il avait pu fuir. Sinon, en ce qui concerne le premier gars que la demoiselle avait blessé, au niveau des jambes, il était parti en rampant, aussi vite qu'il le pouvait, tant bien que mal. Devant cette scène comique, la jeune femme ne pu s'empêcher de lâcher un petit rire. Pendant ce temps, le "vieux" avait ramassé les armes des voyous, pour ensuite les jeter dans une poubelle. Comme elle était hors de danger à présent, Simca rangeat ses Brid Knife sur les côtés de sa ceinture.

"L'Hirondelle regarda l'homme qui s'approcha d'elle avec sa pipe géante. déclarant qu'elle savait ce défendre et qu'elle s'était bien débrouillée. Et oui, il ne fallait pas sous-estimé une femme, et encore moins une Strom Rider qui manier les armes blanches avec autant de facilité. La demoiselle attendit que l'homme fasse "la circulation", faisant partir toutes les personnes qui avaient décidé d'assister au spectacle. Remettant droite sa casquette qui était légèrement tombé sur le côté, elle répondit au mince sourire que lui avait fait le "samouraï", avec un sourire encore plus grand. L'homme lui demanda alors comment elle avait fait pour en arriver là. Sur ces mots, le "vieux" prit sa pipe géante avec une main, pour ensuite la faire rétrécir, jusqu'à ce qu'elle atteigne la taille d'une pipe normal. Il la plaça ensuite entre ses lèvres et sans attendre la réponse de Simca, il croisa les bras et avança vers la baie vitrée, faisant face à celle-ci. Alors que ce dernier observait les avions, "l'Hirondelle" roula en arrière pour plaquer son dos à la vitre, et fixer le visage de l'homme, gardant toujours son magnifique sourire sur le visage.

- Et bien... pour tout vous dire, j'ai battu leur équipe lors d'une Part war, et je les ai ensuite narguer un peu. Mais apparemment sa ne leur a pas plu, et ils ont décidé de me le faire payer.


Les Part war, le " vieux" ne savait sans doute pas que c'était des compétitions qu'organisaient les Strom Riders entre eux. Toute fois, la jeune femme lui avait parler comme s'il le savait. Sans ajouter un mot de plus, elle continua de l'observer, ses lèvres brûlant d'envie de lui demander de passer un contrat avec elle. Malgré la vie plutôt cool qu'elle menait, elle n'avait jamais oublié son passé, et toutes les choses horribles qui s'y étaient passé. Elle n'avait donc pas abandonné l'idée de vouloir faire un contrat avec un Jinchuriki, pour gagner en puissance, et ainsi pour pouvoir combattre les Virus. Toute fois, elle n'allait pas lui balancer ça à la figure tout d'un coup à la figure. Tout d'abord, la moindre des choses, sa serait de se présenter. Cependant, elle avait quelque chose d'autre à faire avant cela, quelque chose qu'elle avait promit au "samouraï". Et oui, la récompense pour l'avoir aider à ce débarasser des autres voyous. Plongeant sa main dans sa poche, elle en sortie le paquet de Kit Kat. Ensuite, elle prit la main de l'homme, pour lui mettre le paquet de barre chocolaté dans la main. La demoiselle avait faim, mais tant pis, elle lui avait promit une récompense, et elle n'avait rien d'autre à lui donner. Enfin, elle aurait pu lui donner autre chose, mais elle n'était pas ce genre de personne, même si elle donnait l'impression qu'elle l'était, à cause de ses manières provocatrices. Posant sa main gauche sur l'épaule droite du "vieux", elle approcha ses lèvres de l'oreille droite de ce dernier, pour lui murmurer sensuellement :

- Voilà la récompense pour mon héros.

Avec un petit rire, elle mit ses mains derrière son dos, tout en s'éloignant de l'homme, avant de revenir lui, mais à sa gauche cette fois-ci. Collant de nouveau son dos contre la baie vitrée, elle continua de regarder l'homme, mais d'un seul oeil car l'autre était caché par une mèche de cheveux rose. Etant persuadé qu'il était un Jinchuriki, elle avait décider de ce lancer, pour lui demander de faire un contrat avec elle. Se courbant légèrement, les bras croisés devant elle, la demoiselle déclara, mais d'un air sérieux cette fois-ci, qui ne lui ressemblait pas :

- Je m'appele Simca Swallow, mais chez les riders, on me surnomme "l'Hirondelle". J'aimerai vous demandez un service... J'ai bien comprit que vous étiez un Jinchuriki... bizarre, certes, mais un Jinchuriki quand même. Depuis 10 ans, j'ai toujours voulu devenir plus forte, afin de pouvoir co battre les Virus, qui ont tué des êtres qui m'étaient chers, à plusieurs reprises
, déclara t-elle tout en serrant les poings, fixant le sol. C'est pour cela que... je... passez un contrat avec moi s'il vous plait. Je ferai n'importe quoi pour ça... Je veux devenir plus forte... sil vous plait...

Regardant toujours sol, elle n'osait pas relever la tête, pour faire face au regard de l'homme. Elle avait peur de sa réaction. Et s'il refusait, comment allait-elle faire ? Elle ne pourrait jamais devenir plus forte et ne serait pas en mesure de venger ceux qu'elle aimait. En ce moment même, le coeur de Simca battait très vite, et elle commençait même à transpirer, redoutant la réponse du "samouraï". Dans sa tête, elle ne cessait de se répéter " pitier, faites qu'il accepte, faites qu'il accepte". Elle avait l'impression que son coeur à allait exploser, et que si elle recevait une réponse négative, qu'il allait s'arrêter de battre. Alors qu'elle était toujours courbé devant le Jinchuriki, un viel homme arriva derrière la demoiselle, pour faire face à la vitre. Cependant, ce qu'il regardait, ce n'était pas l'extérieur, mais la culotte verte de "l'Hirondelle", qui se voyait très bien, puisqu'elle était penchait et que sa jupe lui arrivait à peine jusqu'en bas des fesses. Le grand-père se comptentait d'observer du coin de l'oeil, le sous-vêtement de la jeune femme, avec un sourire pervers. Simca n'avait pas remarquer le vieux pervers derrière elle, trop occupé à attendre la réponse du Jinchuriki.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Traque à l'aéroport   Dim 31 Mai - 13:25



Observant les personnes, à la taille d’une fourmi, se déplacer à vive allure sur le tarmac de l’aéroport, Akira désespérait en ayant une telle vision oppressée de ce monde qui était beau et paisible par le passé. Mais il avait fallut que la technologie apparaissent pour changer la donne et le transformer en un monde de fou, des humains s’entre-tuant d’avantage. Le Jinchuriki resta les bras croisés, face à la baie vitrée, fermant les yeux, lâchant par temps à autres une nappe de fumée d’entre ses lèvres, se demandant ce qu’il pourrait bien faire d’un monde pareil. Probablement rien, mais d’au moins le rendre plus doux en détruisant les Virus. Quoi que, certains Jinchuriki devaient être éliminés. Ils peuvent présenter un trop grave danger avec leurs ambitions toutes aussi loufoques que les autres.

Cependant, il ne réagira pas lorsque que la jeune fille à la chevelure rose lui expliqua la raison du pourquoi des dératés comme eux s’en prenaient à elle de la sorte. Il préféra garder les yeux fermés, tirant une grimace de mécontentement en entendant ce mot « futuriste » dont il avait autant de peine. Il préféra faire une remarque….

- Une sorte de compétions avec tes copains aux chaussures à roues, c’est ça ? marmonna-t-il dans sa barbe en râlant un peu.

Sentant que sa main, prise dans celle de la jeune fille, fut attirée par elle-même, il ouvrit un œil et la regarda de biais avant d’apercevoir ce qu’elle lui mettait en mains. Ah non ! Pas une de ses saloperies du futur ! Il baissa la tête et soupira, lâchant une nappe de fumée par les narines avant de quand mettre la barre chocolatée dans sa poche, dans le manche du kimono plus précisément. Oui, il y a une sorte de poche, ici, souvent utilisée quand les samouraïs jouaient à des jeux d’argent pour y déposer leur bourse. Et c’était précisément ici qu’Akira y déposa le Kit Kat de la jeune fille. Comptant bien la lui rendre plus tard, pour ne pas paraître trop dure en ce moment là.

Restant dans la même position, les yeux fermés, les bras croisés, face à la baie vitrée, il ne bougera pas d’un pouce. Continuant d’écouter ce que lui racontait la jeune fille avant qu’il ne l’entende se déplacer autour de lui pour venir se coller sur la vitre, à sa gauche. Il apprécia le fait que cette dernière lui murmure sensuellement des doux mots dans son oreille. Mais il ne réagira pas comme un pervers le ferait. Il resta dans sa tranche d’âge, juste à savourer sa douce voix, frétillant de l’intérieur. Bien sûr, il était encore assez en sa compagnie, surtout que c’était une belle créature convoitée par tant d’homme, apparemment. Mais sûrement pas toujours dans le bon sens du terme. Il préféra donc ne pas y penser, relevant la tête pour ouvrir les yeux lorsque celle-ci lui déclara qu’elle savait qu’il était un Jinchuriki.

Après tout, voire une pipe grossir de taille de la sorte, c’était pas très commode comme tour de passe-passe. Taka esquissa un sourire en coin de lèvre, à la remarque du « bizarre » que lui fit la jeune dénommée Simca. Un doux nom, pour une belle créature. Cela lui plaisait bien. Mais, cependant, ce qui suivit l’enchanta moins. Elle lui proposa de passer un contrat avec lui, sur un motif de vengeance. Akira, ayant l’esprit d’un vieux samouraï débridé, n’allant pas accepter une telle demande sur un prétexte du genre. Alors, il soupir avant de prendre sa pipe entre deux doigts et de lui répondre sèchement et clairement. Pour que les choses soient mises et posée.

- C’est non. Dira-t-il, catégoriquement. Je ne prends aucun contractant sous mon ail uniquement par vengeance.

Remettant sa pipe dans sa bouche, il posera une main sur la tête de la jeune fille avant de la tapoter légèrement, en guise d’excuse et de jeter un œil noir au type qui était en train de la reluquer avec un œil pervers. Celui-ci prit rapidement peur avant de s’en aller. Akira reprit la parole.

- Tu ferais vraiment tout pour en avoir un ? Néanmoins, peu de Jinchuriki pourrait accepter un tel prétexte. Il faut créer un lien avec eux, et non un but. D’ailleurs, si tu as obtient ta vengeance, que feras-tu après ? Tu n’auras rien obtenu de plus que d’avoir tué sous une raison sombre et incorrecte. Dit-il en retirant sa main du dessus de sa tête avant de recroiser les bras. Tu me plais bien, mais tes raisons, elles, m’empêchent d’accepter. Cependant, j’ai rendez-vous et si les contrats t’intéressent autant que cela, suis-moi sans broncher.

Il ne dira pas un mot de plus et mettra une main dans le col de son kimono, l’autre crochée à sa ceinture pour se mettre en marche, direction la sortie. Où allait-il l’emmener ? Qu’allait-il lui faire ? Du moins, sa concernait les contrats, mais pourquoi devait-il la traîner en dehors ? C’était presque…. Incompréhensible pour Simca.

*J'ai peut être pas démolit le Virus, mais elle sera tout de même contente, cette personne....*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simca Swallow
°Humain(e)°
°Humain(e)°


Messages : 322
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
°Races° : Humaine
°Âge du personnage° : 19 ans
°Affinité élémentaire° : Aucun
°Votre personnage en 3 mots° : Joyeuse / Manipulatrice / Joueuse

MessageSujet: Re: Traque à l'aéroport   Dim 31 Mai - 16:40

Finalement, Simca avait fini par se présenter, à l'homme à la pipe, qui était un Jinchuriki, d'après ce qu'elle avait pu constater. Une lueur d'espoir avait naquit dans le coeur de jeune femme. Si elle passait un contrat avec lui, elle pourrait enfin se venger de ces êtres abominables et cruels qui n'apportait que souffrance et désespoir. L'occasion était bien trop précieuse pour être gâcher. La demoiselle aussi voulait aider à exterminer les Virus. Ces derniers étaient une vraie plaie pour ce monde et les éliminés étaient la meilleure chose à faire, sinon des gens innocents continueraient de mourir, ou d'être contaminer. Cela, "l'Hirondelle" ne le voulait pas. Dès qu'elle aura passé un contrat, elle consacrera toute son existence à traquer et exterminer ces saloperies de Virus. Elle en avait fait le serment, à elle-même. Bien entendu, sa ne sera pas une partie de plaisir, et la Strom Rider en était bien consciente. Elle savait pertinemment que les Virus étaient dangereux et qu'il ne fallait surtout pas les sous-estimer. Et c'est toutes ses raisons que Simca, après avoir dit à l'homme qu'elle savait qu'il était un Jinchuriki, demanda poliment à passer un contrat avec lui, en espérant de tout son coeur, qu'il accepterait. Ravalant sa salive, elle attendit la réponse de l'homme, avec le pressentiment qu'il allait refuser, même si elle espérait le contraire. Pendant ce temps, un vieil homme examinait du coin de l'oeil, la culotte verte de Simca, qui était très visible, vu comme elle était courber, et comment sa jupe était courte. Son coeur battant à toute vitesse, commençant à transpirer un peu, elle crut que son coeur aller lacher, quand elle entendit la réponse du "samouraï", qui était sèche et claire.

Non ? Impossible. Mais pourquoi ? Simplement parce qu'elle voulait ce venger des Virus ? Et alors ? Où était le problème ? La jeune femme ne comprenait pas. Son visage, toujours baissé vers le bas, était remplie de déception, mais de colère à la fois. Ses poings étaient tellement serré que ses ongles s'incrustaient dans sa chaire, en passant tout d'abord par les mitaines qu'elle portait, lui faisant saigné la paume de ses mains. Ses dents serrant très fort sa lèvre inférieur, un mince filet de sang dégoulinait discrètement de sa bouche. Elle n'en pouvait plus, elle était désespérée. Il fallait à tout prix qu'elle lui fasse changer d'avis. Mais comment ? Cet homme ne semblait pas si facilement influençable. Et même le charme féminin ne marcherait pas sur lui, c'était certain. Il n'était pas ce genre de personne. Fallait-il donc le supplier à genoux, en pleurant toutes les larmes qu'on pouvait faire couler ? Etait-ce sa la solution ? Peut-être allait-elle faire ça, après tout...

"L'Hirondelle, sentie la main de l'homme à la pipe, qui lui tapotait la tête, à un endroit que la casquette de policier ne recouvrait pas. A ce moment là, elle s'apprêta à ce jeter dans ses bras pour le supplier en pleurant, comme la grande manipulatrice qu'elle était, mais elle ne fit rien, car le Jinchuriki venait de reprendre la parole. Elle l'écouta attentivement, sans l'interrompre une seule fois. Bien entendu qu'elle ferait tout pour passer un contrat. Elle voulait à tout prix avoir plus de puissance, pour pouvoir exterminer les Virus. Mais c'était justement cette haine que le Jinchuriki n'aimait pas. Énormément de personne voulait exterminer ces monstres, mais ils n'étaient peut-être pas tous animés par une soif de vengeance, comme Simca, qui souriait le plus souvent possible, comme pour cacher son lourd passé, faire croire qu'elle avait toujours été heureuse. Mais comme l'homme à la pipe l'avait dit, pour passer un contrat, il fallait créer un lien et non un but. La jeune femme savait déjà tout ça mais peut-être n'était-elle toujours pas prête à devenir une contractante. En ce qui concerne ce que sa pourrait l'apporter, elle n'était pas d'accord avec le "vieux". Si elle réussissait à arrêter les Virus, elle n'aurait pas tuer sans raison, mais elle aurait réussi à éliminer une grande menace. Par la suite, l'homme retira sa main de la tête de Simca, pour continuer de parler. Il lui déclara qu'elle lui plaisait bien, mais que ses raisons, non. Pour finir, le Jinchuriki avait dit avoir un rendez-vous, et que si les contrats l'intéressaient tant que ça, elle ferait mieux de lui suivre. En entendant ces mots, une lueur d'espoir apparut dans le coeur de la jeune femme. Avait-il l'intention de la présenter à un autre Jinchuriki qui voudrait bien passer un contrat avec elle ? "L'Hirondelle" ne voyait pas d'autre explication, à moins qu'il s'agissait d'autre chose. En tout cas, elle n'avait qu'à le suivre, et elle verrait bien plus tard, ce qui se passera.

La demoiselle aurait bien voulu remercier le Jinchuriki, mais comme elle n'était pas sûre du pouvoir il voulait qu'elle le suive, elle n'avait pas envie de se faire de fausses joies. Se remettant droite, elle commença à suivre le "samouraï", tout en roulant à côté de lui, avec ses Air Trek. La jeune femme porta sa main droite à sa bouche, et s'essuya le filet de sang qui dégouliné de sa lèvre, à cause de la morsure qu'elle s'était infligée. Elle aspira un peu le sang qui restait sur sa lèvre, puis n'y toucha plus et le sang n'y coulait plus. Les paumes de ses mains, ainsi que ses ongles, étaient un peu tachés de sang, et elle avait légèrement mal aux mains. Mais bon, peut-importe, elle n'allait pas en mourir, loin de là. Continuant de suivre l'individu, elle s'étonna de ne pas voir les hommes de la sécurité, qui avaient prit en chasse Simca et les autres riders tout à l'heure. Peut-être qu'ils avaient attraper les quatre idiots, et qu'ils n'avaient plus envie de s'embêter pour retrouver une seule personne. Dans tout les cas, la demoiselle s'en fichait, puisqu'elle pouvait leur échapper très facilement. N'osant pas prendre la parole, de peur de dire quelque chose de travers et de faire changer d'avis le Jinchuriki, elle décida de ne rien dire, sauf s'il lui adressait la parole. La jeune femme ne souriait pas, mais sur son visage, on pouvait lire de l'inquiétude et de la peur. Où cet homme l'amenait-il ? En tout cas elle espérait le savoir rapidement. Avançant toujours, elle arrangeât sa casquette, dégageât la mèche de cheveux qui se trouvait devant son oeil droit, sans jamais regarder directement le "vieux", sauf du coin de l'oeil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 28/05/2009

MessageSujet: Re: Traque à l'aéroport   Dim 31 Mai - 18:01

[Out ! Suite dans les Hall de l'Organisation de la Lune Noire ===>]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Traque à l'aéroport   

Revenir en haut Aller en bas
 
Traque à l'aéroport
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Capois en rebellion pour leur aéroport international
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» Charte du Brigandage et de la Traque au Poitou
» Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]
» La traque des preneurs d'otages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Embryo's World :: The Embryo's World Rpg ! :: Tokyo :: Centre villes :: L'aéroport-
Sauter vers: